Contactez-nous!

Par téléphone au 06.14.06.44.36 ou par mail en Cliquant Ici!

samedi 18 avril 2015

France Télévisions en situation de faillite agonise et les manœuvres en coulisses continuent... objectif 2017! ...Nathalie Collin pour remplacer Pflimlin!

France Télévisions en situation de faillite agonise et les manœuvres en coulisses continuent... objectif 2017! ...Nathalie Collin pour remplacer Pflimlin!

Les mardi 21 et mercredi 22 avril prochains, ont lieu à huis-clos les auditions des quelques noms retenus par le CSA pour prendre la tête d’une télé publique que cinq ans de mandature Pflimlin laisse en miette et tout comme Presstalis qu’il avait quitté à l’été 2010 nommé par Sarkozy, en situation de faillite.
Le jeudi 23 avril, l’instance devrait se réunir en plénière pour se prononcer.
Le vendredi 24 avril, le CSA devrait rendre public le nom du remplaçant de Pflimlin...

Nathalie Collin !...

La ficelle n'est-elle tout de même pas un peu grosse?

Nathalie Collin qui « arrivée il y a un an pour prendre la direction de la communication de La Poste, désignée de surcroît pour piloter la direction du numérique de l'établissement… » (dixit « La Lettre A ») tout comme Delphine Ernotte « ne connait rien à la télé » mais qu’importe !!!!!  

Qu’importe également le gouffre financier de près de 10 millions d’euros qu’elle laissait au Nouvel Obs, le premier news magazine français avec près de 500.000 exemplaires par semaine que son fondateur Claude Perdriel avait dû brader pour éviter sa disparition,  annonçant au passage le départ du tandem. Lire à ce sujet   «Le Nouvel Observateur» avec ses filiales dont le site « Rue 89 » devenu un véritable gouffre financier - il avait perdu 9,8 millions d'euros en 2013 »

Laurent Joffrin actuellement directeur de la rédaction du quotidien Libération, réputé proche de François Hollande, qui certes démentirait un ticket avec Nathalie Collin pour remplacer Pflimlin à la tête de France Télévisions mais pas un poste au Conseil d’Administration…sait-on jamais !!!!!

 
Et puis elle est soutenue… à gauche, à gauche et encore à gauche….Fillippetti l’ex ministre de la Culture, Laurence Engel  son ex directrice de cabinet, Aquilino Morelle son époux et ex conseiller présidentiel de François Hollande…et Jean-Louis Missika actuel conseiller de Paris
 






et même à droite !

Certains l’ont même vue à l’Opéra, il y a quelques jours, en compagnie de Raymond Soubie ex-conseiller social de Nicolas Sarkozy mais aussi ex pédégé d’Altédia qui rachetait en 2001 la société JLM Conseil, dirigée par Jean-Louis Missika  (*), ancien Chef du Service d'Information et de Diffusion du Premier Ministre, et ancien Directeur Général de BVA et actuel conseiller socialiste de Paris qui – le hasard fait bien les choses – conseille justement Nathalie Collin ! (voir l’article de « La lettre de l’Expansioné du 30/04/15 « NATHALIE COLLIN, directrice de la communication de La Poste, a constitué une équipe pour sa candidature… » )
 
Le blog CGC Média dans son article du 2 avril dernier « Vincent Meslet sur le départ d'Arte, mise sur l'élection de Nathalie Collin à France Télé, la candidate de "La Poste" mais pas que...! » reprenait à  ce sujet les quelques lignes de Jamal Henni dans BFM Businness sur deux des  soutiens de Nathalie Collin de "La Poste" candidate pour remplacer Pflimlin à France Télé. 
 
Extrait: 
 
« Selon une source industrielle, l'équipe figurant dans le dossier de candidature de Nathalie Collin (de la poste) est composée de:

Vincent Meslet (directeur éditorial d'Arte, ex-directeur des programmes de France 3) et d'une responsable de la BBC. [Si son nom n'est donné, Catherine Smadja qui a travaillé dans les cabinets des ministres socialistes de la Culture et de la Communication, mesdames  Catherine Tasca et Catherine Trautmann, correspond bien...ndlr]

Au fait le chèque qu’a touché Vincent Meslet, , en 2011,  il y 4 ans – on parle de plusieurs centaines de milliers d’euros - à son départ de France Télévisions, après avoir occupé de 2000 à 2005 le poste de directeur adjoint des programmes de France  3 puis jusqu’à fin 2010 celui de directeur de l’unité fiction de France Télé, ne va-t-il pas lui poser un problème ?

