Contactez-nous!

Par téléphone au 06.14.06.44.36 ou par mail en Cliquant Ici!

samedi 11 octobre 2008

Dans le contexte économique plus qu'incertain, nos voisins européeens pensent la réforme ""précipitée" et voient la France comme un "laboratoire"

Nous tenions à vous faire partager avec la publication qui suit, les interrogations des télévisions européeennes face aux dispositons de la future loi audiovisuelle.

"La réforme de France TV suscite des sentiments mêlés chez ses consoeurs européennes Par Caroline TAIX (AFP), le10 oct 2008, depuis ARLES (Bouches-du-Rhône)"

" La réforme de France Télévisions suscite dans les autres télévisions publiques européennes un mélange d'intérêt, de surprise sur la rapidité du processus, et de scepticisme sur la nomination du futur président par l'exécutif.

La suppression de la publicité sur France Télévisions, à partir de janvier 2009 après 20 heures, intéresse tout particulièrement l'Espagne et l'Italie, où le débat existe également.

A la télévision espagnole TVE, la publicité va diminuer d'ici à 2010, passant de 12 à 9 minutes par heure.
"La France est allée loin, c'est une réforme rapide qui semble radicale", estime le directeur général de TVE Javier Pons Tubio, interrogé par l'AFP en marge d'une réunion de dirigeants de chaînes publiques à Arles. "Je pense que la perte des recettes publicitaires va poser problème", assure M. Pons, mais "si les taxes sur les télévisions privées sont appliquées, cela peut être une solution de financement intéressante"!

Deux taxes doivent contribuer en France à la compensation de la suppression de la publicité: une de 3% sur la publicité des chaînes privées et l'autre, de 0,9% sur les services founis par les opérateurs de télécommunication. Quant à la future nomination du président de France Télévisions par l'exécutif, M. Pons assure : "l'idéal, c'est le système espagnol où le Pdg est choisi par le parlement".

La responsable des relations internationales de la RAI, Alessandra Paradisi, note que "si la réforme (sur la suppression de la publicité sur France Télévisions) se passe bien, cela renforcera la position des partisans de la suppression de la publicité" en Italie. Mais la compensation de cette suppression "est encore assez vague" en France, estime-t-elle. "L'avantage d'un financement mixte (redevance et publicité, ndlr), c'est que ça aide à préserver l'indépendance de la chaîne", selon la responsable de la RAI.
"Mais l'idée de trouver d'autres solutions de financement est intéressante: on attend les taxes qui doivent être mises en place en France", ajoute-t-elle.

A la ZDF, on est avant tout surpris par la nomination du président de France Télévisions. "Une telle proposition est impensable en Allemagne : le public n'accepterait jamais que le chancelier désigne le président de la télévision publique", assure Frank Dieter Freiling, directeur des affaires internationales de la télé publique allemande. En Allemagne, le directeur de la chaîne est élu par une commission composée de 77 personnes représentant la société. Par ailleurs, la publicité sur les chaînes publiques y est autorisée avant 20 heures. "Nous nous battons pour garder un peu de publicité", indique M. Freiling, estimant que "c'est une façon de garder le contact avec la réalité du marché". La réforme en France lui semble "précipitée".

Pour sa part, la BBC est uniquement financée par la redevance, "une bonne chose car cela permet de prendre plus de risque créatif", assure Matteo Maggiore, responsable des relations européennes et internationales. En outre, "notre source de financement unique et suffisante a l'avantage d'établir un lien direct avec le public qui sait où va son argent et sent que la BBC lui appartient", ajoute M. Maggiore. Il souligne cependant qu'"il est essentiel que ce financement public soit suffisant". La réforme française se fait "très rapidement", estime M. Maggiore, y voyant des avantages et des inconvénients : "il n'y aura pas de perte de temps (...) il y aura moins de temps pour un débat plus approfondi".

ctx/bb/sd

Ajoutons qu'en ce qui concerne la BBC et son financement, dixit l'un de ses responsables: "suffisant", on ne peut vraiment imaginer transposer le modèle en France.

La BBC est propriétaire de la plupart de ses moyens de productions, propriétaire de ses droits et surtout a développé une politique de commercialisation dans le cadre d'un marché audiovisuel mondial des plus importantes, voire la plus importante....ce n'est bien entendu pas par hasard car la BBC non seulement produit des émissions de qualité mais par dessus tout ses programmes sont en langue anglaise...une des langues les plus parlées au monde sinon la plus parlée; ce qui n'est bien évidemment pas du tout le cas de la France(ndlr)

vendredi 10 octobre 2008

La Rédaction de France 2 coupe le son...

Aujourd'hui même, alors qu'il y a encore quelques semaines la Rédaction évoquait la "qualité sonore de certains reportages" (et pour cause lorsqu'il n'y a pas de preneur de son sur des reportages comme ceux d"Envoyé Spécial" d'hier, le 9 octobre 2008, difficilement audibles), Alain LARDIERE Directeur Adjoint de la Rédaction de France 2 , a fait savoir par l'intermédiaire de son secrétariat qu'il n'y aura plus de preneurs de son sur les reportages en province et étranger (dès qu'il y a mission), sauf "justification".

Voilà l'histoire. Alors qu'une journaliste du "Service Société" demande son "ordre de mission" avec une équipe de tournage donc, on lui signifie qu'à partir de ce jour, il n'y a plus de preneur de son sur ce type de tournage, sauf "justification".

La journaliste pour qui le tournage en question justifie un preneur de son va ainsi en référer à Bruno LEDREF qui devra parlementer pendant plus d'un quart d'heure de négociation pour finalement obtenir le preneur de son.

Ce n'est bien sûr que le début...Alain LARDIERE Directeur Adjoint de la Rédaction de France 2 a probablement décidé de mettre en pratique les consignes de Carolis: faire des économies partout où cela et possible ....et, le cas échéant sur le dos des salariés d'abord.

Suite à la plainte, la direction générale de France 2 communique :

Incroyable communiqué alors même qu'un des chefs d'accusation de la plainte est celui de "complicité" !!!

"Suite aux articles parus dans certains journaux et sur le web, la Direction Générale a souhaité répondre à la presse par le communiqué suivant :

Voilà plus d'un an, en septembre 2007, qu'une altercation a opposé le producteur de « Télématin » à l'un des chroniqueurs de l'émission. A la suite de cet incident, le comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) de France 2 a voté une mission d'expertise confiée à un expert agréé par le ministère du travail. Ce rapport d'expertise confidentiel a été présenté aux membres du CHSCT, en septembre 2008, près d'un an après les faits et a émis un certain nombre de préconisations en termes de management ou d'organisation. Une partie importante de ces préconisations a déjà été mise en place depuis plusieurs mois au travers de nouvelles répartitions des responsabilités et des délégations de décisions ainsi que du renforcement des effectifs de l'équipe.

L'ensemble des propositions a, par ailleurs, fait l'objet d'une évaluation attentive par la direction de France 2 et par le producteur de « Télématin », après un débat avec l'expert du CHSCT.
A ce jour, aucun autre élément nouveau n'a été porté à la connaissance de France 2.
Des informations erronées actuellement diffusées dans la presse et sur des sites internet laissent à penser que de nouveaux éléments, voire de nouveaux incidents se seraient déroulés ces derniers temps.

Il s'agit en fait d'une exploitation partielle, partiale et non autorisée d'un rapport d'expertise commandé par le CHS-CT de France 2, il y a plus d'un an.

France 2 s'interroge légitimement sur les raisons de la publication de ce type d'informations au moment où l'émission « Télématin » augmente son exposition hebdomadaire et connaît de bons résultats d'audience. En effet, depuis la rentrée 2008, « Télématin » est également à l'antenne le samedi de 7 H à 8 H 45 ; ce qui constitue un signal fort de reconnaissance de la part de la direction de France 2 à l'ensemble des membres de l'équipe de cette émission.
La direction de France 2 souhaite, à cette occasion, réaffirmer son attachement et son soutien à William Leymergie et aux équipes qui contribuent au succès de « Télématin », l'une des émissions emblématiques de la chaîne diffusée 6 jours sur 7 et fabriquée par les équipes internes."

En gros, les informations diffusées actuellement dans la presse et sur des sites internet seraient erronées et le rapport d'expertise confidentiel qui a été présenté, en septembre 2008,aux membres du CHS-CT [rappelons que la trentaine de membres qui siègent au Comité d'Hygiène et de Sécurité représentent les personnels et que ce qui est dit dans l'instance n'a pas lieu d'être confidentiel puisque touchant directement à leur sécurité] ferait l'objet "d'une exploitation partielle, partiale et non autorisée.."!!! Ben voyons!!!

Cerise sur le gâteau, "France 2 s'interroge, légitimement (ça c'est très dur à croire) sur les raisons de la publication de ce type d'informations au moment où l'émission « Télématin » également à l'antenne le samedi de 7 H à 8 H 45, augmente son exposition hebdomadaire et connaît de bons résultats d'audience".
Qu'ils ont de fâcheux desseins ces organes de presse et ces sites internet, qu'ils ont de mauvaises et injustes pensées contre une émission qui fait 40% de part de marché sur la chaîne...qu'ils sont jaloux de ce "succès" et surtout qu'ils colportent de vilaines rumeurs depuis un "incident" (dixit le communiqué) qui est vieux, passé et somme toute bénin!!! Finalement, ils ont eux la carte de presse -volà ce qui devrait satisfaire Elise Lucet- mais qu'ils l'utilisent bien mal et à très mauvais escient !!!

Cela laisse rêveur.

En forme de réponse à ce communiqué scandaleux, nous publions une réaction trouvée sur "Le Post.fr" et qui vous montrera la sérénité et le respect d'autrui qui règne sur Télématin ...C'est sûrement d'ailleurs à cause d'une telle sérénité et d'un tel respect d'autrui que le rapport confidentiel intitulé "Prévention des risques psycho-sociaux sur Télématin" a été commandé !!!!

Voyez plutôt la réaction:

"Moi, réalisatrice, de directs et de reportages. J’ai travaillé pour l'émission : "TELEMATIN" pendant 15 ans en cdd et "C'EST AU PROGRAMME" pendant 8 ans, à France 2."

