Contactez-nous!

Par téléphone au 06.14.06.44.36 ou par mail en Cliquant Ici!

mercredi 20 septembre 2017

Schrameck en embuscade contre le gouvernement Macron…il est allé le dire publiquement sur l’antenne de France Bleu Toulouse.



Schrameck en embuscade contre le gouvernement Macron…il est allé le dire publiquement sur l’antenne de France Bleu Toulouse. 

« Nous sommes aux aguets (*), nous sommes très attentifs parce que nous considérons que le rôle du service public est central… » répond Olivier Schrameck à la question de Stéphanie Mora « Quand on entend que le Gouvernement demande nouvelles économies au sein du service public de l'audiovisuel, est-ce que ça vous inquiète? » 

(*) Loc. adv. Aux aguets; être aux aguets...(être, se mettre, rester, se tenir etc...) : être en embuscade; à l'affût, dans la posture du guetteur qui se dissimule pour surprendre ou éviter d'être surpris. (Larousse)

Alors que la ministre de la Culture Françoise Nyssen qui répondait hier dans « Les Échos » à  Nicolas Madelaie et Fabienne Schmitt, déclarant entre autres « Le gouvernement ne reviendra pas sur les économies demandées à l’audiovisuel public »,  l’aveu de Schrameck  qui avec l’emploie du « nous » s’exprime au nom de l’intégralité des membres du CSA, a de quoi surprendre ! 

Incroyable…Voilà donc Schrameck en embuscade pour guetter le Gouvernement dans ses faux pas et tenter de le démonter  dans ses choix.

Pourtant le Premier ministre, le ministre de l'Économie et des Finances, le ministre des comptes publics ont dit et redit, ce que la ministre de la Culture a rappelé au titre de Presse qui l’interrogeait «  Les 36 millions d'économies ne sont pas négociables ? »(¤): « Le gouvernement n'entend pas revenir sur ce montant. »Schrameck aux aguets ou pas ! 

(¤) Extrait : 

« Les patrons d'audiovisuel public s'inquiètent de la baisse drastique de leur budget... 

Les contrats d'objectifs et de moyens (COM) des groupes audiovisuels publics prévoyaient des augmentations de budget qui n'étaient pas réalistes, compte tenu de la situation budgétaire dégradée que ce gouvernement a trouvée en arrivant. Ces ressources seront en baisse l'année prochaine, mais en hausse par rapport à 2015 et 2016. L'économie décidée pour 2018 représente une baisse de 36 millions d'euros par rapport à 2017, pour un budget de 4,5 milliards d'euros pour l'ensemble des groupes audiovisuels publics. C'est moins de 1 % d'effort. 

Donc les 36 millions d'économies ne sont pas négociables ? 

Le gouvernement n'entend pas revenir sur ce montant. » 

Dès lors la posture d’Olivier Schrameck qui se dit « aux aguets » donc se dissimule comme le guetteur pour surprendre en évitant d'être surpris, devient évidemment contraire aux fondements même de la République et des instances qui sont censées la représenter !

Scrhrameck ne s’est, du reste, pas arrêté là dans sa posture que beaucoup qualifient aujourd’hui de « défiance », en se réjouissant de la possible fusion Radio France/France Télévisions qu’il appelle visiblement de ses vœux (audiblement serait plus juste) « l’avènement de ce système de plurimédiatique » qui devrait « être prochainement à l'ordre du jour de la réflexion de l'Assemblée nationale… (§) ». Les bras vous en tombent ! 

(§) Nouvel extrait :

« Vous parliez d'efforts publics...l'avenir des média locaux est-ce que ça peut passer par la fusion entre eux? De manière plus globale, celle du Service public de France Télés avec Radio France? » (lance la journaliste)

A quoi Schrameck répond « Je crois profondément que l'évolution des télévisions va vers ce qu'on appelle le plurimédia. Il y a un équilibre entre les différentes composantes de l'audiovisuel, des chaînes,  la diffusion sur le net, de la presse écrite nécessaire pour trouver un bon équilibre économique et culturel,  eh bien, il faut pouvoir jouer de l'ensemble de la gamme des moyens d'information. Je me réjouis que ce système puisse être prochainement à l'ordre du jour de la réflexion de l'Assemblée nationale! »  

Emmanuel Macron, Édouard Philippe, Bruno Lemaire, Gerald Darmanin, Françoise Nyssen et tant d’autres - s’ils ont entendu l’intervention de Scharmeck - n’ont pas dû en revenir !
Les salariés de Radio France et de France Télévisions n’ont pas dû, non plus, en croire leurs oreilles. 