(*) extrait du site boursier « edubourse.com » du 10 mai 2001

« Par ailleurs, Altedia vient d'acquérir 100% de la société JLM Conseil, dirigée par Jean-Louis Missika, ancien Chef du Service d'Information et de Diffusion du Premier Ministre, et ancien Directeur Général de BVA. Jean-Louis Missika et son équipe viennent renforcer les savoir-faire d'Altedia dans le domaine de la communication et d'internet. JLM Conseil a réalisé en 2000 un chiffre d'affaires de 1,1 million d'euros....
Fondée et dirigée par Raymond Soubie, Altedia regroupe 470 personnes dont 320 consultants. Cotée au Second Marché de la Bourse de Paris depuis juin 2000, Altedia a eu l'une des meilleures performances parmi les introductions de l'année 2000, et a reçu dans sa catégorie le « Prix de la meilleure introduction en Bourse 2000 » décerné par le Journal des Finances et Euronext.
Jean-Louis Missika et son équipe viennent renforcer les savoir-faire d'Altedia dans le domaine de la communication et d'internet. JLM Conseil a réalisé en 2000 un chiffre d'affaires de 1,1 million d'euros. »
Par ailleurs, le blog CGC Média a relu avec sidération le papier que Renaud Revel signait le 19 février 2014 : « Manœuvres et tripatouillages autour de la présidence de Radio France »

L’article débutait ainsi "C’est une élection à la française. Comme on les connait. Avec ses « combinazione », ses liens de consanguinité insupportables, entre politiques aux abois et responsables de médias sur le qui-vive. Avec ses manœuvres aussi. Et ses  jeux de couloirs ; ses chausse-trappes et interventions en tous genres, enfin; et ses coups bas et pressions politiques."

Et d’ajouter "L’élection du prochain président de Radio France donne ainsi lieu à une bataille feutrée des plus détestables. Car l’enjeu du moment n’est pas simplement la désignation d’un nouveau patron pour la Maison ronde, mais c’est  aussi, dans son prolongement, (à l’hiver 2015), la nomination du successeur de Rémy Pflimlin à la tête de France Télévisions: deux scrutins étroitement liés, totalement imbriquées, presque indissociables dans l’esprit de ceux qui tentent d’en être aujourd’hui les artificiers et chefs d’orchestre: c’est-à-dire au premier chef, Aurélie Filippetti et l’Élysée….Tous les coups semblent bons dans ce climat d’opacité absolu, l’objectif  étant de flinguer tel ou tel candidat potentiellement dangereux…."

Le journaliste d’enfoncer alors le clou "C’est dans ce contexte, contrasté et affriolant, que le CSA rendra sa décision : entre le 5 et le 7 mars prochain. Et ce après avoir auditionné, à huis-clos, les six candidats en lice : Une confidentialité des auditions éminemment contestable, compte tenu de ce que je viens d’écrire plus haut. Comment en effet ne pas s’interroger, demain, sur les conditions de la nomination de telle ou tel, sachant que personne n’aura pu juger sur pièces des qualités de la personnalité désignée? Le CSA, qui a beaucoup à perdre dans cette élection, aura sans doute à cœur de marquer à la fois son territoire et son indépendance. Car une chose est certaine : Quelle que soit sa décision, celle-ci sera examinée et décryptée à la loupe. Et à l’aune des pressions amicales et autres interventions, dont chacun de ses membres aura fait forcément l’objet....
Un CSA sous surveillance : car tout soupçon de  faiblesse de sa part l’entachera durablement. Tout soupçon de connivence, supposée, avec  tel ou tel, au plus haut niveau de l’Etat, serait désastreux pour ce Conseil que préside aujourd’hui Olivier Schrameck… "

Chacun connait la suite…Peu de temps après l’article, Mathieu Gallet a été désigné par le CSA à la tête de Radio France : le vert pédégé essuie une des grèves les plus longues de Radio France sinon la plus longue (un mois au total), les révélations du « Canard enchaîné » se succèdent, la confiance est définitivement rompue entre le personnel et le président,  quant au CSA qui l’a nommé quelques mois auparavant, il demande un médiateur !

Un an plus tard, les contribuables français à qui France Télévisions coûte pas loin de 3 milliards d’euros par an, vont-ils connaître un scénario à la Radio France ?

