Contactez-nous!

Par téléphone au 06.14.06.44.36 ou par mail en Cliquant Ici!

vendredi 22 novembre 2013

Séance d’hypnose collective à l’Assemblée Nationale, devant les parlementaires Pflimlin tord les chiffres comme Uri Geller les petites cuillers.


Séance d’hypnose collective à l’Assemblée Nationale, devant les parlementaires Pflimlin tord les chiffres comme Uri Geller les petites cuillers.

Lors de son audition du 20 novembre à l’Assemblée Nationale par « la commission des affaires culturelles et le commission des finance » sur l’exécution du COM Contrat d’Objectifs et de Moyens en 2012, Pflimlin a essayé d’endormir une fois encore les parlementaires.

Aux nombreuses questions pourtant fort pertinentes de certains députés présents, notamment mesdames Martinel, Giradin, Pompili et de messieurs Beffara et Travert, chacun aura pu constater que Pflimlin qui ne répond quasiment jamais en direct mais propose systématiquement de le faire a posteriori par écrit !!!!

Il convient de souligner ici l’intervention de Martine Martinel qui force est de le constater maitrise formidablement son sujet, concernant les recettes publicitaires de FTP et celles connexes de FTD

Extrait :

« A la page 9, on peut lire aussi, s'agissant de la gestion d'entreprise, que l’exercice 2012 s’est conclu sur un résultat à l’équilibre en dépit de la nécessité d'adapter la trajectoire  des charges.
Comment parvenez-vous à ce résultat d'équilibre ? Ne peut-on craindre qu'il ne s'agisse que d'un exercice artificiel qui fasse de ce rapport d'exécution un document d'attente et que toutes les dépenses ne soient reportées en 2013 …«Vous avez dit aussi que pour 2013, on aurait une situation à l'équilibre, peut-être ai-je mal entendu! »….

D'autre part à la page 10, on peut lire que les recettes publicitaires issues des supports numériques croissent de plus de 50 % en 2012 avec une forte baisse prévue en 2013. Comment pouvez-vous expliquer cette situation paradoxale ? On peut mettre en début d'explication de la hausse, les Jeux Olympiques d’été de Londres  qui ont aidé à la hausse de ces recettes publicitaires mais peut-être y a-t-il d’autres explications sûrement d’ailleurs !!!!

Dernier point. Vous évoquez aussi dans ce  document, le résultat d'exploitation de la filiale France Télévisions Distribution, et vous soulignez un léger excédent 2012. J’ai pu lire de mon côté des documents qui montraient que le chiffre d’affaires de la filiale FTD ne cessait de baisser et que les légers profits enregistrées en 2012 seraient dus à un changement de gestion de congé payés et à une reprise de provisions”. Quelles décisions, M. le président comptez-vous prendre, vous qui avez déclaré ––si je vous ai bien lu en 2010 – que toute filiale commerciale  n’a de légitimité que si elle génère des profits”?

S’agissant de FTDPflimlin qui botte en touche connait pourtant la réalité, à savoir que la filiale commerciale de France Tlé FTD France télévisions Distribution est au bord de l'explosion à tous les niveaux. (Voir les documents ci-dessous)

Le blog CGC Média dans un post du 26/10/12 intitulé « Conseil d’administration houleux à France Télévisions Publicité…une affaire de « gros sioux », avait révélé l’ambiance qui règne à la régie dont sont responsables le transparent dégé Saada ainsi que Pflimlin qui l’a nommé.
 
À cette fronde, il convient donc d’ajouter celle de la filiale commerciale de France Télévisions (FTD donc) qui verra certainement dans quelques jours ses collaborateurs mener une action de défiance vis-à-vis du PDG Yann Chapellon (venu dans les bagages de Patino et soutenu sans réserve par Pflimlin)  à qui, il est reproché d’avoir raconté n’importe quoi :
 
1°) Lors de sa nomination par Pflimlin à la tête de FTD et afin de passer sous silence son inexpérience dans la diversification, Chapellon avait raconté aux collaborateurs comme à la Presse qu’un plan à 5 ans devait aboutir à 130 millions d'euros en 2015 sur les propos tenus dans le Buzz média (voir l’article du blog CGC Média intitulé « La désastreuse histoire du petit Chapellon dans l’rouge à France Télé »

Tout le monde pourra voir que dans le « Plan Stratégique » sur 5 ans que remettait Chapellon, il ne s’était engagé qu’à faire quasiment moitié moins avec 70M€ seulement en 2015 !
 
Malgré le scepticisme des cadres dirigeants historiques dont certains se feront couper la tête par Chapellon aux motifs bidons « d’absence de stratégie fiable » ou encore accusés de « ne pas partager les objectifs » [inatteignables, il convient de le dire !], ce plan à 5 ans donc a été validé par Pflimlin.

Avec un chiffre d'affaires 2013 qui devrait atteindre péniblement 36 millions d'euros , FTD allait faire face à de lourdes pertes (Rappel du record pour 2011: 3 millions de pertes) pour un objectif de 45 millions (on est bien loin des 130M€)…. Force est de constater par rapport à ce chiffre invraisemblable que trouver « 100M€ en 2 ans » devenait compliqué pour Chapellon!

Pflimlin a viré Santini partant avec un chiffre d’affaire d’environ 425M€…garder Chapellon est dès lors inexplicable !!!!  

1°) Objectifs inatteignables.

Bien évidemment et afin de minimiser les parts variables des collaborateurs de FTD, leurs primes devaient être calculées à partir d’objectifs démesurés ;  ce qui est pour conséquence directe de démotiver l’ensemble des équipes de la filiale et entraîner inexorablement l'effondrement du chiffre affaires depuis trois ans avec l'arrivée de Chapellon. Mystification !

2°) Un plan de licenciements déguisé.

Il est enfin à noter que ce sont plus de 12 collaborateurs qui ont été poussés dehors depuis l’arrivée de Chapellon…

C'est désormais la redevance qui soutient la structure commerciale FTD et non pas l'inverse pour laquelle elle a été créée et qui remplissait son office avant l'arrivée de Chapellon.
 
FTD  a été créée, il convient de le rappeler, pour contribuer au Chiffre d'Affaires et compléter par ses recettes la redevance !! Pflimlin en a visiblement décidé autrement depuis qu'il a nommé Chapellon.
 
Il en va de même pour les recettes publicitaires

Le Figaro publiait, il y a deux jours, un article intitulé « France Télé/pub: 15 M€ de manque à gagner »

Le titre de Presse y indiquait que lors de son audition devant les députés, Pflimlin précisait que « le manque à gagner publicitaire pour France Télévisions en 2013 devrait se situer "autour de moins 15M€ là où il avait craint le chiffre de moins 23M€" !!!

Ajoutant "Nous avons une chute importante de la publicité au premier semestre 2013. Elle s'est traduite pour nous par un résultat de moins 10 millions de publicité par rapport au budget à fin août....octobre et novembre ont été des mois nettement meilleurs à ceux du début de l'année"….

Là encore Pflimlin procède à un enfumage en règle….Ce sera au minimum moins 17 M€ et il le sait pertinemment.

D'autre part, lorsqu’il déclare au Figaro « avoir eu peur de - 23 M€ », à quel moment a-t-il fait part de  ces craintes à l'Etat et la représentation nationale ?

D’autant que c’est lui qui a planté tous les écrans d'accès !!!!!

Il faut tirer un coup de chapeau aux équipes commerciales aux côtés de leur directeur commercial, qui malgré un DG ne les soutenant à l’évidence pas, prouvent dans un tel contexte,  tout leur professionnalisme et  leur efficacité  en parvenant quand même à des résultats.











jeudi 21 novembre 2013

Pflimlin auditionné ce 20 novembre par l’Assemblée Nationale parle à tort et surtout à Travert...Volées de bois verts de mesdames Martinel, Giradin, Pompili et de messieurs Beffara et Travert !



Pflimlin auditionné ce 20 novembre par l’Assemblée Nationale parle à tort et surtout à Travert...
Volées de bois verts de mesdames Martinel, Giradin, Pompili et de messieurs Beffara et Travert !


Patrick Bloche, président de la commission des affaires culturelles et Gilles Carrez, président de la commission des finances, en présence des représentants des groupes : Mesdames Martine Martinel,  Barbara Pompili et Marie-George Buffet M. Christian Kert et Messieurs Christian Kert, Rudy Salles et Thierry Braillard, ont donc entendu Pflimlin et ses troupes.

Etaient présents pour France Télé Mathilde Michel, Anne Grand d’Esnon, Ajdari, Papet, Thuillier et Patino.

Patrick Bloche a demandé – Gilles Carrez,  en étant d’accord – de « ne pas se limiter à l’année 2012, intégrer l’année 2013 se terminant et  tous les éléments qui sont les enjeux de France Télé…notamment en faisant un point sur les objectifs et les  missions de service public rendues obligatoires de par la loi avec les moyens données en parallèle »

Patrick Bloche a souhaité que soit « consacré le temps nécessaire aux problèmes d’emploi – point majeur pour la groupe – notamment la volonté de réduire plus particulièrement les effectifs de 2013 à 2015 et plus particulièrement le plan de départs volontaire ; qui cela concerne et quels choix ont été faits et dans quel secteur»

Cela étant dit, chacun aura pu constater (au regard de la vidéo en ligne) que Pflimlin a comme de coutume, procédé à un enfumage en règle de son auditoire….avec nombre de remarques à l’adresse de Stéphane Travert, député PS, rapporteur du budget, de l’audiovisuel public à l’Assemblée nationale dénonçant dernièrement « l’immense potentiel de France 3 insuffisamment exploité » même lorsqu’il n’intervenait pas !

Patrick Bloche enfonce le clou d’entrée, là où ça fait mal « Par rapport à la discussion que nous avons eue sur l’avenant au COM, il apparaît qu'en terme de recettes publicitaires il y aurait  toujours un retard de 20 millions d'euros de recettes publicitaires et que les 30 millions d'euros gelés de la dotation le seraient toujours ; ce qui reviendrait à devoir encore trouver à 50 millions sauf à faire jouer la clause de rendez-vous ! » D’où la question à Pflimlin « Avez-vous déjà pris rendez-vous avec la Tutelle pour faire  faire valoir cette clause de rendez-vous alors que l’avenant au COM vient tout juste d’être signé ? »
  
A cette question simple, Pflimlin ne répondra évidemment pas et se contentera de lire son texte...comme d'habitude.

Il refera son numéro sur « l’univers de la TNT qui change de façon considérable avec des impacts sur l’audience et la publicité» [et rebelote, le coup du « c’est la faute aux autres » !, ndlr].

