Contactez-nous!

Par téléphone au 06.14.06.44.36 ou par mail en Cliquant Ici!

dimanche 26 février 2017

Jean-Louis Borloo ne rejoindra probablement pas Emmanuel Macron sauf…



Jean-Louis Borloo ne rejoindra probablement pas Emmanuel Macron sauf… 

Après l’annonce, ce vendredi 24 février du Parquet National Financier (PNF) de l’ouverture d’une information judiciaire pour "détournement de fonds publics, abus de biens sociaux, complicité et recel de ces délits, trafic d'influence et manquements aux obligations de déclaration à la Haute Autorité sur la transparence de la vie publique"(selon le  communiqué) comme suite à l'enquête sur les emplois présumés fictifs dont auraient bénéficié l'épouse de François Fillon et deux de ses enfants, la campagne pour la présidence de la République continue de s’enfoncer chaque jour un peu plus dans le grand n’importe quoi. 

Quel spectacle donnons-nous à nos voisins européens et à la communauté internationale ?!

Hier, l’ensemble des média s’est  emballé sur l’invitation à dîner par Emmanuel Macron candidat à la présidentielle, de l'ancien chef de file du centre droit, ce dimanche soir, Jean-Louis Borloo. 

Il se dit en coulisses que le dîner pourrait se situer dans le prolongement du déjeuner au Terminus Nord près de la gare, entre le même Borloo et Jean-Paul Delevoye chargé des investitures chez Macron…ce dernier n’ayant, semble-t-il, pas réussi encore réussi à le convaincre ; pourtant certaines « mauvaises langues » affirment que ce serait déjà fait… sauf !!!!!!

Sauf si après cette gangue judiciaire tous azimuts qui ne peut que décrédibiliser un peu plus, celles et ceux qui s’y retrouvent enfermés, un plan A voyait le jour ! 

Le plaidoyeradressé à François Hollande par la romancière Christine Angot parue dans Le Journal du Dimanche où elle exhorte le président de la République à se représenter à la présidentielle  pour ne pas laisser la France « se désintégrer » et aller « dans le mur » : « Vous ne pouvez pas laisser le pays se désintégrer (…) Vous ne pouvez pas quitter le navire comme ça. Pas en ce moment. Il faut que quelqu’un fasse quelque chose, et il faut que ce soit vous. Il n’y a plus que vous. Ayez le courage. Relevez le gant » ??

Si l’analyse est juste et sans appel, ils sont de plus en plus nombreux à appeler de nouveau à un sursaut: un plan A pour justement éviter à la France de « se désintégrer » et d’aller « dans le mur »…et que les électeurs comme le disent de nombreux commentateurs, aillent voter en se pinçant le nez.

Un plan A !...ni un plan B, ni un plan F.  

vendredi 24 février 2017

Baroin tacle l'ex Orange en direct à France Télé lors de la rencontre avec les maires.


François Baroin tacle l'ex Orange en direct à la tribune  lors de la rencontre des maires de France Télé et lance "dire que tout est pour Paris ou tout est pour les métropoles, c'est la certitude et la concentration d'un sentiment d'abandon et d'oubli"

Extrait

"..Nos idées sont simples et ne sont que l'expression de la réalité de ce qu'attendent les téléspectateurs et de ce qu'attendent les administrés, de ce qu'attendent les usagers des services publics dans une politique qui doit tenir compte comme toute politique publique, c'est vrai pour vous c'est vrai pour nous, de la réalité sociologique de notre pays.
Je rappelle que plus d'un français sur deux vit dans des communes de moins de 10.000 habitants. On a l’impression que la France c'est une addition de métropoles.

36 % de la population française vit dans les communes de moins de 2.500  habitants et tous les messages qui consistent à dire que tout est pour Paris ou tout est pour les métropoles,  c'est la certitude et la concentration d'un sentiment d'abandon et d'oubli. 

Ce sont des gens qui paient des impôts, qui paient la redevance; ils paient le Service public. 

Ils ont droit au même Service public, au même développement des infrastructures, la même couverture de haut débit et la même qualité de prestation et d'accompagnement avec une ouverture sur le monde...

Le rôle de la télévision publique c'est d'ouvrir sur le monde les fenêtres nécessaires et être au plus près du coin de la rue..."

 









L’ex Orange essaie de prendre le train en marche mais rate encore la marche.



L’ex Orange  essaie de prendre le train en marche mais rate encore la marche. 

Le blog CGC Média dans un article intitulé «L’Orange à maires (*)…énième débat à France Télévisions : les édiles réclament plus de “positive attitude”» faisait référence à la rencontre organisée, ce 21 février, la journée entre France Télévisions et l'Association des maires de France (AMF). 
Devant des maires dubitatifs et somme toute assez remontés, Ernotte a sûrement cru que raconter une nouvelle fable comme de coutume pourrait dégonfler la grogne.
  