Le 24.03.2005, une assistante m'a appris par téléphone, que j'étais supprimée du planning, le matin même, je venais de signer 2 semaines de contrat, débutant le 04.04.07.Déjà dans un état dépressif, dû au stress ambiant, je me suis retrouvée, à signer un accord avec la chaîne pour éviter les prud’hommes, ne voulant pas mener ma famille boulot, depuis 1980, devant les tribunaux. On dit chez moi "Ce n’est pas parce qu'une pomme est malade, qu'il faut jeter le panier" dicton belge.Je voulais éviter la guerre en public, pensant naïvement que je retrouverai du travail, comme promis, au sein du groupe.Ce qui n'a pas été le cas. Mon dernier jour de contrat de travail à France2 fut le 15.04.2005.Depuis, je garde le silence enfermée par cet accord tacite.Depuis le 26 septembre 2007, je suis harcelée par la presse qui à obtenu mon téléphone portable, par un syndicat et toutes les informations sur mon accord transactionnel, unilatéralement dénoncé, pas par moi !Je suis questionnée et harcelée par les journalistes ( Emission Morandini, Satellifax, Paris Match, 20 minutes….)depuis le 26.09.20007, au sujet de :«L’affaire William Leymergie et Jean-Philippe Viaud».Ce sont les journalistes qui m’en ont informée, n’étant
pas au courant des faits, j’en ai été bouleversée. Un véritable tsunami émotionnel s’est produit en moi, remontant à la surface toute la souffrance morale vécue amplifié par l’isolement, Quant aux questions annexées, concernant mon expérience antérieure professionnelle au sein de l’équipe, je suis prisonnière, tenue au secret.Ni à mon sujet, ni comme témoin de faits pour autrui, je ne peux parler ! La loi du silence !"


Voici en plus l'article de VSD sur l'affaire avec l'interview de l'ex Secréatire du CHS-CT

De très nombreuses réactions à la phrase assassine d'Elise Lucet...

Suite à la phrase assassine, plus que méprisante à l'encontre du représentant de la CGC Médias, sur le plateau de Jean-Marc Morandini:

E.L : " Vous avez la carte de presse ? " (lui demande-t-elle)
J.J.C: "Non"
E.L : " Ah! vous n'avez pas la carte de presse...alors c'est peut-être ça l'explication"

les réactions sont très nombreuses et vont quasiment toutes dans le même sens, celui de l'indignation.

En voici quelques unes, pêle-mêle:

"Je suis soufflée par la fin d'Elise Lucet. Qu'est-ce qu'elle se croit celle-là ? T'es pas journaliste alors tais-toi ! C'est nul ! "

" La conclusion d'elise lucet me laisse pantois... vous avez pas de carte de presse... alors c'est peut etre ça l'explication... elle est vraiment quiche quand on voit le nombre de journalistes incompetents qui en ont une et vice versa... "

"Jean-Jacques Cordival n'a pas pu parlé, tout le monde lui tombe dessus. 40% de PDM ne justifie pas tout..."

" Pour la carte de presse c'était pour montrer peut être une chose, on ne peut pas savoir comment se passe le metier s'en en être ! pas de carte de presse donc interdit d'acces à certains trucs...c'est comme si on demandait à quelqu'un de faire un boulot s'en en avoir les bases ! "Alors qu'elle laisse le syndicaliste faire son boulot de syndicaliste.....

"Je crois - mais je peux me tromper, car ce n'est peut-être pas la même chose en France qu'en Irlande, mon pays - que si JMM n'a pas de carte de presse, cela signifie qu'il ne tire pas la majorité de ses ressources financières de son métier de journaliste. "

"Moi je dis qu il n y a pas de fumée sans feu ... Puis de quel droit Elise Lucet intervient? Parce qu elle est journaliste, elle sait tout sur tout le monde? Le monde est petit mais quand même..."

"Incroyable ce Wermus qui fait de ses petites colères ridicules sont quoditien sur tous les plateaux de télé, quant à la conclusion de Lucet " vous n'avez pas de carte de presse ça s'explique". Que veut elle insinuer ? Ceux qui n'ont pas de cartes de presse sont des cons ? ou l'inverse ? Menfin on devine une grande solidarité entre les pseudos stars des médias"

etc...etc...etc...


jeudi 9 octobre 2008

Elise Lucet : vous avez la carte de presse?...

Mercredi 8 octobre à la toute fin du plateau de Jean-Marc Morandini sur lequel Elise LUCET était conviée pour la promotion du nouveau format de son émission "pièces à conviction", la journaliste a interpellé le représentant de la CGC Médias également invité, d'une très étrange façon que beaucoup qualifient aujourd'hui de profond mépris et de corporatisme suffisant.


E.L : " Vous avez la carte de presse ? " (lui demande-t-elle)

J.J.C: "Non"

E.L : " Ah! vous n'avez pas la carte de presse...alors c'est peut-être ça l'explication"

L'explication à quoi Madame Lucet ? Le fait d'avoir une carte de presse est-il de nature à conférer une quelconque intelligence, à susciter un quelconque respect ?

Faut-il avoir une carte de presse pour "penser, s'exprimer, écrire, lire ou encore parler ?"