On avait quasiment l’impression que Schrameck était en service commandé pour Delphine Ernotte et Mathieu Gallet – l’un et l’autre renvoyés prochainement en Correctionnelle – qu’il a tous deux concouru à mettre en place justement dans les deux entreprises qu'il se réjouit de voir fusionner au nom du plurimédia ! 

Peu probable que le Président de la République  – pas celui qui l’a nommé en janvier 2013 François Hollande mais son successeur – laisse s’exprimer au nom de l’État, du Gouvernement et de la Représentation nationale, celui  qui aurait au moins dû tourner sa langue sept fois dans sa bouche, avant de déverser de tels propos. 

Il devrait d’ailleurs en tirer toutes les conséquences avant de devoir se réjouir, là aussi, toujours au nom du plurimédia du remplacement du CSA par une plus  large instance de contrôle couvrant donc un périmètre élargi...tellement plus plurimédiatique !

mardi 19 septembre 2017

Assemblée générale sur « france info: »…la colère gronde, les arrêts maladie explosent et les remplacements ne se font plus.

Assemblée générale sur « france info: »…la colère gronde, les arrêts maladie explosent et les remplacements ne se font plus.

Comme le blog CGC Média l’avait écrit, il y a quelques jours, dans un article intitulé « Pascal Doucet-Bon le Kali de l’info à France Télévisions ! »  la tension monte au sein de la chaîne d’info en continu. Non seulement les arrêts maladie explosent comme les demandes de réintégrer leur service pour les personnels sous contrat à l’origine des chaines du groupe mais les demandes de remplacements ne sont plus prises en compte.

Pas de nouvelle embauche. Les nombreux et récents recrutements  au-delà des effectifs initialement prévus – un dépassement d’une cinquantaine environ pas toujours d’ailleurs à destination de « france info: »…) – ont particulièrement agacé les Tutelles et notamment Bercy qui tient les cordons de la bourse.

Plus de remplacements qui tiennent. Les malades, les personnes en congés ne sont plus remplacés…ceux qui sont sur place n’ont qu’à se débrouiller.

« La chaîne d’info en continu n’est pas une exception » entonnent en chœur Pascal Doucet-Bon à qui Yannick Letranchant  a donné les pleins pouvoirs mais aussi certains cadres zélés comme Daniel Grillon nommé rédacteur en chef senior à « France info : » rédacteur en Chef sur LCI et adepte des cadences infernales qui focalise une grande partie du ras-le-bol comme nous l’avions déjà écrit le 8 novembre 2016 dans un post « "France info :" vives tensions au sein de la chaîne confidentielle d’info sur fond de burn-out généralisé. ».

Un exemple parmi des dizaines et des dizaines d’autres. Depuis le début de la semaine, lundi 18 septembre donc, la personne préposée au courrier à Malakoff (le site dit des emprises parisiennes qui abrite France Ô, est en arrêt maladie quasiment jusqu’à la fin du mois.

Le Siège de France Télés n’envoie évidemment personne pour la remplacer ! Du coup, plus de courrier ni à l’arrivée, ni au départ pour l’établissement de France Ô qui centralise en quelques sorte l’administration des autres établissements ultramarins ! Chouette, non !!

Grosso-modo, la chaîne info c’est comme le reste de France Télévisions, la chienlit est partout, la grogne monte et les appels à la grève s’empilent…Ce vendredi, pourrait donc bien être un tournant  après que l’assemblée générale des personnels du « Canal 27 » se soit tenue.

lundi 18 septembre 2017

L’ex Orange : un cahier de doléances prêt pour Gérald Darmanin…C’est à prendre ou à laisser. Sinon ce sera sans elle!



L’ex Orange : un cahier de doléances prêt pour Gérald Darmanin…C’est à prendre ou à laisser . Sinon ce sera sans elle !

En fin de semaine dernière, plusieurs titres de presse (Le Figaro avait donné le «la» concernant le rendez-vous fixé par le Premier ministre « Edouard Philippe qui recevait donc ce lundi 18 septembre les patrons de l'audiovisuel public » afin de leur indiquer que l’État dans le cadre de l'effort collectif annoncé par l’Exécutif avait décidé de coupes budgétaire significatives.





Avant l’ex Orange qui multiplie vainement ses conseils au Gouvernement par média interposés s’est rendue, jeudi dernier en milieu de matinée au ministère des comptes publics dans le bureau de Gérald Darmanin, le ministre de l’Action et des Comptes publics pour lui dire en termes choisis tout ce qu’elle pensait d’une telle mesure !  

Pas question de valider un tel arbitraire…les millions d’économies que veut faire l’actionnaire dans le secteur, ce sera sans elle qui exigeait dès son parachutage « fromage et dessert » !