Il resservira son perpétuel marronnier «développement du numérique considérable avec un rapport aux contenus qui change du tout au tout comme pour la musique ou la Presse avec l’apparition des nouveaux écrans, la numérisation de l’intégralité des contenus, la multiplicité des écrans et l’accès à une quasi infinité d’images…  » [et vlan, les sornettes sur  « monde qui change et le numérique qui l’accompagne » !, ndlr].

En prime, il leur rebalancera « la crise économique» qui est responsable de tout  et qui impacte sur le chiffre d’affaire qui baisse dans tous les média (FAUX, ndlr)

Tout le reste est du même tonneau et n’a aucun intérêt et renvoie encore et toujours à ses veilles rengaines servies à toutes les sauces (l’adaptation permanente, la différence par la création,  priorité aux contenus, l’information avec la fusion des rédactions nationales de France 2 et France 3, les personnalités de chaînes différentes mais complémentaires, etc…) qui ne sont rien d’autre que les propos qu’avait globalement tenus Pflimlin au membre du CSA voila plus de 3 ans !
Là encore Pflimlin va faire dans le réchauffé avec son travail de long terme décidé en 2008 à savoir la fusion des sociétés dans une entreprise unique sur laquelle il déclare toujours travailler mais qui prend du temps !!!!

Aucun chiffre…Aucun document…aucune donnée vérifiable…On vous enverra tout ça !!! 


Juste une énième pirouette devant les parlementaires  malgré les demandes multiples et récurrentes de les obtenir pour pouvoir VÉRIFIER…. Ce qui, soit dit en passant, est pourtant l’objet de l’audition à savoir vérifier l’exécution du COM.
Ces derniers ne sont plus dupes...à part un ou deux soutiens tant incompréhensibles que ridicules, plus personne ne croit plus e bonhomme Pflimlin! Il a entre autre essuyé une série de questions qui appuient là où ça fait mal de mesdames Martinel, Giradin, Pompili et de messieurs Beffara et Travert

Le blog CGC Média qui a largement commenté au cours de ces dernières semaines leurs prise de position a chois une fois encore de vous faire découvrir les propos de Martine Martinel qui comme de coutume ne mâche pas se mots et pose parce qu'elle connait sur le bout des doigts son sujet,  les questions qui dérangent....Heureusement qu'elle est là

video


Voici son intervention qu'a retranscrite le blog CGC Média:


« Mrs. président, chers collègues…beaucoup de choses ont déjà été dites et redites. Mr Pflimlin vous avez le contexte marqué par la crise économique avec une contrainte forte sur les ressources publiques. Vous avez  évoquez nous l'avions déjà dit plusieurs fois que le groupe est « super pénalisé » - passez moi le néologisme -  par la baisse des recettes publicitaires. Vous avez évoqué à la fin du document synthétique, évoqué que les recettes publicitaires numériques avaient connu une hausse mais qu’une baisse était prévisible et que les recettes de diversifications étaient très en retrait des prévisions.

Vous avez affirmé [à Pflimlin] que vous vous revendiquiez les missions spécifiques de service public – et nous en sommes tous d’accord –  que vous vous fixiez, si je reprends votre terme, « comme objectif d’être différent des autres » par rapport aux chaînes commerciales.

Vous nous avez donné de nombreux exemples. Je voudrais revenir sur quelques points et poser quelques questions ;  par exemple sur les sujets qu’ont abordés mes d'aborder à la fois mes collègues Jean-Marie Beffara et Stéphane Travert. Dans le COM on pouvait lire "L'objectif de France 3 est de redonner de la visibilité aux régions et d'en faire un centre de gravité"


Le rapport d’exécution comme vient de le dire mon collègue, montre que le volume de diffusion nationale augmente de presque 50 % en 2012 cependant lorsqu’on lit les documents et lorsqu'on regarde la télévision, on a bien du mal à faire la part entre l'identité régionale revendiquée et  l'identité nationale.

 Il me semble qu’il y a en ce moment une  bande-annonce qui illustre parfaitement cette ambiguïté, fort belle elle et diffusée sur France Télévisions avec pour slogan « Nos régions nous inspirent »  -  vous avez tous vu cette bande-annonce – elle n’est illustrée que  par des émissions qui portent un regard national sur les régions avec des visages connus de gens de talent, tel que Georges Pernoud,  Carole Guaessler, Julie Andrieux, Laurent Boyer et Patrick de Carolis. Je vous prie de bien vouloir m’excuser si j’oublie quelqu’un.

Est-ce que vous sous pourriez nous en dire davantage ce qui a été fait et sur les actions à venir concernant la production strictement régionale, d’autant que temps de France 3 est la chaîne du groupe qui emploie près de la moitié des salariés de France télévisions.

Pour aborder d'autres sujets sur les programmes et un suivant les documents qui nous ont été  fournis et puis l'avenant au COM parce qu’il faut bien  évoquer l'avenir, les textes que vous nous proposez sont parcourus par la notion de « Nouvelles écritures ».  Qu’en est-il ? Est-ce-ce qu'elles ont eu un effet bénéfique ou est-ce qu’il est mesurable ?

D’autre part, on peut s'interroger aussi sur le fait que vous avez évoqué : « produire de meilleurs contenus,  revendiquer – c’est tout à l’honneur du groupe - des émissions de grande qualité, en diminuant le coût de grille puisqu'on peut lire dans les indicateurs « une baisse du coût des programmes qui irait en s’accentuant ».