Une question se pose….la seule du reste! Celle que la CFDT Média avec l’envoi de sa lettre ouverte au CSA en date du 20 mars 2015 a clairement énoncée : Ca va durer encore longtemps et France Télé dans tout ça ????

Les jeux politiques, les « manœuvres et tripatouillages », les non-dits avec 2017 en ligne de mire, les 10.000 et quelques salariés de France Télé, ils en ont la nausée.

Ils veulent pour tenter de sauver ce qui reste de l’entreprise, quelqu’un qui a "De l’expérience, des références dans le métier, le sens de l’intérêt général, la volonté de réformer dans un souci d’honnêteté et d’équité pour la société et ses salariés, l’enthousiasme pour la création, la loyauté et la bienveillance humaniste et par-dessus tout l’indépendance. »....

Où Pflimlin a-t-il bien pu envoyer Éric Monnier directeur de la rédaction de France 2 et David Pujadas, ce 17 avril 2015 ?

Où Pflimlin a-t-il bien pu envoyer Éric Monnier directeur de la rédaction de France 2 et David Pujadas, ce 17 avril 2015 ?

Ne nous dites pas….non !?

Il semble qu’un ordre de mission un peu particulier ait, hier, fait le tour des rédactions de France Télévisions. Il s’agissait d’un départ pour Beyrouth concernant Éric Monnier directeur de la rédaction de France 2 et David Pujadas présentateur du 20h. 

Si ce document est bien réel, les Pflimlin, Thuillier et autres décideurs vont devoir s’expliquer ! 

Rappel : 

Le 26 février dernier, le Chef de l’État tout comme le Premier ministre condamnait l'initiative de trois parlementaires français de droite et du centre, en "mission personnelle" en Syrie qui, en dépit de la rupture des relations diplomatiques entre Paris et Damas, avaient rencontré le président syrien Bachar al-Assad. 

Manuel Valls avait immédiatement sur BFMTV-RMC, condamné "avec la plus grande vigueur" l'initiative de ces parlementaires : "Ils ont sans doute prévenu le président de l'Assemblée, les autorités françaises, mais ce n'est pas le sujet". "Ils ne sont pas allés rencontrer n'importe qui. Ils sont allés rencontrer Bachar el-Assad, responsable de plusieurs dizaines de milliers de morts….Il s'agit là d'un geste qui ne les honore pas….les parlementaires représentent la souveraineté nationale, ce qu'est ce pays. Que des parlementaires aient ainsi, sans crier gare, rencontré un "boucher", "je crois que c'est une faute moraleC'est une faute, à eux d'en tirer les conséquences".

Imaginez les conséquences que vont devoir tirer Pflimlin, Thuillier et consort, si jamais un tel cas arrivait à France Télé ?!

Comment le CSA a-t-il pu ne pas retenir Marie-Christine Saragosse candidate au remplacement de Pflimlin et retenir à la place Delphine Ernotte?

Comment le CSA a-t-il pu ne pas retenir Marie-Christine Saragosse candidate au remplacement de Pflimlin et retenir à la place Delphine Ernotte?
 
« Pourquoi choisir à un poste si important et si complexe, dans un moment de crise aussi grave, quelqu’un qui ne connait RIEN à l’audiovisuel et aux médias en général ?» s’étrangle le site « bellacio.org ».

Marie-Christine Saragosse candidate au remplacement de Pflimlin doit se le demander depuis mercredi avec insistance ! 

Personne ne peut, en effet lui, contester « la connaissance de l’audiovisuel et des médias en général », elle  qui travaillera  dès sa sortie de l’ENA (1988) dans le secteur public audiovisuel, notamment au service juridique et technique de l’information puis comme directrice de la gestion de RFI et au cabinet de Catherine Tasca où elle fut chargée de l’action audiovisuelle extérieure de la France pour être, aujourd’hui 27 ans plus tard, présidente de France Média Monde.

Le blog CGC Média, lui aussi, s’est interrogé et a essayé de comprendre le « pourquoi des choses ». Il a, entre autres, publié plusieurs articles dont celui intitulé « DELPHINE ERNOTTE et MATHIEU GALLET recrutent le même communicant privé DENIS PINGAUD pour « charmer » le CSA, conquérir le pouvoir et faire main basse sur la radio et la télé publique !! ».

Comment une « inconnue qui ne connait RIEN à l’audiovisuel et aux médias en général ?» peut-elle être logiquement préféré à quelqu’un qui totalise près de trente ans de carrière dans le secteur ?  Surréaliste !!!!!!!

Le blog CGC Média qui a ces dernières semaines commis plusieurs articles sur le sujet, a choisi de soumettre à ses lecteurs l’intégralité du texte de « bellacio.org » pour qu’ils le comparent au sien et trouve les différences…à imaginer du reste qu’il  y en ait !

Il est donc essentiel de lire « Delphine Ernotte a-t-elle pour mission de couler France Télévisions ? » que le site « bellacio.org » publiait le jeudi 19 mars, soit une semaine avant que ne s’ouvre le dépôt de candidatures au remplacement de Pflilmlin. [ * intégralité de l’article de « bellaciao.org », en bas de post]

Ledit article commençait ainsi « La campagne de presse en faveur de Delphine Ernotte saute d’autant plus aux yeux que l’actuelle directrice exécutive d’Orange France était encore totalement inconnue la semaine dernière (mi-mars donc, ndlr)»

Le site média de poursuivre « Le tout Paris des médias, stupéfait, de s’interroger dans les dîners en ville : mais qui est cette inconnue ? Pourquoi elle ? Pourquoi choisir à un poste si important et si complexe, dans un moment de crise aussi grave, quelqu’un qui ne connait RIEN à l’audiovisuel et aux médias en général ?»

La question se suffit à elle-même et résonne d’autant plus fort, aujourd’hui, que Marie-Christine Saragosse dont la carrière dans l’audiovisuel n’est contesté par personne, voit sa candidature écartée au profit de Delphine Ernotte !!!!!!

L’auteur de l’article qui poursuit dans sa sidération, d’ajouter « Il y a là un mystère que nous nous proposons d’essayer de dissiper, en partie seulement, car les couloirs sinueux de la politique sont le plus souvent impénétrables à la raison, ou au simple bon sens. »

Ce mystère que beaucoup tentent de percer, il parait assez évident et fait l’objet, en ce qui concerne le blog CGC Média, d’un autre article du 12 avril dernier « Delphine Ernotte et Nathalie Collin deux candidates au remplacement de Pflimlin qui ont peut-être cru que leur entourage allait les porter, se retrouvent bien mal !!! ».

Intégralité de l’article de « bellaciao.org » qui fait également l’objet d’un commentaire posté par « Aquabella » que voici…Attention âmes sensibles s’abstenir, ça fait froid dans le dos:
« Dans l’entourage immédiat de Delphine Ernotte- Cunci, les rats commencent à quitter le navire. Il faut dire que les restes du management de "Wenes la brute" sont vivaces....
Odile Roujol
(¤) par exemple, tellement proche de ce cher réseau AT Kearney....et qui est connue depuis ses éclats nord-américains pour terroriser ses équipes et avoir échappé de peu à plusieurs dossiers de type "harcèlement". Depuis son arrivée chez Orange, elle ne rompt pas avec ses vieilles habitudes et fait la terre brulée sur son passage. Ses "n-1" la haïssent en chœur, le dossier est "explosif". A tel point que Madame Roujol aurait décidé de repartir à l’étranger, histoire de fuir son "track record" et son soutien autant sulfureux qu’indéfectible à Delphine Ernotte-Cunci.
Mais peut-être que d’ici là, la grande HEC lui aura décerné le prix de la Trajectoire la plus inhumaine qui soit.... »
(¤)


Quelle abominable perspective à France Télévisions…Et c’est elle que le CSA a préféré à Marie-Christine Saragosse ????