Sans elle, c’est effectivement ce qu’ont bien intégré ses divers interlocuteurs qui l’ont rencontrée ces derniers jours.

Elle a bien essayé la veille de prendre les salariés de France Télés en guise de boucliers, leur disant en substance qu’il n’était pas question, en l’état,d’absorber, les quelques dizaines de millions d’économies que réclame l’ÉtatSalariés qui n’attendent plus qu’une chose, c’est que le rejet de la greffe de la téléphonie sur l’audiovisuel soit acté et qu’une nouvelle implantation ait lieu sans tarder. 

Peu probable donc que Gérald Darmanin ait été sensible aux arguties de l’ex Orange qui chantait sur tous les toits que tout allait bien, essayant de ridiculiser au passage la Cour des comptes qui rendait quelques semaines plus tôt un rapport pourtant alarmant et dénonçant justement « l’impasse financière » dans laquelle se trouvait France Télés.

Qu’Ernotte comme l’avait écrit, il y a une quinzaine de jours le blog CGC Média, se pique de scénariser son désaccord avec l’actionnaire pour tenter vainement évidemment, de prendre l’opinion publique à témoin et de lui faire croire à un départ forcé sur l’air de « je n’ai pas les moyens de mes ambitions (lesquelles ?) », c’est son problème.

De toute façon, chacun sait comment se termine ce genre de pseudo bras de fer ! 

Toujours est-il que d'autres ont essayé avant – la plupart issus du secteur (ce qui n’est pas son cas) – sans jamais parvenir à faire plier qui que ce soit sur ce terrain mais en y laissant à chaque fois des plumes et en perdant systématiquement la tête.

Les collaborateurs de France Ô visiblement remontés contre l'arbitraire de l'ex Orange !



Les collaborateurs de France Ô visiblement remontés contre l'arbitraire de l'ex Orange !

En effet, ils ont découvert un brin surpris la communication de l’ex Orange indiquant que France 2 allait bouleverser ses programmes de première partie de soirée initiales, ce mardi 19 septembre, afin de proposer aux téléspectateurs un concert caritatif en faveur des populations sinistrées de Saint-Martin et Saint-Barthélémy après passage des ouragans dévastateurs survenus la semaine dernière.

Seulement voilà, s’ils ont bien compris que Radio France s'associera à France 2 pour diffuser dès 20h55 en simultané sur l’antenne de France Inter, le concert en direct du Casino de Paris « Ensemble pour les Antilles », ils regrettent pour le moins le manque de visibilité de France Ô pourtant pleinement concerné dans le dispositif.

Certes ils ont lu la communication de l’ex Orange "Le réseau Outre-mer 1ère sera naturellement à l’unisson de ce concert, avec notamment la diffusion de l’événement en différé sur les antennes de Guadeloupe 1ère, Guyane 1ère et Martinique 1ère" mais ils ne s’y reconnaissent pas.

Oui, il y a bien eu l’émission spéciale Solidarité Antilles qui s’est fait l’écho de "toutes les initiatives dans l’hexagone et en Outre-mer pour parer à l’urgence et préparer la reconstruction", diffusée en direct sur France Ô, jeudi 14 septembre à 20h55 mais aussi sur les chaînes Outre-mer-1ère de Martinique 1ère, Guadeloupe 1ère, Guyane 1ère, Saint-Pierre et Miquelon 1ère, Polynésie 1ère, le même jour en soirée et le lendemain soir sur Réunion 1ère, Nouvelle-Calédonie 1ère, Mayotte 1ère, Wallis et Futuna 1ère mais là, c’est France 2 sans France Ô ! 

Ils ont vu également que "TV5 Monde reprendra également sur ses antennes France Belgique Suisse, Amérique Latine et Etats-Unis ce programme exceptionnel afin de lui donner encore plus d’impact à l’international" puis que "L’ensemble des réseaux sociaux de France Télévisions sera engagé très activement pour relayer ce grand appel aux dons et à la solidarité" mais là encore, ils se demandent où et comment France Ô s’y trouve associé !

Il ne s’agit pour personne de contester l’initiative d’une soirée spéciale «Pour les Antilles » dont Stéphane Bern et Marie-Sophie Lacarrau auront la charge, entourés de nombreux artistes, chanteurs, sportifs ou encore de personnalités du monde de la culture et des médias afin de réaliser le meilleur appel aux dons possible, mais bien de rappeler que France Télés c’est certes France 2 mais particulièrement France Ô évidemment, s’agissant de ce phénomène climatique hors norme qui a frappé les Antilles avec une rare violence.

Ce n’était pourtant pas compliqué d’y penser et d’éviter de froisser ces femmes et ces hommes qui bossent au quotidien pour France Ô et ressentent, une fois encore, un sentiment de mise à part.