Contactez-nous!

Par téléphone au 06.14.06.44.36 ou par mail en Cliquant Ici!

vendredi 7 février 2014

Les propos tenus par Olivier Debargue directeur des achats de France Télé, « décideur achats » de l’année 2012, ont de quoi interpeller.

L’année dernière, le jury composé de professionnels, de représentants de la Rédaction du magazine « Décision Achats »  de ses partenaires, avait élu Olivier  Debargue directeur des achats hors programmes à France Télé depuis 2003: « décideur achats » de l’année 2012. 

Les propos tenus lors d’une des interviews qu’a donnée Olivier Debargue, vont en intéresser plus d’un.

Extrait : « Les achats chez France télévisions c’est 550M€ d'achats/an. 

Pour les gérer, nous sommes une petite équipe de 5 personnes (ø) qui se concentre sur l'essentiel. Nous avons mis en place « une stratégie commando » pour s’occuper du « Sourcing » (¤) qui laisse aux opérationnels, le processus d'engagements, de commandes et de gestion au quotidien des fournisseurs. 

Nous sommes plus sur la partie:

Marketing achats, 

Pilotage des consultations et des mises en concurrence, 

Négociation des contrats 

mais aussi sur le pilotage de l'outil achat dématérialisé avec un « e-proc » (*) qui permet de mettre à disposition des solutions pour les utilisateurs.

La stratégie de France Télévisions, basée sur plusieurs facteurs avec une montée en puissance et une professionnalisation de l'achat public - ce qui était improbable il y a quelques années devient secteur d'achat qui s’est beaucoup professionnalisé avec une dynamique très privée en concurrence dans un contexte difficile où il convient de respecter les contraintes de l'achat public: 

Respecter les impératifs opérationnels

Respecter les impératifs économiques très forts

Respecter les contraintes de l'achat public... 

Olivier Debargue d’inscrire son action dans le principe de ce qu’il appelle « les 3S : Simplicity, Speed, Self-Confidence » …comprenez « Confiance en soi, vitesse et simplicité ».


video

(ø) Une petite équipe de 5 personnes 

A qui fait référence Olivier Debargue, positionné à côté de la directrice juridique Sylvie Courbarien-Legal, tous deux rattachés à Kim Pham dépendant lui-même directement de Martin Ajdari dans l’organigramme de France Télé visant la direction générale déléguée à la gestion aux finances et aux moyens ?

Deux choses ressortent de cette interview : 

La négociation des contrats dans le respect des contraintes juridiques de l'achat public. 

Justement ces contraintes publiques qu’elles sont-elles ?

Celles de l'ordonnance du 6 juin 2005.

France Télévisions qui était avant sous un processus d’achats de type privé, a dû sur décisions des 2 Tutelles (Finances et Culture) se soumettre à cette ordonnance.

Les règles applicables qui sont celles de l'ordonnance du décret ont été progressivement mises en place entre 2006 et 2007 à France Télévisions pour être définitivement adoptées fin 2007,  au moment d’ailleurs où Ajdari dégé de Radio France, en charge du secteur financier, devaient à peu près les mettre également en place !

Ces principes intangibles que décrit Olivier Debargue reposent sur un  mode de fonctionnement extrêmement formalisé relatif à la commande publique:

La publicité (au Journal Officiel de l'Union Européenne)

L'égalité de traitement des candidats

La transparence

L'efficacité économique.

Au-dessus d'un seuil qui serait, aujourd'hui, fixé à 207.000 €, il faut passer un appel d’offre formalisé pour les services prioritaires et les achats d’équipements.

Tous les autres achats s’engagent dans le cadre d’une procédure dite adaptée MAPA avec une mise en concurrence plus souple, à savoir pas d'obligation de publicité au Journal Officiel de l'Union Européenne. 

Pour les contrats inférieurs à 207.000 € les règles applicables sont celles des procédures adaptées :

Obligation de publicité sur le site de France télévisions au-delà de 100.000€.

Mise en concurrence des fournisseurs, soit déjà identifiés soit candidat au vu de la publicité sur le site France télévisions

Puis, choix définitif du fournisseur au vu des critères pertinents pour le marché considéré.

En deçà de 100.000 €, les règles applicables sont les mêmes sauf l’obligation de publicité sur le site France Télévisions.

Ceci étant dit et clairement dit, Olivier Debargue, l’homme toujours en poste à France Télévisons qui déclare ni ne signer, ni n’engager les contrats, va devoir expliquer quel a été son rôle concernant plusieurs contrats :

Oracle (regroupant les 2 progiciels de gestion intégrés communs à FTV Ariane 1 et Ariane 2)

SFR (le contrat de téléphonie mobile du groupe)

Microsoft

HP, etc...

(*) e-Procurement

Le terme « e-Procurement » (pour Electronic Procurement, parfois noté eprocurement, traduisez « fourniture électronique ») désigne l'utilisation des nouvelles technologies pour automatiser et optimiser la fonction achat de l'entreprise. 

(¤) Sourcing

Le mot sourcing est employé dans le monde des affaires pour qualifier l'acte qui vise à réduire le coût général des achats. Cette expression anglo-saxonne (recherche d’une source) est utilisée pour désigner l’action de recherche, localisation et évaluation d’un fournisseur ad hoc afin de répondre à un besoin identifié (en matière de biens ou de services) formulé par une entreprise ou par un service ou un département de cette entreprise.
  • Identifier et développer de nouveaux fournisseurs à l'international
  • Élargir le panel des fournisseurs aptes pour un marché
  • « Vendre le besoin » « Marketing de l’achat »
  • Augmentation de la concurrence dans le panel des fournisseurs existants
  • Comparaison continue du prix et de la qualité sur le marché mondial
  • Destruction ou prévention des monopoles
  • Découverte d’innovations apportées par de nouveaux fournisseurs
  • Le sourcing peut consister à laisser une entreprise autre que la sienne gérer la partie achat dans un pays autre que le sien, ainsi que toutes les activités qui en découlent (négociation des prix, suivi et contrôle de la marchandise, logistique de transport et de dédouanement, gestion du service après-vente).

Voir également les 3 questions posées à l’intéressé : C’était le 26 octobre 2010 au site web « Ecoprod » qui lui posait trois questions .

Aucun commentaire: