Contactez-nous!

Par téléphone au 06.14.06.44.36 ou par mail en Cliquant Ici!

vendredi 6 septembre 2013

Après le chiffre d’affaires amputé de près de 25% de sa valeur à la régie pub de FTV sous Saada, c’est celui de FTD sous Chapellon qui chute de près de 40%.

Après le chiffre d’affaires amputé de près de 25% de sa valeur à la régie pub de FTV sous Saada, c’est celui de FTD sous Chapellon qui chute de près de 40%.


Il y était question de la chute vertigineuse du chiffre d’affaires de la régie pub FTP qui a perdu environ ¼ de sa valeur (100M€ de moins) depuis  le 29 août 2012, jour où Pflimlin nommait Daniel Saada à sa tête en remplacement de Philippe Santini viré après quinze ans de service.

Et personne n’avait eu vent alors de la nouvelle perte (12M€ probables) due au passage du loto dès janvier 2014 sur TF1 (dossier géré en direct par Pflimlin/Saada) !

Pourtant, Pflimlin n’annonçait lors de sa soi-disant conférence de presse, le 27 août dernier, qu’« un retard de 8M€ de la régie pub »...Il faut quand même oser ! Les quelques journalistes présents au palais de Tokyo succombant peut-être au « chant des sirènes » des lieutenants de Pflimlin se succédant à la tribune, n’ont à ce moment là pas dû remarquer le nez de ce dernier s’allonger.

La réalité chacun le sait est tout autre…Pflimlin a de surcroit oublié de parler d’un autre « retard », celui d’environ 10M€ soit un chiffre d’affaires amputé d’à peu près 40% de sa valeur pour la filiale commerciale (FTD) France Télévisions Distribution  à la tête de laquelle Pflimlin a nommé Yann Chapellon.

Le constat est sans appel. Depuis 3 ans que Chapellon a été nommé à la tête de la filiale FTD sur les bons conseils de Bruno Patino, Pflimlin ne s’est jamais exprimé sur l’activité commerciale du groupe, elle aussi en chute libre encore plus dramatiquement que FTP.

Cela ne manque pas de susciter les interrogations.

Ce chiffre d’affaires qui ne cesse de diminuer depuis trois ans donc jusqu’à perdre 40% de sa valeur pourrait même déboucher dans les prochains jours sur l’annonce d’un plan de départs (encore un à FTV).

Rappelons que l’objectif fixé pour 2013 par le couple Pflimlin/Chapellon dans le cadre du chiffre d’affaires était de 44M€ …les dernière prévisions (officieuses) ne tournent qu’autour de 30M€.

Et Pflimlin qui n’a toujours pas signé ce satané « avenant au COM » où les subsides que réduit l’actionnaire (crise oblige) ne tiennent pas compte de ce manque à gagner !!!!!

Et le chef de l’État qui déclare une « pause de la  fiscalité»…tout ça n’arrange pas les affaires de Pflimlin !  

jeudi 5 septembre 2013

Pourquoi les téléspectateurs-contribuables français paieraient-ils les erreurs de Pflimlin ?

Pourquoi les téléspectateurs français paieraient-ils les erreurs de Pflimlin ?

Mercredi comme TVmag, le blog CGC révélait que " TF1 récupérerait le Loto en janvier 2014" en ajoutant que cela représenterait une perte d’environ 12M€ supplémentaires qui s’ajouteront aux quelques 100M€ qu’a déjà perdus la régie publicitaire depuis l’éviction voilà un an de Philippe Santini, et viennent creuser le trou abyssal dont Pflimlin et son équipe sont comptables.

Deux jours plus tôt, lundi 3 septembre, « Le Monde » publiait un article intitulé  "Redevance, taxe Lescure : la "pause fiscale" gêne les projets du gouvernement" .

Le quotidien y écrivait: « La taxe sur les appareils connectés qui serait payée à l'achat des smartphones, tablettes, etc…souhaitée par Aurélie Filippetti - une des propositions les plus médiatiques du rapport Lescure sur "l'acte II" de l'exception culturelle - pourrait avoir des difficultés à être mise en œuvre rapidement pour ne pas dire compromise »…
Et de préciser de toute façon que le Président de la République avait tranché pour une "pause fiscale" confirmée justement par lui-même,  vendredi 30 août, dans un entretien au titre de Presse.

Cette énième taxe baptisée "taxe" sur les appareils connectés et destinée à financer les industries culturelles qu’Aurélie Filippetti défendait pour assurer, selon elle "un financement moderne, juste et pérenne pour France Télévisions", elle la voit s’éloigner même si elle déclare encore qu’elle doit faire l'objet d'un arbitrage dans le cadre de la loi de finances 2014 en cours d'écriture et devrait être présentée en conseil des ministres le 25 septembre !

Une source gouvernementale, qui, comme le ministère de la culture note que l'arbitrage reste attendu, "dans les prochains jours" admet pourtant que "Ce n'est pas forcément hyper bien parti ». Comme si cela ne suffisait pas, toujours interrogé par « Le Monde » Christian Eckert, rapporteur général de la commission des finances de l'Assemblée nationale et responsable avec le député Thomas Thévenoud (PS, Saône-et-Loire) du groupe de travail sur la réforme de la TVA, enfonce le clou "Je ne sens pas un grand enthousiasme pour la taxe sur les smartphones et les tablettes…".

L’extension de la redevance audiovisuelle, un temps évoquée pour compenser alors l'annulation possible de la taxe Copé par la Justice européenne qui n’a finalement pas eu lieu,  a donc toutes les chances de passer à la trappe…et c’est tant mieux.

Quoi de plus normal en somme…pourquoi les téléspectateurs-contribuables français déjà qui ne voient pas franchement s'améliorer leur pouvoir d'achat  (loin de là) paieraient-ils les erreurs de Pflimlin ?

Pflimlin : c’est le fonds qui compte le plus.



Pflimlin : c’est le fonds qui compte le plus.

Certes France Télévisions n’est pas propriétaire des locaux en question mais justement ces derniers, ceux occupés en face du Siège du groupe dans l’immeuble dit Le Ponant, viennent d’être rachetés par un fonds anglo-saxon.

Selon une information du site « cBanque » : « Un fonds d'investissement anglo-saxon a racheté l'ensemble d'immeubles Le Ponant, dans le XVe arrondissement de Paris, occupé par France Télévisions, le PMU et le groupe bancaire BPCE, a annoncé mercredi le Crédit Foncier.

L’article ajoute « Les bâtiments Ponant Parc et Ponant Plus ont été vendus pour un prix non précisé par la BPCE, a précisé le Crédit Foncier, dont le département Ad Valorem Investissement a conseillé le vendeur.
L'acquisition a été signée par Arizona Asset Management, « agissant pour le compte d'un fonds anglo-saxon », qui n'est pas nommé.
Credit Foncier n'était pas disponible pour apporter plus de précisions, tandis que BPCE n'a pas souhaité commenter l'opération.
Cet ensemble immobilier, situé en bordure du parc André Citroën et à proximité immédiate du siège de France Télévisions, représente une surface d'environ 8.000 mètres carrés de bureaux. »

mercredi 4 septembre 2013

Le SNPCA-CGC propose un projet de courrier aux salariés de France Télévisions qui reçoivent leur transposition.


Nombreux sont les salariés de France Télévisons qui commencent à recevoir, le plus souvent en main propre, la proposition d'avenant à leur contrat de travail.

Tout un tas d'entre eux, soit ne comprennent pas pourquoi ils se retrouvent positionnés sur tel ou tel Groupe et/ou tel ou tel Niveau, soit ne sont tout simplement pas d'accord avec ce nouveau positionnement. C'est pourquoi, le SNPCA-CGC propose un modèle de courrier (que chacun personnalisera bien évidemment) à  adresser à leur RH.

Le voici donc: 

Exemple de lettre à l’employeur en cas de désaccord de positionnement


Vos coordonnées


 


Les
coordonnées de
votre responsable RH

Lieu, Date
 
Objet : Demande d’explications concernant mon positionnement dans la grille salariale. 

Madame, Monsieur,

En date du .2013, une proposition d’avenant à mon contrat de travail vient de m’être remise en main propre (si c’est le cas) où figure  donc la proposition de transposition dans le nouveau dispositif de l’accord collectif France Télévisions.

Avant tout, je souhaite comprendre les
raisons qui ont conduit à opter pour un tel positionnement pour être sur(e) qu’elles correspondent bien à la fonction qui est la mienne dans le cadre de mon contrat de travail.

Je vous demande donc le plus rapidement possible un rendez-vous afin que vous m’en exposiez le plus clairement qui soit les motifs pour que, le cas échéant, je puisse en toute connaissance faire ou non une contre proposition.

Je ne suis pas pour l’heure persuadé(e) que ce projet d’avenant qui me positionne en Groupe …Niveau…soit pertinent et réponde bien à la réalité des fonctions qui sont les miennes et que je tiens ici à rappeler ………(expliquez en quoi elles consistent et pourquoi vous pensez qu'elles se situent dans un autre Groupe et/ou un autre Niveau) 


C’est seulement fort de ces explications, que je serai en mesure de signer cet avenant ou de vous proposer un positionnement plus conforme.

Dans cette attente, je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, mes salutations distinguées.

 Signature


Copies : 
Chef de service
(Éventuellement) un élu du personnel ou une organisation syndicale.




Incontestable et essentielle victoire de Maître Roger Koskas contre France Télévisions.


Incontestable et essentielle victoire de Maître Roger Koskas qui intervenait dans l'intérêt des salariés contre France Télévisions.

Le 2 août dernier, le blog CGC Média qui publiait un article au titre plus que parlant, intitulé "France Télévisions a encore perdu et Roger Koskas pour la CGC a encore gagné"...  rendait un grand coup de chapeau bien mérité à l'avocat intervenant pour la CFDT et le SNPCA-CGC.

Cette extraordinaire victoire de Maître Roger Koskas qui intervenait après que France Télévisions a contesté les dispositions de l'Accord National Interprofessionnel étendu du 17 mars 1975 (France Télévisions avait contesté ces désignations) ne lui étaient pas applicables car signé par le CNPF (Confédération Nationale du Patronat Français) aujourd’hui MEDEF dans une affaire de désignations par chacune des deux organisations d'un représentant syndical au CHSCT, a déjà un retentissement extraordinaire.

Ce jugement est d'une portée fondamentale. Il va bien évidemment au delà des ces désignations qui sont donc parfaitement valables en vertu du jugement de la Cour d'Appel qui précise que les sociétés qui se déclareraient non signataires d'"un accord interprofessionnel" dont l'extension a pourtant été prononcée par arrêt de l'autorité administrative, pour ne pas l'appliquer appliquer seraient donc dans l'illégalité et  "pas conforme à la lettre et à l'esprit des dispositions légales sur l'application des accords collectifs".
 
Autrement dit et par exemple, comment France Télévisions qui dans le cadre d'une rupture conventionnelle du contrat de travail, refusait d'accorder au salarié licencié de facto, les indemnités plus favorables de départ prévues dans les différents accords d'entreprise, sous prétexte que la lettre de la Direction Générale du Travail qui le prévoyait n'aurait visé que les signataires du MEDEF dont FTV n'est pas adhérente, pourrait-il continuer à procéder de la sorte???????
La réponse depuis le 3 septembre est donné par la Cour d'Appel de Versailles, France Télévisions ne le peut plus...il serait plus juste de dire, France Télévisions ne le pouvait pas.

France télévisions qui, à tort, s'appuyait sur une analyse erronée donc d'un courrier de Jean-Denis Combrexelle à la tête de la Direction générale du Travail (la Direction des relations du travail devenue DGT en 2006)  qui précisait que "la rupture conventionnelle issue d'un accord entre le patronat (MEDEF donc) et quatre syndicats (dont la CFDT et la CFE-CGC), nécessitant un accord du salarié et de l'employeur, ouvrant droit à des indemnités pour le salarié ces dernières devaient être au moins équivalentes aux indemnités de licenciement ...", ne pourra donc plus donner moins que les indemnités de licenciement conventionnelles au salarié partant comme cela a été le cas à de très nombreuses reprise au prétexte que n'étant pas adhérent du MEDEF cette règle ne lui aurait pas été applicable.


C'est fini....Quant à tous ceux qui ont quitté l'entreprise dans de telles conditions moindres que celles que valide aujourd'hui et par ricochet la Justice, ils pourront donc la saisir pour obtenir que leur soit bien versées des indemnité conventionnelles de licenciement et non une somme forfaitaire globale ne correspondant à rien.

Chacun se doute que France Télévisions qui ne l'entendait toujours pas de cette oreille, en prétextant ne pouvoir appliquer le jugement de la Cour d'Appel, avait même cru devoir saisir la Cour de Cassation dans le cadre d'une procédure en "urgence" dont elle a également été déboutée étant renvoyée sur le fond.

La Cour d'Appel de Versailles qui vient de statuer de façon incontestable, adresse ainsi un ultime camouflet lourd de sens à France Télévisions (valable au moins pour toutes les autres entreprises du secteur) grâce à Maître Roger Koskas.
Bravo.













Pflimlin et sa garde rapprochée mis à mal dans un dossier explosif du Parisien "Série noire à France Télévisions"

Sans commentaire (enfin juste un: le contribuable payeur appréciera!), le blog CGC vous laisse découvrir le dossier du supplément magasine du Parisien intitulé "Série noire à France Télévisions"








Pflimlin/Patino/Vilamitjana creusent le trou abyssal de France Télévisions en laissant filer le Loto sur TF1!

Selon l'article de TVmag intitulé "Exclusif : Le Loto revient sut TF1 en janvier 2014" (voir ci après ou en cliquant sur le lien)

Selon le magazine Tv Mag,"La Française des Jeux, premier annonceur de la régie pub de France Télévisions en 2013 avec près de 5 millions d'euros par an, a décidé de ne pas renouveler le contrat.
"La Française des Jeux ne serait pas satisfaite de son traitement par la chaîne publique, notamment en raison d'un manque de régularité dans la programmation qui ne correspondrait pas au cahier des charges".

Ce sont donc, après un chiffre d'affaires en chute libre depuis l'arrivée de Daniel Saada mis à la tête de la régie publicitaire par Pflimlin le 29 août 2012 qui plonge d'au moins 100M€ comme le révélait le blog CGC Média dans son article "France Télé Publicité post Santini, une première bougie d’anniversaire à 100 millions d’euros pour Daniel Saada" plusieurs millions qui s'envolent et viennent creuser le trou abyssal que Pflimlin et son équipe ne cessent de creuser.


Comment Pflimlin et Saada qui semble-t-il ont traité le dossier ensemble - les commerciaux de FTP n'y auraient pas eu accès - ont-ils pu laisser filer ce GROS dossier pour lequel France Télévisions touche(ait) une douzaine de millions d'investissement pub qui selon toute vraisemblance pourraient bien se retrouver sur TF1?

A l'Élysée, dans les Ministères de Tutelles, au CSA, chacun se dit très inquiet....à juste titre mais quand l'inquiétude laissera-t-elle place à la raison et fera qu'un déficit qui flirte avec les 300M€ ne passe à 500M€ et/ou plus que les contribuables devront combler au bout du compte?

Découvrez l'article:

"Après consultation, la Française des jeux a décidé de retirer ses tirages hebdomadaires de la grille de France 2.

Selon nos informations exclusives, les tirages du Loto diffusés sur France 2 depuis octobre 2008 quittent la chaîne pour se retrouver dès janvier 2014 sur TF1. La Française des Jeux, premier annonceur de la régie pub de France télévisions en 2013 (près de 5 millions d'euros par an), a décidé de ne pas renouveler le contrat.  On murmure que l'entreprise ne serait pas satisfaite de son traitement par la chaîne publique, notamment en raison d'un manque de régularité dans la programmation qui ne correspondrait pas au cahier des charges. 

En ces temps difficiles pour France télévisions, le départ du tirage du Loto n'est pas une bonne nouvelle. Certains observateurs estiment que cette perte sèche de ressources ne serait que l'illustration du décalage existant entre le pilotage de l'antenne et les exigences d'une régie soumise à celles de ses annonceurs.


Pour la Française des jeux, cette migration vers TF1 s'applique par une triple volonté :augmenter le nombre de contacts avec les téléspectateurs dans une période de baisse du nombre de joueurs, toucher davantage la tranche des 25-45 ans sur laquelle la Une est meilleure que France 2 et fêter en 2014, le retour de l'Euromillion sur l'antenne qui l'avait lancé.
Si  le tirage du Loto et son budget quittent bien France 2, cela ne devrait pas remettre en question les autres investissements publicitaires importants de la Française des jeux sur les chaînes publiques.
A noter que le tirage du Loto donne droit à trois rendez-vous par semaine auxquels il convient d'ajouter quelques rares tirages le vendredi lors de Super Loto pour des événements comme le vendredi 13"

mardi 3 septembre 2013

Le duel n'aura pas lieu après le départ de Pflimlin...le Président du CSA a tranché


Juste avant les grandes vacances (22 juillet), Alexis Delcambre signait dans "Le Monde" un portrait du Secrétaire Général de France Télé également numéro 2 chargé des finances, intitulé "Martin Ajdari, l'énarque qui compose avec l'Etat pour France Télévisions".




