Contactez-nous!

Par téléphone au 06.14.06.44.36 ou par mail en Cliquant Ici!

jeudi 20 juillet 2017

Ernotte est allée tacler Emmanuel Macron devant la représentation nationale.



Ernotte est allée tacler Emmanuel Macron devant la représentation nationale. 
"Je compte sur vous" a lancé aux parlementaires celle qui se retrouvera dans quelques semaines (mi-octobre) jugée au Pénal devant le 11ème chambre correctionnelle de Paris lors de son passage ce mercredi devant la Commission des affaires culturelles de l’Assemblée nationale.
L’ex Orange y allait pour expliquer la « stratégie » et le bilan – somme touts, catastrophiques en tous points – devant les élus de la Nation, en réalité s’est lâchée allant même jusqu’à remettre en cause les engagements du Président de la République "Je pense que la situation n'est pas stable avec une redevance telle qu'elle est aujourd'hui  puisque couplée à la taxe d'habitation, amenée à disparaître pour 80% des ménages en trois ans ! " 
Les oreilles d’Emmanuel Macron ont dû particulièrement résonner ! 
L’ex Orange dont les conditions de son parachutage à France Télés font également l’objet d’une instruction judiciaire en cours, s’est non seulement  prise pour le Législateur mais comble du ridicule s’est exprimée au nom de la France donc du Chef de l’État qui en est le représentant, le taclant donc au passage avec une de ses formules qui n’ont ni queue ni tête concernant la télé publique "Je pense qu'on a un peu « loupé le coche ». La BBC à la française, c'est vrai que ça fait un peu rêver (...) mais il aurait sans doute fallu s'y mettre un peu plus tôt" !
Ernotte ne s’est pas arrêtée là. Se référant aux quelques mots qui figuraient dans le programme du candidat Macron indiquant juste vouloir “concentrer les moyens sur des chaînes moins nombreuses mais pleinement dédiées à leur mission de service public” – rien d’autre que ce qui est écrit mais que certains commentateurs avaient promptement analysé comme une fusion entendue des sociétés de l’audiovisuel public ! – elle a cru devoir ajouter : "réunir des entreprises publiques, c'est avant toute chose se mettre d'accord avec l'ensemble des parties prenantes sur un nouvel accord collectif pour harmoniser les statuts du personnel entre les différentes entreprises publiques...Si l'objectif est de réduire les coûts, je ne pense pas que l'harmonisation des statuts soit une bonne méthode". 
Et re bing !
En plein exercice d’économies globales et d’arbitrages budgétaires – où il convient de  trouver entre 5 et 8 milliards d’euros manquants dans le précédent exercice comme l’a constaté la Cour des Comptes, aller demander l’aide des parlementaires pour contourner l'actionnaire et voir augmenter encore et encore les participations de l’État donc des contribuables :"Je compte sur vous", en dehors du pathétique et du lamentable de la chose c’est non seulement de la pure provoc mais c’est surtout complètement dingue !
Ce n’est pas la première fois que la parachutée de la téléphonie en avril 2015 par le « Schrameck’s band », distribue bon et mauvais points et se prend tantôt pour le Législateur, tantôt pour les Tutelles, tantôt pour la Ministre ou les ministres, tantôt pour le Président de la République impliquant le Pays qui serait à côté de la plaque !
Au risque de paraphraser Roselyne Bachelot qui le 2 septembre 2015 au matin sur le plateau de Laurence Ferrari s’étranglait sur de précédentes annonces d’Ernotte  la « sachante » (*extrait en fin de post)  déjà concernant l’augmentation de la redevance audiovisuelle et sa possible extension aux ordinateurs, smartphones et box internet dans un contexte de baisse d'impôts pourtant annoncées alors par François Hollande, "Là, iI faut vraiment qu'elle se fasse recadrer par  le Gouvernement." 
Selon nos informations ce n’est plus un recadrage qui est attendu mais un départ …et il y a peu de chance dès lors que le Numérobis Couture  prenne la place même par intérim !!

« Trop c’est trop » disent unanimement celles et ceux qui voient où Scharmeck - dans ses petit souliers, semble-t-il en ce moment - a conduit la télé publique en y parachutant bien inspiré quelqu’un qui n’y connaissait rien ! 
PS: Sitôt les 2 heures passées, l'ex Orange a immédiatement diffusé en interne à l’ensemble des 10.000 salariés, un doc de propagande qui n'a rien à voir avec la réalité et qui indique que TOUT VA BIEN évidemment ! (¤)...
(* l’intervention de Roselyne Bachelot)

" Je suis stupéfaite devant la communication de la nouvelle « patronne » de France Télévisions Delphine Ernotte.
Elle nous annonce ce qu'elle va faire une chaîne d'info continue; elle est démentie par sa ministre de tutelle en l'occurrence la ministre de la Culture. Puis on revient parce qu'on ferait quand même néanmoins la chaîne info. 
Elle nous annonce cette redevance sur les ordinateurs et les Smartphones qui est une décision politique qui n'a pas à être faite a priori comme ça, une n'annonce par la présidence de France Télévisions. Puis maintenant, on nous annonce que la publicité reviendrait entre 20h et 21 heures.
Là, iI faut vraiment qu'elle se fasse recadrer par  le gouvernement..." 
(¤) L'Union soviétique quand elle existait encore  n’aurait pas fait mieux !

 

 

mercredi 19 juillet 2017

L'envoyé AFP à New York arrive à la rédaction du 19/20 sur France 3!

L'envoyé AFP à New York arrive à la rédaction du 19/20 sur France 3!

Nouvelle nomination à France Télévisions. Selon nos informations, Luc Lacroix le correspondant à New York pour l'AFP devrait intégrer le 19/20 de France 3 en tant que Rédacteur en chef adjoint de l'édition.

C'est donc une embauche extérieure pour ce poste qui a été choisie. Il n'y avait pas en interne de journalistes - déjà rédacteur en chef ou rédacteur en chef adjoint - aptes à occuper ce poste.

Cette énième et nouvelle embauche, après la centaine déjà intervenue l'an dernier  pour "france info:", intervient sur fond de fond de recrutements massifs: 92 nouveaux postes publiés lundi pour le feuilleton montpelliérain repoussé à l'automne 2018 !





mardi 18 juillet 2017

Va-t-il falloir une nouvelle mort à France Télés pour que l'actionnaire dise stop?

Va-t-il falloir une nouvelle mort à France Télés pour que l'actionnaire dise stop?

Selon les dernières informations dont nous disposons  cela va faire trois semaines qu'un collaborateur de France Télévisions a entamé une grève de la faim dans l'indifférence générale car il faut le redire  à part un appel en retour du responsable local, pas un appel de la direction n'est venu l'interrompre.

La période critique dans ce genr de situation vient d'être atteinte.  Il risque à présent l'arrêt cardiaque à tout moment et donc la mort à tout moment. 

Il a déjà perdu 12 kilos et commence à ressentir les premières séquelles dont certaines peuvent être irréversibles. Son médecin traitant comme le médecin du travail sont particulièrement inquiets.

Un simple mobilité, un poste en consultation que la direction aurait préempté comme elle l'a fait des dizaines de fois, suffiraient à mettre un terme à cette aberration...car c'est un fait, le cynisme et la désinvolture avec lesquelles celles et ceux qui sont supposés  traiter - ou plutôt, ne pas traiter - la situation, sont aberrants et du domaine de la faute lourde voire inexcusable qui peut entraîner la mort d'un homme à tout moment.

Le blog CGC Média qui dispose bien évidemment de l'intégralité des identités et responsabilités  cette chaîne hiérarchique ultra défaillante saura en faire bon usage.

Rendez-vous compte que parmi  celles et ceux qui pouvaient mettre un terme à tout ceci, certains ont expliqué que "le nécessaire avait été fait" ...et "le nécessaire" en question quel est-il ?  Au cinquième jour de la grève de la faim quelqu'un a prévenu le Samu et l'Inspection du travail: VOILA TOUT! 
 
Un simple écrit peut encore tout stopper mais.....

lundi 17 juillet 2017

L’ex Orange ne craint personne et sûrement pas Emmanuel Macron !



L’ex Orange ne craint personne et sûrement pas Emmanuel Macron !

D’ailleurs tout pourrait être dit lors du déplacement qu’Emmanuel Macron a prévu d’effectuer mercredi un sur la17e étape du Tour de France (selon l’agenda du chef de l’État transmis samedi par l’Elysée – parcours de montagne entre La Mure (Isère) et Serre-Chevalier (Hautes-Alpes) dans les Alpes, long de 183 kilomètres qui passe notamment par les cols de la Croix de Fer, du Galibier et du Télégraphe – où l’ex Orange pourrait bien se rendre également, histoire de partager avec l’intéressé le véhicule du patron de la Course et lui dire en voiture tout ce qu’elle a à dire !

Le Président de la République n’aura qu’à bien se tenir ! Lui parlera-t-elle des récentes déclarations de ses alliés de Fo et de la Cgt qui le mettent en cause comme le Premier Ministre et dénoncent le bashing dont elle ferait injustement l’objet !?  En aura-t-elle réellement l’occasion !?  

Pour éviter toute cette peine au Président de la République et lui laisser apprécier le paysage et l’effort des sportifs, le blog CGC Média a décidé de publier des extraits des interventions au CCE de France Télés de ses indéfectibles soutiens de Fo et de la Cgt.

A la déclaration liminaire d’Éric Vial le candidat UDI défait aux dernières législatives (4% et des poussières au 1er tour) qui intervenait au nom de Fo pour taper sur « Emmanuel Macron et Edouard Philippe » dont il connait le projet, lui, qui viserait Delphine Ernotte en « amenuisant son "trop grand désir d’indépendance" managériale vis-à-vis de l’État ». (extrait du texte lu par Vial, ci-après)

Extrait du texte Fo « Emmanuel Macron et Edouard Philippe envisageraient un projet de loi sur l’audiovisuel d’ici à la fin 2017 ou courant 2018, qui vise à fusionner l’ensemble des entreprises de l’Audiovisuel Public. Nous serions fusionnés avec Radio France, France Media Monde et l’INA, avec évidemment des économies de structures à trouver.

Pour parfaire ce projet, et pour amenuiser votre"trop grand désir d’indépendance" managériale vis-à-vis de l’État, le Gouvernement envisagerait «votre mise sous surveillance ou sous tutelle». Une hypothèse qui serait avancée par l’entourage du Premier ministre, où l’on met en avant l’extrême fragilité des comptes de France Télévisions et une absence de cap de votre part ».

Concernant  justement le  passage du texte soulignant l’éventualité d’une mise sous tutelle, Delphine Ernotte s’est gaussée. Allons donc, c’est une plaisanterie !

L’ex Orange ne craint personne et sûrement pas le Chef de l’État ! D’ailleurs ne fait-elle pas la bise à son épouse devant des millions des téléspectateurs !?



Les conditions de son parachutage ont beau faire l’objet d’une instruction judiciaire en cours, elle a beau être au Pénal devant la 11ème chambre Correctionnelle du TGI de Paris mi-octobre, elle ne pliera pas!

Comme si Vial n’avait suffisamment pas fait montre d’un énorme passage de brosse à reluire, il a cru bon d’en rajouter une couche sur le « bashing » dont l’ex Orange est victime et l’assurer  « de la compassion bien légitime que n’importe quelle personne pourrait avoir intimement pour vous dans cette situation » !

Cette vilaine Presse qui s’acharne contre elle « Rassurez-vous, cette discipline ne vous est pas uniquement réservée. Avant vous, tous ont tous eu droit à leurs heures de gloire dans les journaux, les magazines, les blogs…avec pour chacun des rumeurs, des attaques personnelles, des mensonges, des procès, bref toute la panoplie, pour paraphraser Jacques Chirac, «d’emmerdes».

Extrait du texte Fo en guise d’introduction

« Ce sera encore plus dur que ce qu’elle croit » : c’est Rémy Pflimlin qui nous avait fait cette confidence. Vous veniez à peine d’être nommée [parachutée est plus juste, ndlr] et déjà des articles de presse fleurissaient un peu partout à votre sujet : le début du Ernotte bashing. Et il avait ajouté, « plus les années passent, plus les articles sont durs ».

L’ex Orange buvait alors les paroles de cet indéfectible soutien….

Au cas où cela n’aurait pas déjà pas été assez, en écho à Fo la Cgt lui a emboité le pas. Dans un compte rendu adressé en interne à nombre de salariés, également publié sur son blog, l’organisation syndicale dénonce aussi dans un paragraphe dédié (ci-après) le Ernotte « bashing ».



«  Bashing.

Interrogée sur les articles qui lui sont défavorables dans la presse, Delphine Ernotte répond qu’elle fait la part entre les critiques, parfois justifiées, et les «tentatives de déstabilisation, qui viennent toujours des mêmes».

Et de citer Ernotte «c’est de la pure déstabilisation, je ne réponds pas à la déstabilisation».

Voilà donc le Président de la République, le Premier Ministre,  le Gouvernement  et  les Tutelles prévenus.



L’ex Orange ne craint personne et sûrement pas tous ceux-là !!!!!

dimanche 16 juillet 2017

D’inévitables répercussions pour l’ex Orange et ses derniers fidèles qui ont laissé un salarié de France Télés en grève de la faim depuis plus de 2 semaines.



D’inévitables répercussions pour l’ex Orange et ses derniers fidèles qui ont laissé un salarié de France Télés en grève de la faim depuis plus de 2 semaines.

Le blog CGC Média sans nouvelle de ce collaborateur de France Télés qui a commencé depuis plus de deux semaines sa grève de la faim, est très inquiet. 

Juste avant le weekend de jours du 14 juillet, le blog CGC Média relatait l’état de santé très mauvais et très préoccupant de celui en était alors à son 12èmejour sans s’alimenter. Le médecin du travail qui n’avait été prévenu que lundi, l’avait ardemment prié - les premières conséquences neurologiques apparaissant - d’arrêter de mettre ainsi sa vie en danger.

Nous le rappelons ici, avant la fête nationale son élocution était lente et difficile, le son de sa voix était faible, ses forces déclinaient, son rythme cardiaque s’emballait et il ressentait alors une raideur dans l’une de ses jambes…Silence de la direction de France Télévisions. C’est du jamais vu dans une entreprise de Service Public !

Ce sera à la Justice d’apprécier comment les responsables d’une entreprise d’État ont pu sans intervenir, laisser un homme risquer sa vie à ce point, en faisant montre à son encontre de tant d'indifférence et d’inhumanité.

C’est probablement l’ultime goutte d’eau qui va faire déborder le vase de l’ex Orange qui était déjà à ras bord.