Cette dernière a notamment, annoncé le lancement du « train de la présidentielle  avec trente-trois arrêts dans des gares de France à la rencontre des élus et des citoyens ».

Voilà maintenant qu’elle confond le réseau ferré avec le réseau hertzien. Elle n’y est pas pour grand-chose évidemment…C’est la SNCF qui est à la manœuvre et gère l’opération; France Télé n’est qu’un des partenaires comme le groupe Randstad ou encore Radio France, l’INA et  l’AFP.



"TRAIN DE LA PRÉSIDENTIELLE du 5 mars au 13 avril

SOUS LA Vème RÉPUBLIQUE, L'ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE ET LES MÉDIAS  CONSTITUENT UN COUPLE INDISSOCIABLE.


Certains diront « pour le meilleur et pour le pire », peut- être…mais toujours au service de la démocratie.
C’est une histoire de passion, de conviction, de fulgurance mais aussi de trahisons, de coups bas, de défaite. L’histoire de ce couple est bien sûr intimement liée aux événements que la France et le monde ont pu connaître.
Alors, venez voir et écouter les vibrations de l’actualité au fil du temps. Une façon de comprendre le contexte de chaque élection.
Vous découvrirez aussi les grands enjeux de ce moment de confrontation nationale où se mêlent médias et politique : montrer et être vu, parler et convaincre, batailler et prévoir, enfin, exiger une éthique que l’on soit  journaliste ou politique.

Ce Train Expo de la Présidentielle va parcourir la France du 05 mars au 13 avril dans 31 villes des 12 régions métropolitaines..."

Pas sûr que les maires aient apprécié la blague!

L’Orange à maires (*)…énième débat à France Télévisions : les édiles réclament plus de “positive attitude”


L’Orange à maires (*ex)…énième débat à France Télévisions : les édiles réclament plus de “positive attitude” 

Il y avait foule à France Télévisions dans le hall de France en début de semaine. L’ex Orange (*) qui multiplie les «débats citoyens» avait organisé, ce 21 février, la journée entre France Télévisions et l'Association des maires de France (AMF). 

Elle a dû s’étrangler celle que « Schrameck and co » parachutait à France Télé, à l’été 2015, sans connaissance du secteur en découvrant tous ces «  hommes blancs de plus de 50 ans »  – voire 60 ans et plus, le cas échéant – (9 participants sur 10 de la centaine sur place) qui venaient sur place dire que depuis quelques temps rien ne va plus avec la façon dont la boutique les traite…même France 3 avec 24 stations dont l’ancrage régional unique en Europe, aurait dû être un atout mais ne l’est plus!  

« Beaucoup se sont retrouvés dans le discours du maire de Viry-Chatillon (Essonne) » écrit, du reste, Richard Sénéjoux pour le Télérama de cette semaine, ajoutant  « Le traitement de l'information se cantonne malheureusement aux mauvais côtés des banlieues et de la province ». Estimant également que « la disproportion de ce traitement, [leur] fait mal ». 

Nombreux sont ceux qui ont aussi indiqué combien  « France 3 ne mettait pas assez en avant les initiatives positives »  
«C'est l'éternel problème des trains qui arrivent à l'heure. Un chien qui mord un homme, ce n’est pas intéressant. Ça le devient si c’est l’homme qui mord le chien», a répliqué tout la nuance et la retenue le monsieur info de FTV Michel Field qui n’a effectivement pas fait dans la dentelle. 

Quant au maire de Courcourones (Essonne) il ne s’est pas privé de renvoyer l’intéressé dans ses cordes provoquant l’hilarité de la salle. A Field qui lançait :   le service public essaie "d'allumer des contre-feux » censés lutter contre les caricatures, notamment dans la fiction", l’édile a ironisé « A chaque fois qu’il y a un maire dans une fiction, c’est un trafiquant ou un affairiste ! » 

Celle qui venait de chanter, juste avant, que l’info en continu à France Télé n’avait couté que 12 millions d’euros en 2016 et ne coûterait que 15 millions en 2017   cette bonne blague !!! – n’a donc pas été à la fête. 


Cette dernière a eu beau faire comme à sa bonne habitude un train d’annonces  - c’est le cas de le dire -  avec notamment, le « train de la présidentielle » que le groupe dit vouloir lancer et devrait faire trente-trois arrêts dans des gares de France à la rencontre des élus et des citoyens », les maires sont repartis bien loin d’être convaincus. 

Et comme une mauvaise journée n’arrive jamais seule dans la semaine, voilà que Macron sur qui ils sont quelques-uns à France Télé (« était », serait plus juste !) s’allie avec Bayrou pour moraliser la vie publique…et l’ex Orange qui se retrouve très prochainement avec son dircab et deux autres protagonistes au TGI dans le cadre d’une plainte au Pénal quelques semaines après les condamnations de Carolis et de Bastion Millot l’ex patron de Bygmalion et ex conseiller du précédent !