Quelques semaines auparavant plusieurs titres de Presse avaient consacré une quasi pleine page au nouveau numéro 2 de France Télé en charge des programmes Bruno Patino que "Le Monde"  malmenait, cette fois-ci, dans un récent article. "L'Express " le qualifiait dernièrement de "Zorro" à la tête des programmes de France Télévisions.
C'est justement de  "L'Express " (article en bas de post) qu'il est aujourd'hui question. Il est peu probable que ni Martin Ajdari, ni Bruno Patino n'aient apprécié le petit article de la semaine dernière sur la succession de Pflimlin.

Deux enseignements sont à tirer à la lecture de ce court article, c'est que:

1)° le Président du CSA  est déjà à la recherche du successeur de Pflimlin dont le départ est donc inéluctable.
2°) Que s'il pensait avoir en interne le profil voulu, il ne chercherait plus....


Et dire qu’Aurélie Filippetti déclarait, « France Télévisions doit faire des économies sur les coûts de diffusion » …COM on en est loin avec l’avenant que l’État a négocié !

Le blog CGC avait d’ailleurs publié à la même date, un document interne à France Télévisions qui détaillait ces économies pour la période de 2009 à 2012 (ci-après) économies de coûts de diffusion liés à l’extinction de l’analogique dont Pflimlin a bien bénéficié et pour lesquelles il n’est pas pour grand-chose !
 


Dans le projet d’avenant au COM (version du 7 août)  qu’a publié la semaine dernière « BFMBusiness.com » (en fichier joint à télécharger sur l’article), à la toute dernière page du document co-négocié avec l’actionnaire, dans un tableau microscopique (voir le document agrandi et grandeur réelle ci-dessous) intitulé « Autres dépenses du diffuseur » figure sous la ligne « Coûts techniques de diffusion :  99M€ », une autre ligne :

-  Autres charges du diffuseur    : 351M€




351 millions d’euros, ce n’est pas une petite somme….A quoi peut bien correspondre ce montant qui représente pas moins de 3,5 fois les « coûts techniques de diffusion » ? 

La Ministre aura peut-être eu une explication lors de son déjeuner avec Pflimlin !





lundi 2 septembre 2013

Pflimlin attend beaucoup de son déjeuner avec Aurélie Filippetti demain.



Pflimlin attend beaucoup de son déjeuner avec Aurélie Filippetti demain.

Pour ceux qui ne le sauraient pas, Pflimlin doit normalement déjeuner avec la Ministre Aurélie Filppetti, ce mardi 3 septembre (ça se dit assez en interne), histoire probablement de voir avec elle les derniers ajustements du COM....Ce COM Contrat d’Objectifs et de Moyens dont « BFMBusiness.com » publiait jeudi dernier sur son site la version du 7 août (en fichier joint à télécharger sur l’article)  dont Pflimlin avait  lu aux journalistes des pans entiers (sans qu’ils le sachent réellement)  au palais de Tokyo lors de sa conf de rentrée !

Parlerons-t-il des soi-disant 600 départs que Pflimlin y a annoncé et qu’il présente comme une demande de l’État  actionnaire, rien n’est moins sûr ?
Chacun se demande finalement après l’article du Figaro de ce matin intitulé « Jean-Luc Hees : «La seule chose que je demande à l'État, c'est de ne pas toucher à l'emploi», si son homologue de Radio France dont le mandat en mars prochain, s’ils ont les mêmes interlocuteurs !!!!! Jean-Luc Hees qui rappelle que « Chaque année, Radio France qui dépense une grande énergie pour améliorer la productivité des antennes, promet à l’État de faire plus avec les mêmes moyens » et qui déclare « La seule chose que je demande à l'État, c'est de ne pas toucher à l'emploi. Nous avons 4619 emplois équivalent temps plein et je me suis engagé auprès du personnel à conserver ce volume ».

Pflimlin attend peut-être le feu vert de la Ministre en forme de donnant-donnant après les proposinadmissibles qu’il a tenus à « Métro » en totale entrave (délit pénal) à un journaliste sur le « plan ciblé » (hors la loi soit dit en passant) qu’il entend mettre en place ? 

Les voici : "Ce plan de départ sera lié à une organisation nouvelle, autrement dit ciblé sur un certain nombre de catégories ou de profils. On doit passer de plans généraux qui ne permettent pas de réorganiser - les postes sont souvent remplacés - à des plans ciblés. Le plan va être présenté à un comité central d'entreprise."

Un plan qui cible certains collaborateurs triés « par catégories professionnelles et/ou profils » - qui n’est donc plus basé sur le volontariat – il a vu jouer ça où Pflimlin ?????