Le pouvoir d'analyse et la capacité à réagir seraient-ils réservés à ceux qui sont détenteurs de la carte de presse ?

La majorité de ceux qui n'ont pas la carte de presse, sont-ils pour autant des imbéciles ou des sous-citoyens ?????

Comme vous le dîtes sur le plateau Madame Lucet et nous en sommes d'accord à la CGC " il faut savoir raison garder"

Pour voir la séquence en question, cliquez sur le blog ci-dessous
video

LE DRH de France 2 Augustin Hoareau, donne une interview sur "Le post.fr" intitulée "France 2: "Nous soutenons William Leymergie et son équipe"....

Hier sur Direct 8 dans l'émission en direct de Jean-Marc Morandini le représentant légal de la CGC Médias signataire d'une plainte en Correctionnelle n° du Parquet : 0828096019 et n° d'instruction : 20f/08/63 pour "manquements à l'obligation de sécurité des salariés et complicité de harcèlement..." était interrogé (assez vivement en l'occurrence) sur le fond de l'affaire.

Au même moment et il est utile de rappeler que l'un des chefs d'accusation de la plainte est celui de complicité de harcèlement, le DRH de France 2 Augustin Hoareau, donne une interview sur "Le post.fr" intitulée "France 2: "Nous soutenons William Leymergie et son équipe".... Augustin Hoareau qui précise que le rapport remis la 4 septembre au CHS-CT et intitulé "Prévention des risques psycho-sociaux sur Télématin" aurait "été commandé il y plus d'un an par France Télévisions"...à part que ceci est totalement inexact puisque ce sont bien les élus du CHS-CT et non la direction de la chaîne (qui a plus que traîné les pieds) qui l'ont commandé.

Peut-être que le DRH de "La Deux" ne saisit pas ce que "complicité" implique?

vidéo du passage du représentant légal du SNPCA-CGC chez Jean-Marc MORANDINI

Ce que publiait Téléstar ce 6 octobre 2008

Ci-après l'article de "Téléstar" publié ce lundi 6 octobre 2008

mercredi 8 octobre 2008

Pour P.d.C, c’est l'État qui portera la responsabilité d’un plan social à France Télévisions ….

Pour P.d.C, c’est l'État qui portera la responsabilité d’un plan social à France Télévisions ….

Il ne manque pas d’air Patrick de Carolis ! L’article publié dans «Le Point.fr» ce mercredi 8 octobre en est bien la preuve : « Ni le cabinet d'Éric Woerth ni Matignon ne sont, pour l'instant, entrés dans la boucle. À ce stade, la discussion se déroule au niveau des sous-directions : l'agence des participations de l'État (APE), le budget et la DDM (Direction du développement des médias, une branche du ministère de la Culture). Sarkozy devra trancher : plan social ou non ?» "Aucun ne parle de plan social, indique-t-on chez France Télévisions. Le sujet est même clairement évité par nos interlocuteurs."

Et Carolis continue l’opération de désinformation qu’il a commencée depuis 2007.
Il gagne du temps, voila ce qu’il fait…rien de plus.

Il prétend le plus faussement qui soit, de nouveau, que la solution, il la porte depuis neuf mois. Qu’il s'agit de fondre les différentes sociétés du groupe (France 2, France 3, France 5, etc.) en une "entreprise unique" – ce que prévoit le projet de loi audiovisuelle – pour permettre une meilleure mobilité des personnels à l'intérieur du groupe.

VASTE FUMISTERIE.
La mobilité est un des principes fondamentaux de la CCCPA (Convention Collective de l’Audiovisuel Public) existant depuis avant 1984 et qui couvre non seulement les 3 sociétés du groupe France Télévisions mais, plus largement les 6 sociétés adhérentes du collège des employeurs signataire de ladite convention.

Contrairement donc à ce que voudrait faire croire Carolis, il n’y a jamais eu besoin d’"entreprise unique" pour appliquer ce principe inscrit dans les textes. Pire, depuis son arrivée P.d.C n’a quasiment jamais respecté ce principe de mobilité ; cela a été le dernier de ses soucis.

D’ailleurs il n’y a qu’à relire les déclarations contradictoires de son actuel DGA René Maisonneuve ancien DRH de Thales, soi-disant empreint de mobilité, qui disait à son arrivée dans le groupe en 2006, fixant la mobilité (pour amuser la galerie, comme on peut le constater avec le recul) comme son principal chantier : « Quand il y a un recrutement à pourvoir, explique-t-il, il faut que nous évitions la facilité du recrutement extérieur. » En 2006, c'est ainsi une cinquantaine de salariés qui ont pu passer d'une filiale à l'autre, contre 22 en 2005. « Quant à la mobilité au sein même des filiales, il faut arriver à plusieurs centaines de changement par an, fondés sur le volontariat » [Encore heureux qu’il précise basé sur le volontariat parce qu’avec leur article ex L.122-12 de transfert inapplicable en l’espèce des salariés des chaînes vers le holding, les salariés n’auront pas le choix]