La CFDT Média ne s’y est d’ailleurs pas trompée avec l’envoi de sa lettre ouverte au CSA en date du 20 mars 2015 Delphine Ernotte ne répond absolument pas au profil du remplaçant de Pflimlin qu’y dresse le syndicat « De l’expérience, des références dans le métier, le sens de l’intérêt général, la volonté de réformer dans un souci d’honnêteté et d’équité pour la société et ses salariés, l’enthousiasme pour la création, la loyauté et la bienveillance humaniste et par-dessus tout l’indépendance. »
*
La campagne de presse en faveur de Delphine Ernotte saute d’autant plus aux yeux que l’actuelle directrice exécutive d’Orange France était encore totalement inconnue la semaine dernière.
Et le tout Paris des médias, stupéfait, de s’interroger dans les dîners en ville : mais qui est cette inconnue ? Pourquoi elle ? Pourquoi choisir à un poste si important et si complexe, dans un moment de crise aussi grave, quelqu’un qui ne connait RIEN à l’audiovisuel et aux médias en général ?
Il y a là un mystère que nous nous proposons d’essayer de dissiper, en partie seulement, car les couloirs sinueux de la politique sont le plus souvent impénétrables à la raison, ou au simple bon sens.
Le coup de tronçonneuse
Au début, il y a la volonté de nommer un Patron issu du secteur privé, qui saura bien gérer France Télévisions, après les dérives des dernières années. Comme si être issu du privé faisait automatiquement de vous un bon manager universel. Il faut être haut fonctionnaire ou journaliste, et n’avoir jamais mis les pieds dans un grand groupe, pour croire une chose pareille.
Oubliées les mauvaises performances d’Orange, qui s’accumulent depuis qu’elle est directrice exécutive. Oubliées les vagues de dépressions et le scandale des suicides quand elle « cost-killait », c’est le cas de le dire, chez Orange, en tant qu’adjointe de Louis-Pierre Wenes (mis en examen pour harcèlement moral).
S’agit-il d’une hallucination collective ? Le CSA a-t-il au moins pris le temps de faire une recherche sur Delphine Ernotte sur Google ?
 
Ce choix est incompréhensible, sauf à ce que la compétence la plus recherchée chez le prochain Président de France Télévisions soit justement cette capacité à virer des gens, à n’importe quel prix.
Le coup de com’

Ensuite, il y a la volonté de refaire un bon coup de com’, comme avec la nomination de Mathieu Galet à la tête de Radio France, en surprenant tout le monde et en nommant une femme. Delphine Ernotte est incontestablement une femme. On objectera qu’il y en a déjà beaucoup à la tête des médias français mais peu importe.

On objectera aussi que Mathieu Galet avait une expérience des médias, ce qui n’est pas le cas de Delphine Ernotte. Et qu’il a été choisi après les auditions, et non avant, car il a su séduire le CSA avec un projet de qualité, ce qui reste à démontrer pour Delphine Ernotte.

La nomination du Président d’un groupe de 10.000 personnes, du patron de la télévision des Français, par ailleurs en grande difficulté, ne mérite-t-elle pas mieux qu’un coup médiatique passager qui donnera une bonne image du CSA ? N’est-ce pas le CSA qui est censé servir l’intérêt général et accompagner les médias, et non l’inverse ?

Le coup monté

Delphine Ernotte est aussi surprise que tout le monde de son statut inopiné de favorite à la présidence de France Télévisions. Du coup, elle n’a encore ni projet, ni équipe. Qu’à cela ne tienne, les sponsors sont déjà au travail. On cite Xavier Couture, le producteur, le mentor détaché par un Stéphane Richard, PDG d’Orange, apparemment pressé de se débarrasser de cette perle rare. On cite également Pascal Josèphe, à qui l’on fera comprendre que sa candidature n’a aucune chance. Et Pascal Houzelot [qui vient de vendre une partie du domaine public pour près de 90 millions d'Euros en cédant 2 ans et quelques après que le CSA lui ait accordé la fréquence sa chaîne "Numéro 23", ndlr] mais ce dernier dément fermement.

Le coup de boutoir
 
Le Président de France Télévisions à Am-stra-gram-pic-et-pic-et-cole-gram. On reste pantois devant un tel processus de recrutement. Et on comprend mieux le naufrage de l’État stratège si tous les patrons des entreprises publiques sont choisis de cette manière.
 
On voudrait conduire France Télévisions de désastre en désastre, pour justifier sa privatisation, que l’on ne s’y prendrait pas autrement."

vendredi 17 avril 2015

Christophe Beaux qui devrait être rapidement auditionné par le CSA lance une campagne du pub sur Europe 1.

Selon nos informations, Christophe Beaux  pédégé de la Monnaie de Paris qui devrait être auditionné sous peu par le CSA pour la présidence de France Télévisions, lance une campagne de pub sur Europe 1.
 
C'est probablement dans le cadre de la sortie d'une série de pièces de monnaie à l'effigie des gaulois les plus célèbres du monde, Astérix et Obélix, frappées à Pessac que l'Administrateur de France Télévisions, Christophe Beaux qui, à plusieurs reprises, a contesté  ouvertement la gestion sous Pflimlin de France Télévisions (en séance mais également dans la Presse) lance après la télé cette campagne sur la radio périphérique.
 
Un symbole pour l'irréductible gaulois !