Autres sujets, vous évoquez aux pages 8 et 9, vos actions, vous l’avez dit pour faire de l'entreprise commune, un modèle d'organisation responsable et efficace. Vous avez évoqué la complexité - à mon avis, excusez moi, suis-je peut-être la seule à partager cet avis que cette qui fusion relève du pari !
Vous avez évoqué aussi les plans de départs, pourriez-vous nous dire clairement – peut-être  n'ai-je pas bien compris – parce que ça a l’air très détaillé avec des statuts différents et complexes,  quel en est le coût actuel et le coût prévisible.

Toujours dans la synthèse d'exécution du COM, en suivant votre ordre, vous avez  évoqué la promotion de la diversité. Alors où en est-on de l'obtention du label diversité délivré par l'AFNOR ?

Vous avez évoqué  tout à l’heure dans votre exposé : « la place des femmes », vous avez parlé de « la place des femmes par rapport au monde du travail ». Lorsque j’avais eu l'honneur et le plaisir de rapporter sur l'avenant au COM et le projet d'avenant, j’avais souligné la place des femmes dont j’avais dit qu’elle était minorée alors que Mr Ajdari m’avait dit qu’elle avait augmenté, à la fois dans le personnel encadrant de France télévisions mais aussi dans la représentation des femmes dans les programmes…. J'aimerais que vous nous le précisiez, qu’elle est cette évolution et que vus corrigiez mes erreurs je reconnais volontiers, s’il y en a !! »

A la page 9, on peut lire aussi, s'agissant de la gestion d'entreprise, que l’exercice 2012 s’est conclu sur un résultat à l’équilibre en dépit de la nécessité d'adapter la trajectoire  des charges.
Comment parvenez-vous à ce résultat d'équilibre ? Ne peut-on craindre qu'il ne s'agisse que d'un exercice artificiel qui fasse de ce rapport d'exécution un document d'attente et que toutes les dépenses ne soient reportées en 2013 …«Vous avez dit aussi que pour 2013, on aurait une situation à l'équilibre, peut-être ai-je mal entendu! »

Pflimlin reprendra « J’ai dit qu’en 2013 on avait un budget à - 42 M€ et que nous respecterions ce budget de - 42 M€ »

D'autre part à la page 10, on peut lire que les recettes publicitaires issues des supports numériques croissent de plus de 50 % en 2012 avec une forte baisse prévue en 2013. Comment pouvez-vous expliquer cette situation paradoxale ? On peut mettre en début d'explication de la hausse, les Jeux Olympiques d’été de Londres  qui ont aidé à la hausse de ces recettes publicitaires mais peut-être y a-t-il d’autres explications sûrement d’ailleurs !!!!

Dernier point, vous évoquez aussi dans ce  document, le résultat d'exploitation de la filiale France Télévisions Distribution, et vous soulignez un léger excédent 2012. J’ai pu lire de mon côté des documents qui montraient que le chiffre d’affaires de la filiale FTD ne cessait de baisser et que les légers profits enregistrées en 2012 seraient dus à un changement de gestion de congé payés et à une reprise de provisions”. Quelles décisions, M. le président comptez-vous prendre, vous qui avez déclaré ––si je vous ai bien lu en 2010 – que toute filiale commerciale  n’ a de légitimité que si elle génère des profits”?

Je vous remercie”

Ce serait à ni rien comprendre si après tout cela,  les députés validaient l'exécution du COM !!!!!

François Guilbeau, le patron des Régions de France 3 se dit abasourdi de certaines méthodes … Le duo Pflimlin/Langlois au 36ème dessous avec sa bande-annonce parisienne qui a mis le feu à la France des Régions !



François Guilbeau, le patron des Régions de France 3 se dit abasourdi de certaines méthodes … Le duo Pflimlin/Langlois au 36ème dessous avec sa bande-annonce parisienne qui a mis le feu à la France des Régions ! 

Dans un très récent article intitulé « Pflimlin allume un nouvel incendie et met le feu aux régions !...Que cherche-t-il ? », le blog CGC Média dénonçait l’aspect purement « parisianiste » de ces quelques images qui ne montrent qu’une demi-douzaine d’animateurs du National….rien pour les régions.

Cette bande-annonce qui passe en boucle avec le fallacieux slogan  « Nos régions nous inspirent » et qui attribue à chacune des émissions y étant citées, des scores d’audience à vous couper le souffle, produite un effet boule de neige sans précédent auprès des élus de tous bords ! (*)

L’autopromotion de France 3 a, du reste, fait l’objet d’une intervention de Martine Martinel lors de l’audition de Pflimlin (l’enfumage serait plus approprié) s’agissant de l’exécution du COM 2012….Il serait évidemment plus juste de parler  « l’inexécution du COM 2012 ».

Extrait de l’intervention de Martine Martinel à l’Assemblée Nationale ce 20/11/13 : « Le rapport d’exécution comme vient de le dire mon collègue, montre que le volume de diffusion nationale augmente de presque 50 % en 2012 cependant lorsqu’on lit les documents et lorsqu'on regarde la télévision, on a bien du mal à faire la part entre l'identité régionale revendiquée et  l'identité nationale.

 Il me semble qu’il y a en ce moment une  bande-annonce qui illustre parfaitement cette ambiguïté, fort belle elle et diffusée sur France Télévisions avec pour slogan « Nos régions nous inspirent »  -  vous avez tous vu cette bande-annonce – elle n’est illustrée que  par des émissions qui portent un regard national sur les régions avec des visages connus de gens de talent, tel que Georges Pernoud,  Carole Guaessler, Julie Andrieux, Laurent Boyer et Patrick de Carolis. Je vous prie de bien vouloir m’excuser si j’oublie quelqu’un.

Est-ce que vous sous pourriez nous en dire davantage ce qui a été fait et sur les actions à venir concernant la production strictement régionale, d’autant que temps de France 3 est la chaîne du groupe qui emploie près de la moitié des salariés de France télévisions. »

Rappelons que cette bande-annconce qui attribue, notamment, à Carolis pour « Des racines et des ailes » et Georges Pernoud « Thalassa » « 47 millions de téléspectateurs », intervient juste après le rapport de Stéphane Travert  – député PS, rapporteur du budget, de l’audiovisuel public à l’Assemblée nationale – qui rappelle les engagements du COM et dénonce notamment « l’immense potentiel de France 3 insuffisamment exploité ».

Beaucoup de voies s’élèvent aujourd’hui sur l’utilisation de l’antenne de France 3 visant à riposter à un rapport parlementaire et à promouvoir, entre autres, en pleine instruction menée par le juge Van Ruymbke, l’émission Carolis l’ex pédégé de France 3 repassé à la présentation !

Comme si cela ne suffisait pas et pour être dans le ton de cette hallucinante bande-annonce, un  article de Presse s’en prenait hier à un producteur parce qu’il aurait  reçu une commande de « au rabais » France 3 Région.
Le cas échéant, il s’agit d’un sujet produit par France 3 Pays-de-Loire,  autour du portrait de François Fillon, réalisé par le journaliste et ex-patron de l'Express, Denis Jeambar « François Fillon qui es-tu? » produit par Cyril Viguier accusé d'avoir délocalisé en province la production de ce documentaire, au motif qu'il serait indésirable à Paris !!!!
Invraisemblable !!!

Il n’en fallait pas plus à François Guilbeau, ex patron de France 3 que Pflimlin a dégagé de ce poste voila quelques semaines et aujourd’hui uniquement patron des réseaux de  la chaîne, pour réagir sur cette campagne insensée qui interrogé par l’Express se dit, non seulement « abasourdi de certaines méthodes … » mais déclare aussi  "Il est honteux et détestable d'écrire ou de dire que des producteurs [en l’occurrence Cyril Viguier] seraient blacklistés. Et ce n'est pas parce que l'on arrête un jour une émission, que son producteur ne doit plus travailler pour nous. J'ajoute à cela qu'être produit par l'une des antennes régionales de France 3 n'a rien d'indigne: ce n'est pas - pour autant que je sache - de la télévision au rabais !"
 
François Guilbeau de conclure: " Le portrait de Hollande de Cyril Viguier était d'excellente facture [Le tandem Pflimlin/Langlois l’ayant d’ailleurs envoyé en fin d’année dernière à un millier d’élus]  Et je ne vois pas au nom de quels arguments spécieux François Fillon ne méritait pas un portrait du même ordre. Lequel trouvera naturellement sa place sur l'antenne nationale de France 3, s'il s'avère de qualité".

Le trio Pflimlin/¨Patino/Langlois ne réalise sûrement pas encore la portée de cette campagne incompréhensible qui à 4 mois des élections municipales met en scène  deux France qui s’opposeraient !!!

A lire, à ce sujet l’article de l’Express de Renaud  Revel : France 3 veut-elle blacklister Cyril Viguier?

mardi 19 novembre 2013

Pflimlin allume un nouvel incendie et met le feu aux régions !...Que cherche-t-il ?




Pflimlin allume un nouvel incendie et met le feu aux régions !...Que cherche-t-il ?
video

Après l’Outre-mer et les 52 parlementaires ultramarins dont Pflimlin avait déchaîné la colère et qui avaient saisi, très officiellement, le Chef de l’État  [voir les 2 articles du blog CGC Média intitulés « Une cinquantaine de parlementaires qui s'inquiètent de la situation de France Ô saisissent le Président de la République » et  « "déculturation" sur France Ô. »], voila aujourd’hui que celui que Nicolas Sarkozy avait nommé à l’été 2010 enflamme les régions et provoque la fureur des élus de tous bords.

Quel est donc le motif de la colère des élus quelle que soit leur étiquette ? Thierry Langlois le toujours directeur des programmes de France 3 fait réaliser une bande annonce surréaliste autour d’une demi-douzaine d’animateurs au « National ».

Cette bande annonce très parisienne fallacieusement appelée « Nos régions nous inspirent » [pas un élu local n’a encore réussi à trouver en quoi !] attribue à chacune des émissions y étant citées, des scores d’audience à vous couper le souffle ! (*)

Elle attribue, par exemple, à Carolis pour « Des racines et des ailes » : « 47 millions de téléspectateurs »…

Pour ne pas être en reste avec les autres émissions du National qui y figurent :
« Thalassa » proposée et présentée par Georges Pernoud est également suivie par 47 millions de téléspectateurs ;
« Le 18/20 »  présenté par Carole Gaessler : « 54 millions de téléspectateurs » ;
« Météo à la carte »  dont le blog CGC Média s’interroge sur les conditions de son attribution  à « A prime » la boîte de Dominique Ambiel : « 36 millions de téléspectateurs » ;
« Les carnets de Julie»  présentés par Julie Andrieux: « 30 millions de téléspectateurs »
et « Midi en France  »  présenté par Laurent Boyer: « 29 millions de téléspectateurs ».