Jamais eu besoin d’"entreprise unique" René Maisonneuve pour de 2006 à 2008 ne pratiquer qu’une cinquantaine de « changements de sociétés ». Lamentable.
Toujours le même René Maisonneuve qui se lamentait, il y a peu, sur le fait de comment les « synergies » qu’il prévoyait, si elles devaient ne pas figurer dans le projet de loi telles que dans la réforme Carolis, pourraient bien alors se traduire en licenciements massifs et à moindre coût ensuite ! (voir l’article sur notre blog)

Alors tous les racontars de Carolis qui essaie de vendre sa soupe, sur le fait qu’avec l’"entreprise unique" « il n’y a pas besoin d'embaucher pour remplacer un départ à la retraite, il suffit de muter un salarié venu d'une autre chaîne ou d'une filiale. », tout ça c’est du pipeau.
Fin 2007 sur les plus de 600 lettres adressées à l’ensemble des salariés du groupe à partir de 56 ans et demi pour les inciter à faire valoir leurs droits en retraite, il y a eu moins de 100 réponses positives…1/6ème des départs imaginés.

La soi-disant "aubaine" de la pyramide des âges que met en avant Carolis avec dans les trois ans à venir, des effectifs qui devraient fondre naturellement, c’est du vrai baratin.

Ses faux exemples balancés à la presse en forme de preuve, où notamment le service Communication du groupe (230 personnes) qui devrait enregistrer naturellement une soixantaine de départs à la retraite, ne sont qu’élucubrations mensongères.

L'entreprise unique n’a jamais « offert la possibilité de profiter à fond de l'effet "pyramide des âges" » et ces moins de 100 départs en retraite totaux et finaux qui ont eu lieu dans le cadre du groupe, ne seront jamais plus nombreux avec l’entreprise unique.

A qui Carolis croit-il faire avaler cela ?
De toute façon, les réductions de dépenses demandées par l'État dépassent l'érosion naturelle des effectifs vendue par Carolis qui se défausse par un "Quand on comprime toutes les dépenses autres que celles du personnel et que cela ne suffit pas, alors, inévitablement, se pose la question du plan social"…il le disait il y a peu, du reste, au Figaro en ajoutant « si l'État maintient ses exigences, un plan social est inévitable ».

"Si le compte n'y est pas, je prendrai mes responsabilités." affirmait, Patrick de Carolis sur RTL. Il complétait le 6 octobre, en disant à un représentant de la CGC « vouloir attendre octobre voire novembre avant de prendre sa décision pour avoir une vue globale de la situation ».
Bercy le lui a confirmé, les "caisses de l'État sont vides". D’ailleurs nul n’est besoin des confirmations de Bercy, il suffit d’écouter et de lire tous les jours le presse, la situation économique du Pays est plus que préoccupante. Peut-être Carolis ne la lit-il pas ou n’écoute-il pas !

Nous l’avons confirmé dans un précédent « post » les 450 millions d'euros qu’a promis L'État pour le manque publicitaire de 2008, autant sinon plus pour 2009, tablons sur 550 millions d’euros plus presqu’autant pour la transformation structurelle du groupe et son passage en « global média », cela sans compter le déficit de France Télévisions qui devrait ne serait-ce que pour 2009 se situer entre 200 et 300 millions d'euros.

C’est environ 1 MILLIARD ET DEMI que l'État devrait sortir en 2009...mais où diable pourrait-il le trouver ??

Quant au retour à l'équilibre pour 2010, France Télévisions ne promet rien…au mieux 2011 voir 2012...
Ces quelques semaines de flottement devraient permettre, vu tout ceci, pour Carolis de continuer à poser un peu partout, des bombes à retardement destinées à péter au nez du suivant. Après quoi, il imagine dire : voyez quand j’étais là, au moins….
Il n’est plus temps de jouer au poker-menteur…quelqu’un devrait siffler la fin de la partie sans délai. Sinon un peu comme le crise des subprimes, c’est un véritable effondrement de la télé publique style jeu de dominos, auquel assisterons impuissants le pouvoir, les politiques mais surtout en première ligne les salariés.

P. de Carolis qui dit travailler dans le cadre du rapport Copé, ne se décidera que lorsqu’il aura une vue d’ensemble de la situation

La Présidence de France Télévisions a convoqué, comme elle l’a fait avec toutes les autres organisations syndicales, le SNPCA-CGC afin de faire un point sur la situation.

Présents pour la Direction : Patrick de Carolis, Damien Cuier, René Maisonneuve, René Siacci.

Durée de la réunion : environ 25 minutes.

Le SNPCA-CGC ne se rendait pas à cette convocation avec l'idée d'apprendre quelque chose, non. Tous ceux qui lisent régulièrement notre blog ne peuvent que constater que nous avons les informations bien en avance lorsque nous ne les avons pas déjà en exclusivité.
Le SNPCA-CGC avait, d'ailleurs, en main les "comptes rendus" publiés par les syndicats déjà reçus et qui n'apprenaient rien à personne.

Le SNPCA-CGC a donc écouté ce que P. de Carolis avait à dire. Comme dit précédemment, il n'y avait "rien de nouveau sous le solieil".