Nicolas Sarkozy suit toujours de très près le dossier France Télévisions comme il suivait celui du PSG avec la nomination de Robin Leproux ?!

Nicolas Sarkozy suit toujours de très près le dossier France Télévisions comme il suivait celui du PSG avec la nomination de Robin Leproux ?!
Robin Leproux proche de Nicolas Sarkozy, fait semble-t-il dans les noms retenus par le CSA pour remplacer Pflimlin à la tête de France Télévisions.
Il n’a pas reçu la lettre (ci-après) qu’à peu près 25 des 33 candidats ont, eux, reçue…mais un coup de téléphone de Schrameck pour lui dire qu’il allait être auditionné par le CSA.


Et si le remplaçant de Pflimlin c'était lui...Robin Leproux ce proche de Nicolas Sarkozy ?! 
Le 3 décembre 2013, Tugdual Denis et Eric Mandonnet, écrivent un article  publié dans les colonnes de l’Express et intitulé « Nicolas Sarkozy, président... du PSG? ».
Les deux journalistes indiquent «  Grand supporteur du club de la capitale et ami du Qatar, Nicolas Sarkozy suit de très près les affaires du Paris Saint-Germain. Une passion qui pourrait devenir un plan B pour le cas où son retour en politique échouerait... »
Ils reviennent également sur le livre de Bruno Jeudy et Karim Nedjari « Sarkozy, côté vestiaires » sorti chez Plon en juillet 2009 qui relate la scène « Sarkozy, reçoit Sébastien Bazin, alors propriétaire du PSG, à la Lanterne, où il se repose après son petit malaise. Il souhaite discuter avec lui du futur organigramme. Ensemble, ils valideront la nomination de Robin Leproux comme n°1. »  

En 2009, Nicolas Sarkozy faisait nommer Robin Leproux à la présidence du PSG.
En 2010, Nicolas Sarkozy faisait nommer Rémy Pflimlin à la présidence de France Télévisions…

En 2015, Nicolas Sarkozy qui suivait de très près les affaires du Paris Saint-Germain, et dit toujours suivre de très près celles de  France Télévisions, va-t-il le transfert s'effectuer et celui qu'il validait au foot devenir le nouveau patron du groupe de télé public ?
Peut-être bien que oui, en définitive…. De toute façon, François Hollande n’a, pas son mot à dire ! C'est le CSA qui décide...
Puis, Mathieu Gallet n'était-il pas nommé en 2010 à la présidence de l'INA par Nicolas Sarkozy, soutenu par son ministre de la Culture Frédéric Mitterrand qui l'avait promu directeur de cabinet adjoint !
P.S : Il se murmure en coulisses que ce proche de Nicolas SarKozy donc, a déjà dans ses valises une ex directrice de programmes et un actuel responsable, entre autres, du numérique !
 

jeudi 16 avril 2015

Temps de travail à France Télé Malakoff : « La direction ne peut moduler à son bon plaisir ! »

Temps de travail à France Télé Malakoff : « La direction ne peut moduler à son bon plaisir ! »
 
Ou comment se moquer des salariés en permanence.

La direction de France Télévisions pour l’établissement de Malakoff s’apprête une nouvelle fois à jongler avec les modalités du temps de travail d’une partie des salariés de la fabrication alors même qu’elle s’est engagée très récemment par écrit « à ne mettre en œuvre aucune des nouvelles organisations de travail prévues tant que des réunions d’information et de travail préalables n’auront pas été organisées avec les collaborateurs concernés. »

Sont justement concernés celles et ceux dont le temps de travail s’organise sur la base d’un décompte pluri-hebdomadaire variable. En d’autres termes : la modulation !

Cette organisation du travail négociée faisant l’objet d’un accord d’établissement est déjà appliquée unilatéralement par la direction depuis 2008, sans (bien sûr !) en respecter les droits et les devoirs (et notamment le paiement de la prime qui s’y rapporte !)