Quant aux régions à proprement parler et leurs animateurs, Pflimlin et Langlois les ont tout bonnement occultées.

(*) Notons enfin que personne en sait comment ces millions de téléspectateurs ont été comptabilisés et quelle est la fiabilité de ces chiffres !

Pflimlin et Langlois préfèrent évidement montrer Carolis en haut d’une colline regardant le paysage verdoyant - en pleine instruction judiciaire menée par le Juge Van Ruymbeke dans le cadre d’une plainte déposée par le SNPCA-CGC pour notamment "délit de favoritisme et prise illégale d’intérêt" à France Télévisions où le nom de l’ex pédégé apparaît à plusieurs titres – plutôt que de promouvoir l’ensemble des régions tel que le COM  le prévoyait pourtant.

Il suffit de relire l'article 1.1.2 du COM  signé en 2011, qui précise "L'objectif de France 3 est de redonner de la visibilité aux régions et d'en faire un centre de gravité".
Rappelons aussi que cette bande annonce est diffusée juste après le rapport de Stéphane Travert  – député PS, rapporteur du budget, de l’audiovisuel public à l’Assemblée nationale – qui rappelle les engagements dudit COM et dénonce notamment « l’immense potentiel de France 3 insuffisamment exploité ».

Personne ne pense d’ailleurs à une coïncidence et se demande si le but n’était justement pas de ridiculiser son auteur ?!

Nombre de Présidents de régions à l’instar de Martin Malvy Président de la Région Midi-Pyrénées et ancien journaliste, ont du reste applaudi ce rapport. « Stéphane Travert a raison de réclamer une inversion de la logique qui consisterait à faire de France 3 une chaine locale avec des décrochages nationaux alors que les directions nationales successives, très parisiennes ont toujours considéré que France 3 était d’abord une chaine nationale concédant de très insuffisants créneaux aux 24 rédactions régionales qui ont la capacité et suffisamment de talent pour accroitre sensiblement leur occupation de l’antenne.»

Et d’ajouter « En s’obstinant dans cette approche depuis plusieurs décennies, la super structure de la chaine régionale gâche son principal argument et s’enferme dans une grille qui l’a dessert au risque de la menacer alors que France 3 est un formidable atout pour la vie régionale et une chance pour le service public de l’audiovisuel public ».

Cette bande annonce du trio Pflimlin/Patino/Langlois qui a mis le feu aux poudres et déclenché un nouvel incendie, lui donne évidemment raison.

Rien d’étonnant donc à ce que les élus régionaux soient furax.  


Combien d’incendies avant l’embrasement total sur fond d’affaires judiciaires, l’actionnaire va-t-il laisser allumer au risque de retrouver  au final l’entreprise en cendres ?  


Allo la terre…Pflimlin gravement frappé du mal de l’espace, l’amiral Shrameck est le seul capable de sauver l'Enterprise ?

Allo la terre…Pflimlin gravement frappé du mal de l’espace, l’amiral Shrameck est le seul capable de sauver l'Enterprise ?

Pflimlin qui nommé en 2010 par l’Amiral Sarko, a déjà passé trois longues années dans le cosmos médiatique, a fini par craquer.

Il semble atteint d’une forme particulièrement sévère du mal de l'espace dont souffrent nombre de spationautes restés trop longtemps en impesanteur et qui est, avant tout, lié à un phénomène de désorientation majeur. 

« Désorientation » voilà bien l’un des premiers symptômes. Chez  Pflimlin, la pathologie semble bien profonde….il est probable qu’au regard de degré d’affection, tout retour à la réalité soit impossible.

Pflimlin croit dur comme fer avec son tandem d’improbables copilotes « Patino - Razon » que (*) :

«  les téléspectateurs sont des barbares et qu’ils sont parmi nous »
« qu’ils parlent une langue nouvelle et que nous voulons dialoguer avec eux »…
« qu’ils sont les amis des médias et qu’ils ont pour amis des médias dont les histoires se déversent en 140 caractères et se propagent à la vitesse de la lumière»…
« qu’ils utilisent la grammaire et les usages de cette langue qui s'invente au quotidien»
« qu’ils nagent au milieu d'un océan de sollicitation dans une marche déterminée vers le futur qui constitue à la fois une nécessité et un devoir devant être brandis avec détermination dans un univers de  concurrence toujours plus rude et plus directe »,
etc…

(*) Pour ceux qui douteraient, il suffit de lire…tout est écrit noir sur blanc (la preuve en bas de post): 



 « Téléphones à la main, les yeux rivés sur un écran, écoutant d'une oreille distraite les conversations alentour, voyant le bruit du monde, sa folie, ses histoires se déverser sur en 140 caractères et se propager à la vitesse de la lumière, les médias sont leurs amis et leurs amis sont des médias. Ils nagent au milieu d'un océan de sollicitation.

Les barbares sont là, ils sont peut-être déjà en nous, ils font fi des conventions et des protocoles. Ils inventent chaque jour de nouvelles manières de faire ou presque. Ils parlent une langue nouvelle et nous voulons dialoguer avec eux.
La direction des nouvelles écritures et du Transmédia a cette ambition: être à l'avant-poste de ce dialogue; elle cherche à comprendre la grammaire et les usages de cette langue qui s'invente. C'est un laboratoire où se créent des formes nouvelles de récits ou de partage qui touchent  tous les sujets. Peu importe le genre – fiction, documentaire, magazine, divertissement, animation, information -  seule compte l'expérience.
Nous travaillons aux confins des différents médias pour tenter de proposer des narrations originales, plus riches, touffues et complexes mais aussi plus engageantes pour l'audience.
Nous vous utilisons tous les outils à notre disposition pour essayer de nous adapter, de comprendre et, parfois, de devancer les nouveaux usages. Nous proposons ainsi des œuvres hybrides qui mixent médias genres et récits pour raconter notre monde.
Cette marche déterminée vers le futur constitue à la fois une nécessité et un devoir pour l'audiovisuel de service public. Nécessité car, dans cet univers mouvant et instable, les habitudes se prennent vite. Devoir car nos valeurs – l'exigence de la qualité, la formation d'un esprit citoyen, la curiosité au monde – doivent être brandis avec détermination dans un univers où la concurrence est toujours plus rude et plus directe.

Depuis la mi-2011, nous avons lancé de nombreux projets. Vous pourrez découvrir dans les pages qui suivent la diversité et l'étendue de ses explorations éditoriales. Ce ne sont bien sûr, que nos premiers balbutiements. »

Du lourd, on vous l’avait dit…Difficile de revenir d’un tel voyage dans « la quatrième dimension» vers laquelle Pflimlin a embarqué l'Enterprise !!!! Plus disjoncté que Star Trek…Se prendrait-il pour Kirk ?! Pense-t-il qu’il n’a plus l’oreille de Spock et que le prénom de l’Amiral est Olivier ?! Le vaisseau est à l’évidence en perdition…!

Extrait (dialogue original ):  
McCoy : Amiral ! Ne serait-il pas plus avisé de remettre sur l'Enterprise un équipage ayant fait ses preuves ?
Kirk : Les grandes ballades dans le cosmos, c'est un jeu pour les jeunes !
Spock: Comment est-ce qu'il faut prendre cette remarque ?