Le SNPCA-CGC a quand même posé des questions. Voici les réponses, dans le désordre, qui ont été faites :

Sur calendrier ? P. de C: Le calendrier est entre les mains de l’actionnaire

Sur la "stratégie" ? P. de C: Le plan d’affaire est toujours en négociation

Sur la charte et les chantiers que nous combattons ? P. de C répond par "synergies"; la présidence de FTV compte beaucoup sur les synergies (départs non remplacés, amélioration de la productivité, chantiers de modernisations …)

Sur le déficit qui a, notamment, justifié le vote des droits d'alerte ? P. de C: la question se pose de savoir si l’Etat acceptera que FTV sorte en déficit cette année et l’année prochaine

Sur l'organisation ? P. de C: les scénarii étudiés (financement, organisation, …) sont ceux émis par la Commission Copé, même s’il ne faut pas exclure d’autres scénarii.

Concernant, France 3, sur la mobilité forcée de certains personnels qui pourraient se présenter dans le cadre d’un redécoupage des régions ? P. de C: La Présidence de FTV confirme travailler dans le cadre des hypothèses « Copé » sur un redécoupage du nombre de régions en tant qu'unités de gestion. Néanmoins la mobilité n’est, pour l’heure, pas à l’ordre du jour.

Sur les modalités ? P. de C: la Présidence de FTV table bien sur un passage à l’entreprise « commune » par un TUP (transfert universel de patrimoine) qui aurait été malgré tout gardé dans la nouvelle loi.

Sur la suite qu'il compte donner à ses déclarations au regard de la situation ? P. de C: en ce qui concerne les hypothèses futures, il ne se décidera que lorsqu’il aura une vue d’ensemble de la situation, c'est-à-dire pas avant fin octobre voire courant novembre.

Les réponses apportées étant constantes à celles faites dans les instances et aux autres organisations syndicales depuis quelques semaines à part l'hypothèse d'un départ en octobre voire en novembre, il n'ay avait pas lieu de s'éterniser.

Au final, redisons-le, rien de neuf… Bref pour les vrais nouvelles et autres "confidentiels concernant France Télévisions, lisez la presse mais surtout comme vous êtes de plus en plus nombreux à le faire, rendez-vous régulièrement sur notre blog.

« ENTRETIENS DE VALOIS » : LES FEDERATIONS CGT, CFDT, CFE-CGC, FO ET CFTC NE PARTICIPERONT PAS AU COMITE DU 8 OCTOBRE …

Dans un communiqué commun, LES FEDERATIONS CGT, CFDT, CFE-CGC, FO ET CFTC indiquent qu'elles ne PARTICIPERONT PAS AU COMITE DU 8 OCTOBRE …des « ENTRETIENS DE VALOIS ».

Faute d’avoir reçu les assurances sur les crédits budgétaires d’Etat consacrés en 2009 à la Culture et en particulier au Spectacle Vivant, la Fédération CGT du Spectacle, la F3C/CFDT, la FCCS/ CFE-CGC, la FASAP-FO et la CFTC ne participeront pas à la réunion du Comité des « Entretiens de Valois » qui doit avoir lieu le mercredi 8 octobre à 10H au Ministère de la Culture.

Pour mémoire, le 9 septembre dernier, plusieurs organisations professionnelles avaient dans une déclaration préalable à la poursuite des « Entretiens de Valois », mis en avant les deux conditions suivantes :« La reconduction du budget de la Culture 2008, réévaluée du montant de l’inflation et garanti contre toute forme de gel et la transformation des « Entretiens de Valois », après le temps riche de l’échange et de la concertation, en une phase de négociation et d’élaboration. »

Celles-ci ne sont pas aujourd’hui réunies puisque le Gouvernement a, sans attendre, décidé un gel budgétaire de 5 %. Qui plus est il a, dans le cadre du « Projet de loi de programmation des finances publiques pour les années 2009 à 2012 », déjà anticipé l’évolution des crédits destinés à la Culture à raison de 0, 6 % pour chacune des années 2010 et 2011 ; à l’évidence bien loin de l’évolution réelle du coût de la vie pour la période en question.

Les Fédérations syndicales de salariés CGT Spectacle, F3C/CFDT, FCCS/ CFE-CGC, FASAP-FO et CFTC maintiennent donc leur décision de suspendre leur participation aux « Entretiens de Valois » dans l’attente du dégel budgétaire des crédits 2009 de la Culture qui doivent être examinés par les députés le 27 octobre prochain.

Paris, le 7 octobre 2008

lundi 6 octobre 2008

Guillaume ECKERLEIN DGA de FTS a adressé par lettre recommandée AR une « mise en demeure » au syndicat CGC des Médias

Guillaume ECKERLEIN DGA de FTS a adressé par lettre recommandée AR une « mise en demeure » au syndicat CGC des Médias.

Suite à un article publié sur notre blog intitulé « Guillaume ECKERLEIN DGA de FTS après le départ de B.MILLOT pourrait mettre fin à sa mise à disposition des hôpitaux de Paris », notre organisation syndicale a reçu de son avocat une lettre de mise en demeure.