Mac Coy a raison, à ce stade, il est effectivement plus avisé de remettre un nouvel équipage sur l'Enterprise.
Il est grand temps de mettre un terme à ces « expérimentations numériques » sans queue ni tête, qui n’ont rien démontré du tout et surtout déjà coûté si cher.
« L’Amiral » Schrameck est plus que jamais l’homme de la situation. Lui qui déclarait à la Presse il y a peu que « les lignes éditoriales des chaines du groupe manquaient de clarté », ne peut laisser les « vaisseaux de la flotte » s’abimer les uns après les autres.
Il doit stopper net ces délires fumeux qui ne veulent strictement rien dire et qui ne cessent d’engloutir des millions des deniers publics
Depuis un peu plus de 3 ans, le laboratoire « Nouvelles Ecritures » crée au sein de FTVEN (la branche transmédia/numérique du groupe) - unité dirigée par Boris Razon, l’acolyte de Patino, venu dans ses bagages – a déjà coûté la bagatelle de 3 à 4 millions par an avec plus d’une dizaine de personnes embauchées pour cette sorte de « plateforme » qui propose des web-contenus vus soi-disant par quelques milliers de personnes, à en croire la direction (sans moyen de contrôle) – tu parles – et dont, en réalité, tout le monde se fout.
La production de ces « Nouvelles écritures » qui n’en sont pas - ces « web-contenus » ne sont réellement rien d’autre que des « web-séries » et quelques « web-docus », rien de bien nouveau sous le soleil en matière de réalisation ou de rythme, en somme des contenus comme il y en a tant d’autres -  aura donc jusqu’à là, couté près de 12 millions d’euros aux contribuables. Pour quoi ? Pour qui ?
D’où vient cette idée des « Nouvelles Ecritures-laboratoire » ? Ne cherchez pas, c’est une invention du duo Patino/Razon qui explique à qui veut l’entendre que la télévision est morte et que le numérique est l’avenir….cette même télévision qui finance leur salaire. 
La télé n’est peut-être pas tout à fait morte comme ils le pensent mais à ce train-là, elle risque bien de ne plus supporter très longtemps le traitement qui la tue finalement à petit feu.
Les duettistes Patino/Pflimlim exigent chaque année des économies de plus en plus importantes sur les programmes du groupe - en 2013 : 7 millions d’économie ont été demandés pour les VRAIS programmes des antennes du groupe – et ce faisant, appauvrissent les antennes et les programmes du groupe pendant que des millions sont dépensés dans des contenus du web regardés par une poignée de visiteurs du net… Un problème d’allocation de ressources ?  Qui s’en soucie ? Pflimlin sanctuarise !
Le cœur de métier de France Télévisions c’est la TELEVISION… France Télévisions est un groupe audiovisuel, pas un groupe digital d’expérimentations en tous genres.
Après avoir gravement endommagé celui de « La Deux » avec un acces désastreux, il ne peut laisser  la contagion gagner et ces apprentis laborantins continuer leur fuite en avant. Il ne peut laisser le trou noir qui a déjà grignoté France 2 en partie, engloutir France 4 totalement.
Patino a par exemple décidé de faire France 4 une chaîne schizophrène avec une double ligne éditoriale, une « chaîne jeunesse en journée » sous prétexte de « satisfaire la ministre » et en soirée une programmation dévolue aux nouvelles écritures-laboratoires dont personne ne sait encore vraiment de quoi il s’agit (histoire de justifier l’emploi de son ami de toujours Boris Razon qu’il nommait directeur éditorial de France 4, le 21 octobre dernier, alors qu’il n’avait pourtant jamais fait de télé !)
Rappelons que la feuille de route fixée par Aurèlie Filipetti, était la suivante : « France 4 doit devenir une chaine 100% service public qui accompagne les jeunes publics. Un espace de sécurité pour offrir à nos jeunes concitoyens une chaine éducative de qualité avec des programmes exigeants, non violents et pas racoleurs. »
Avec le projet Pflimlin/Patino/Razon , elle est servie! La télévision c’est un métier qui ne s’apprend pas dans une pochette surprise. Difficile donc sans pratique de diriger une chaine de télévision. Non content d’avoir ce laboratoire sur le net au budget confortable, le duo Patino/Razon s’octroie donc en sus une demi-chaine de télévision pour ses expérimentations en soirée. 
Voici d’ailleurs comment ils définissent cette chaine en soirée dans le projet écrit à 4 mains par le duo Patino/Razon : « France 4 devient « la chaine des nouvelles écritures avec un ton résolument libre impertinent voire punk ....la chaine qui cultive l’irrévérence et l’autodérision, affichant sa différence. L’antenne met en scène la contrebande...jouant des détournements et en remettant en cause les idées reçues, les codes établis et les stéréotypes… »
Voici également le premier appel d’offres hallucinant voir délirant lancé par Boris Razon, l’homme à la double casquette, directeur éditorial de la chaine et par ailleurs directeur du transmédia du groupe :
Nom de code : "Gogol World Bordello", ou "un cri de ralliement, celui de la nouvelle offre de la chaîne en soirée, celui d'une génération lassée du style trop policé de la télévision, de ses plateaux ordonnés, de son humour digeste et du spectacle scénarisé du monde".
Ce nouveau programme, devra raconter chaque soir "avec jubilation le monde nouveau et déglingué dans lequel ils vivent". France 4 en attend un esprit "libre, frondeur, peu respectueux de la parole des institutions et des médiateurs".
"Pourquoi se lancer là-dedans ?"… "Parce que les médias et la télévision ne proposent plus de programmes qui correspondent à un monde en crise, à la fois morale et politique, et en profonde mutation après les errements d'un modèle libéral peu respectueux des individus et de leur environnement" écrit-il encore pour la chaîne dans son appel d'offres un brin barré. Et d’ajouter "Nous pensons que ce n'est pas la seule voie possible dans une société liquide (...) Ce monde foutraque est le terrain de jeu de la nouvelle France 4". Parmi les exemples cités par la chaîne pour donner le ton souhaité aux producteurs : "Le râteau sexuel, récit personnel et complexé des pires expériences sexuelles, les annales de la lose".
Et de vanter le nouveau magazine quotidien qui devrait être diffusé tous les jours sauf le mercredi de 20h15 à 21h50 pour un budget estimé à l’année entre 3 et 4 millions d’euros....Invraisemblable; au delà de la 4ème dimension c'est certain!
Autre « trouvaille » annoncée pour la nouvelle grille de la chaîne, toujours concoctée par l’ineffable duo Patino/Razon : « Anarchy » un docu-fiction qui propose une France tombée dans la faillite totale où chaque français doit vivre avec 40 euros par semaineprojet qui devait initialement être diffusé par France 5 mais aux vues du sujet plus que bancal, la direction de la chaine l’avait refusé… Sûrement face à la présentation  optimiste et prometteuse d’un monde positif pour la Jeunesse !!!  
Cela est-il vraiment en phase avec l’idée de faire de France 4 la chaine 100% service public qui accompagne les jeunes publics de manière positive et utile ?
Est-ce bien là, la vision d’une chaine « jeunes publics » de service public, voulue par la Tutelle ?
Est-ce vraiment le rôle que doit tenir France 4 qui dépense environ 30% de son budget pour financer et alimenter sa grille en soirée ? 
Le budget de France 4 est de 44 millions d’euros, le calcul est vite fait. Plus de 20 millions d’euros supplémentaires vont ainsi se retrouver dépensés dans les fameuses « Nouvelles écritures-Laboratoires ». Un quasi détournement de la redevance…Un hold-up en règle des deniers du contribuable qui donne un total de 20+12 = 32 millions d’euros par an qui seront donc alloués à ces expérimentations. Délirant !
Comment une chaîne de télévision publique peut-elle sortir un tel flot de salades incompréhensibles et bidons ??? Comment peut-elle dépenser ainsi les deniers publics avec de tels concepts ? Le blog CGC Média pour être un brin vulgaire avancerait bien une explication, celle de la simple masturbation intellectuelle mais ce serait là, uniquement, pour faire écho au râteau sexuel de Razon !!!!!
Résultat avec de tels propos, la nouvelle formule annoncée à grand coup de comm’ pour janvier 2014 n’est HEUREUSEMENT pas prête, elle n’arriverait au plus tôt qu’en mars 2014 ...ou avec un peu de lucidité des instances audiovisuelles, n’arrivera pas !!!!

Elles sauveront l'Enterprise ?