Le motif de la mise en demeure est principalement le suivant : « Il est patent que le blog de la SNPCA-CGC, plus particulièrement le post du 24 septembre (http://medias-cgc.blogspot.com/2008/09/guillaume-eckerlein-dga-de-fts-pourrait.html) dont il est fait mention et les accusations publiques qu’il contient nuisent à mon client, et entre dans les prescriptions de la loi ».

Et son avocat d’ajouter : « En conséquence, je vous remercie et vous mets en demeure de bien vouloir intervenir sur ce blog afin d’en éliminer sans délai les notes sus indiquées et tous ceux pouvant concerner mon client de façon vindicative. A défaut de suite ou de réponse de votre part sous huitaine, je saisirai les juridictions compétentes sur le fondement des lois du 29 juillet 1881 et du 21 juin 2004 sur la confiance dans l’économie numérique».

Nous allons donc, dans la "crainte" de voir toute l’économie numérique nous tomber dessus retirer de l’adresse mail sus citée l’article incriminé mais assortir ce geste de quelques explications:

L’avocate de G. ECKERLEIN écrit « Parmi les propos mensongers et diffamatoires, je peux vous citer :

1- « Guillaume ECKERLEIN DGA de FTS dès après le départ de B.MILLOT pourrait mettre fin à sa mise à disposition des hôpitaux de Paris », et « pourrait bien solliciter très rapidement l’arrêt de sa mise à disposition pour rejoindre les hôpitaux de Paris »

Qu’est-ce qui est diffamatoire et mensonger ? Le fait que Guillaume ECKERLEIN DGA de FTS soit bien en disponibilité des hôpitaux de Paris sur décision de la CAPN du 21 septembre 2007 (curieusement bien après son embauche pendant l'été à France Télévisions) ?

Qu’est-ce qui est diffamatoire et mensonger ? Le fait d’employer un conditionnel avec « pourrait » ? Pourquoi se mettre en disponibilité de son « employeur » d’origine, si ce n’est pour pouvoir ensuite réintégrer ?

Le fait que Guillaume ECKERLEIN se soit donc mis en disponibilité des hôpitaux de Paris et que ceci soit de notoriété, implique bien que ce dernier « pourrait » donc y retourner.

Les règles de la disponibilité que nous mettons ici en pièce jointe sont claires. (voir bas de page) L’intéressé peut demander sur une période de 10 ans l’arrêt de sa mise en disponibilité et rejoindre son « corps d’origine ». Il se peut que cette demande soit son propre choix mais aussi que l’entreprise qui l’emploie le remercie et qu’il soit contraint de solliciter de facto l’arrêt de sa mise à disposition ! Qu’est-ce qu’il y a là de diffamatoire et de mensonger ?

L’avocate de Guillaume ECKERLEIN peut bien écrire « Il s’agit là au mieux de pures spéculations, au pire d’éléments mensongers. » qu’est-ce que cela change au fait qu’un salarié en disponibilité puisse retourner dans le délai imparti vers l’entreprise qui lui accordé cette disponibilité.
Il serait donc diffamatoire et mensonger – selon l’avocate de Guillaume ECKERLEIN - de dire ou d’écrire que quelqu’un qui a volontairement choisi de se mettre en disponibilité de son corps d’origine, par disposition contractuelle « pourrait » y retourner ensuite ?!

Curieux !

Que Guillaume ECKERLEIN fasse savoir par l’intermédiaire de son avocate qu’il n’a pas pour l’heure, l’intention de suspendre sa mise à disposition, dont acte.

Que le groupe France Télévisions se pose de plus en plus de questions sur ses compétences en matière de gestion des personnels – tout comme les syndicats, du reste – et imagine d’autres conséquences que celles Guillaume ECKERLEIN imagine, rien d’extraordinaire.

A ce sujet, notre organisation syndicale a eu, très récemment, l’occasion de sortir un tract en interne sur le fait que « Il est probablement plus facile pour certains d'embaucher quelqu'un pendant plus de 15 mois, jusqu'au 1er janvier 2010 en « accroissement temporaire d’activité »(Contrat que l’on ne peut plus rompre et où, même s’il l’était, le salarié hors l’entreprise percevrait l’intégralité) que d'avoir une attitude respectueuse d'un(e) collaborateur(trice) détenant un mandat syndical. ».

Nous n’avons aucune intention de retirer ce tract et ce ne sont pas les menaces ou les intimidations de toutes sortes qui nous ferons revenir sur cette liberté d’expression.

L’avocate de Guillaume ECKERLEIN poursuit « Au SNPCA-CGC qui lui écrit pour exiger des explications sur 4 points bien précis il n’a pas daigné répondre. Considérant cette non-réponse comme une discrimination et le syndicat le lui a fait savoir, discrimination syndicale qui touche en premier lieu sa déléguée syndicale mais qui pourrait bien se traduire par d’autres formes de discrimination ».

Force est de constater que la lettre remise en main propre le 16 septembre 2008 par le syndicat à Guillaume ECKERLEIN pour exiger des explications sur 4 points bien précis, n’a reçu à ce jour aucune réponse.

Dire qu’il s’agit là d’une discrimination syndicale est notre droit le plus strict ; surtout lorsque le délégué CFDT qui a demandé les mêmes explications, suite à l'annulation unilatérale par Guillaume ECKERLEIN d'une réunion concernant un poste à pourvoir pourtant occupé depuis plus d'un an par la déléguée CGC, a été reçu immédiatement et pas la CGC.

Préciser pour la CFDT dans un courrier adressé à Guillaume ECKERLEIN que ce dernier voulait fallacieusement faire porter la faute sur la centrale syndicale, ça ce n’est ni mensonger, ni diffamatoire!?

La CFDT a officiellement reçu une explication de Guillaume ECKERLEIN ; explication « abracadabrante » que le syndicat dans un 2ème courrier a fermement contesté.

Guillaume ECKERLEIN n’en est pas à sa première. Voici, en date du 9 septembre 2008, après la décision unilatérale qu’il a prise de reporter pour la 3ème fois sinon la 4ème la tenue de la commission paritaire suscitée, où postule la déléguée syndicale du SNPCA-CGC, comment il adresse un courrier des plus flous envoyé aux délégués de France 2, France 3 et FTS pour tenter de se justifier ; courrier où il tente de faire porter la responsabilité de cette annulation sur un syndicat (la CFDT) qui aurait fait cette demande d’annulation.

Sous couvert d’un soi-disant délai de 10 jours (de quel délai s’agit-il ?), il accuse le syndicat la CFDT qui lui répondra le 17 septembre de la sorte : « c’est vous-même qui avez signalé ce fait à ma secrétaire ».
Mais là, Mr ECKERLEIN ne trouve cela ni diffamatoire, ni mensonger !

Le SNPCA-CGC qui lui a adressé également un courrier portant sur 4 questions : « Quel syndicat vous a saisi du non respect des 10 jours que vous évoquez ? A quel texte et quelle règle y faisant référence faites-vous allusion ? Dans quelles formes avez-vous été formellement saisi ? Y a-t-il dans le texte auquel vous vous référez, un mode précis de saisine sous peine d’annulation de la dite saisine ? », reçois lui une mise en demeure.

NON, Mr ECKERLEIN si ces pratiques ont cours ailleurs, en aucun cas notre syndicat ne les cautionnera. Nous n’allons pas en rester là. Vous allez devoir rendre des comptes mais surtout tirer toutes les conséquences de vos actes.

La CFDT dans son second courrier ne fait, elle aussi, que dénoncer les pratiques de Guillaume ECKERLEIN ; pratiques bien « étranges » en réalité et ce n’est, ici, qu’un euphémisme.

Jugez plutôt quel type de pratiques nous avons récemment mis en avant : malgré l’avis défavorable de son Chef de Service qui a pu au cours d’un mois entier voir évoluer un CDD embauché pour un remplacement, juger le travail de ce dernier et ne pas souhaiter, en conséquence, poursuivre la collaboration du salarié en question, le CDD contre toute logique a été embauché pendant plus de 15 mois en « accroissement temporaire d’activité ».

Interrogations légitimes de la CFDT comme de la CGC: « Accroissement temporaire d’activité » sur 15 mois, jusqu’en 2010, de qui se moque-t-on ?
Il convient de noter au passage le caractère temporaire de l’activité : 15 mois.

Voyant extralucide, Guillaume ECKERLEIN, pour imaginer une surcharge de travail allant jusqu’au 1er janvier 2010 ou bien gestionnaire d’un autre type aux procédés peu orthodoxes !?

Renseignements pris, pas plus de surcharge que de beurre en branche ; l’un des salariés CDI du secteur s’est même vu « délesté » de son activité habituelle pour trouver du travail au « surchargé ».
Concernant ce contrat, le SNPCA-CGC a eu beau saisir la DRH, les contrats FTS leur échappant – bizarre, non – rien malheureusement, n’a pu être fait et le CDD quoi qu’il se passe le sera pour 15 mois.

Le SNPCA-CGC va saisir, officiellement, l’inspection du travail sur ce CDD qui relève plus, selon toute vraisemblance du passe-droit plutôt que de la nécessité de service.

C’est bien ce que la CGC considère comme un manquement grave à la bonne gestion rigoureuse d’une entreprise.
De surcroît, lors d’une réunion avec les délégués syndicaux, Guillaume ECKERLEIN a même cru devoir indiquer que le CDD en question « avait besoin d’être encadré puisqu’il n’était pas compétent » avant de modifier, face au regard médusé des syndicalistes, ses propos en indiquant « quand je dis pas compétent, je veux dire peu compétent… ».
Cela dépasse l’entendement.

Comment, au vu de l’épais dossier que le syndicat possède, ne pas immédiatement penser à la discrimination syndicale !?

Quant à la suite que nous nous réservons le droit de donner à tout ceci, outre donc le fait que nous ayons encore une fois utilisé le conditionnel avec « pourrait », cette mise en demeure ne fait que conforter un peu plus nos sentiments : la CGC Médias et ses représentants ne sont pas traités comme ceux de la CFDT et encore moins de façon égalitaire comme le prévoit la loi.

Ce ne sont pas les menaces ou les intimidations de toutes sortes, et encore moins une mise en demeure qui nous empêcherons de dénoncer l’injustice et redisons-le d’utiliser cette liberté d’expression que prévoit la Constitution comme un droit inaliénable de réaction.