Tout aussi unilatéralement, voilà que cette même direction, qui a pourtant tout fait pour obtenir cet accord auprès des Organisations syndicales, s’apprête à remodifier l’organisation du temps de travail des salariés concernés pour passer… aux 39 heures hebdomadaires (avec RTT)…et cela, il convient de le répéter, au total mépris de ses engagements

Une valse à plusieurs temps d’autant plus incompréhensible que la direction de la Fabrication de France Ô, comme 95 % des salariés concernés (qui se sont exprimés sur le sujet au cours d’un référendum écrit et signé !), souhaitent le maintien de ce dispositif pour le bon fonctionnement des services concernés…

La raison avancée aujourd’hui par la DRH : une seule organisation syndicale a signé l’accord en temps et en heure  – (le SNPCA-CGC, le 25 novembre dernier)  suite au mail de la direction qui invitait les syndicats à signature que voici « L'accord d'établissement relatif à l'organisation pluri hebdomadaire variable est à la signature, comme indiqué le 5 novembre dernier, auprès de la DRH FÔ OM 1ère, bureau 411a. Il y reste à la signature jusqu'au 26 novembre prochain inclus. »

Selon la direction, « ce ne serait  pas suffisant pour représenter 50 % des salariés (dixit) ». Depuis, une autre organisation syndicale pressée par les salariés, a elle aussi signé cet accord (le 11 mars dernier !)

Que cherche donc la DRH  de Malakoff en voulant retoquer le temps de travail sur le site ? A quoi jouent certains à ne pas prendre en compte les souhaits et les attentes d’une très large majorité des salariés ?

Le SNPCA-CGC s’élève contre la remise en cause de cet accord et demande à la direction de France Ô non seulement de tenir ses engagements mais surtout de faire appliquer intégralement cet accord, en respectant les droits et les devoirs qui y sont liés ! Une application d’autant plus légale que les délais d’opposition sont passés depuis belle lurette…

Le SNPCA-CGC veillera (jusqu’en Justice s’il le faut !) à :

- ce que la prime liée à l’application de la modulation du temps de travail soit bien réglée aux salariés concernés (d’autant plus que la modulation est belle est bien appliquée à Malakoff !)

- qu’aucune remise en cause de l’organisation du temps de travail au sein de l’Etablissement de Malakoff ne s’effectue sans passer par la renégociation d’un Accord d’établissement sur les dites modalités.

Autrement dit : à Malakoff pas de modulation au bon plaisir de la Direction !

mercredi 15 avril 2015

Pflimlin n'a peut-être pas de moquette neuve mais il y en a quand même pas mal en desssous...Fuite massive, faute "anticipation" cherche réaction appropriée !!!!

L'info de ce 15 avril n'en est peut-être encore qu'au stade du confidentiel mais elle fait froid dans le dos.
 
 
"Il suffisait de cliquer pour tout récupérer" indique en sous titre le site..
           
L'info fait froid dans le dos...depuis 5 ans le montant de l'enveloppe que Pflimlin attribue chaque année au secteur numérique de Patino n'a cessé de gonfler....78M€ l'année dernière, 85M€ environ cette année....tout ça pour ça !!!! 
                   
Sans plus attendre, le blog CGC Média vous propose de découvrir l'article....et/ou de le retrouver pour y trouver (documents à l'appui) "quelques exemples de données en fuite" en cliquant ici.
 
"Les fuites de données peuvent principalement avoir deux causes : des pirates informatiques comme dans le cas de Labio.fr, ou bien des brèches béantes côté serveur comme récemment à la SNCF. Le cas de France Télévisions s'inscrit clairement dans la seconde catégorie puisque de nombreux documents étaient simplement accessibles via une URL.
La semaine dernière, TV5Monde était victime d'une importante cyberattaque qui a conduit au défacement de ses comptes sur les réseaux sociaux et à un écran noir de plusieurs heures sur les onze chaines du groupe. Comme nous l'avons détaillé dans cette actualité, son origine n'est pas encore connue avec certitude pour l'instant. Mais une affaire en chasse une autre et c'est désormais au tour de France Télévisions d'être au cœur de la tourmente avec une importante fuite de données.

France Télévisions : un site beaucoup trop bavard

Le groupe de pirates Linker Squad indique avoir en leur possession des bases de données provenant de FranceTV, mais sans donner plus de détails sur le contenu de celles-ci. « Nous comptons revendre au départ et ensuite partager toutes les informations comprises dans la BDD » nous précisent-ils. Plus inquiétant, pour arriver à leur fin les pirates n'ont pas eu besoin d'user de stratagème et a fortiori d'avoir recours à une cyberattaque : une simple URL suffisait en effet pour récolter les données laissées à l'air libre.
De notre côté, nous avons également pu constater la fuite de données sur le site de France Télévisions. Via une URL de la forme « http://www.francetelevisions.fr/xxx/ » on pouvait en effet accéder à un listing complet de répertoires et de sous répertoires, alors que cela ne devait évidemment pas être le cas. Des modifications ont été apportées ces derniers jours puisqu'on obtient désormais une erreur 403 Forbidden, mais le cache de Google est encore actif et permet donc de naviguer dans une bonne partie de l'arborescence du site de France Télévisions.
 
Contacté par nos soins, le groupe confirme le problème.
 
La chaine de télévision nous précise que  le listing des répertoires n'est plus accessible depuis le mois de février, une période durant laquelle des opérations de « sécurisation assez massives » ont été mises en place. Pour rappel, la France était alors la cible de nombreuses cyberattaques (voir notre 14h42 sur le sujet). Problème, le cache de Google n'a pas été mis à jour depuis des semaines et des fichiers étaient toujours accessibles.

1,2 Go de dump, 110.000 adresses emails et bien d'autres données librement accessibles

Dans l'un des répertoires, également accessible via le cache de Google, on pouvait ainsi accéder à des dizaines de dump de bases de données, dont trois de plus de 400 Mo chacun et datant de décembre 2013. Interrogé sur leur contenu, le groupe nous précise que les données ne sont pas sensibles puisqu'il s'agit d'ID (identifiant) et de chemin pour les vidéos de ses partenaires.
Plus embêtant, on trouve également des fichiers XML sur les restrictions géographiques imposées par FranceTV sur certaines de ses vidéos, des listes de comptes Facebook, Google et Twitter avec d'anciens tokens associés et même un fichier CSV avec près de 110.000 adresses email provenant de leur logiciel de newsletter, etc. 

France Télévisions corrige le tir et informera ses utilisateurs
 
Les dumps des bases de données ont été retirés hier matin aux alentours de 11h, mais ce n'était pas encore le cas du fichier CSV par exemple. Ce dernier était finalement inaccessible en fin de journée. De son côté, le groupe nous confirmait que toutes les données sensibles sont hors de portée depuis hier soir aux alentours de 19h. Bien évidemment, nous avons attendu que cette fuite soit intégralement colmatée avant de publier cette actualité. 
 
France Télévision nous précise que toutes les personnes dont l'email et/ou des données personnelles ont été laissés à l'air libre seront contactées afin d'être informées de la situation, le risque étant toujours le même : du phishing.
 
[Ben voyons, ndlr]
 
Le groupe nous précise au passage que, sur l'échantillon qu'ils ont analysé, rien ne laisse penser qu'il y aurait des mots de passe. Aucune donnée bancaire n'est également de la partie.
 
La chaine de télévision nous concède qu'elle n'est « pas au bon niveau d'anticipation » dans cette histoire, mais qu'elle « à la capacité de réagir ».
 
En effet, le problème a été corrigé dans la journée.
 
Pour le moment, aucune demande de rançon (ou autre) ne semble par contre avoir été formulée par le groupe de pirates. [Comme si cela devait rassurer! ndlr]
 
France Télévisions étant un OIV (Opérateur d'importance vitale), l'ANSSI est évidemment sur la brèche. Entre TV5Monde et France TV, l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information a décidément du pain sur la planche."

Un peu plus tard dans l'après midi, la direction de France Télé extrêmement discrète sur le sujet publiait un communiqué de confirmation que voici:

 

Pflimlin a fait prendre à France Télé des années de retard…la facture s’annonce salée pour le rattraper !

Pflimlin a fait prendre à France Télé des années de retard à bien des niveaux…le gel des investissements pour éviter comptablement l’explosion financière dans une entreprise en quasi faillite sera lourd de conséquences….la facture s’annonce salée pour rattraper ce retard !
 
Dans un même ordre d’idée, le « CDE » (pour Centre de diffusion et d’échange) que l’Express  dans un récent article qualifiait de « bourbier » en est un autre exemple !
 
Extrait:
« C’est un bourbier qui fait qui fait plus qu’embarrasser les dirigeants de France Télévisions. Confiée à Sony il y a bientôt cinq ans, la création d’une régie ultramoderne, commune à France 2, à France 3, à France 4 et à France 5 et baptisée est au point mort. Incapables pour l’heure de rendre ce centre névralgique opérationnel, les équipes du géant japonais sont enlisées dans un défi technologique qui devait symboliser l’entreprise unique. Projet pour lequel quelque 25 millions d’euros ont d’ores et déjà été investis par France Télévisions. Résultat, le climat social s’est dégradé et certains des techniciens de France Télés, mobilisés autour du projet, sont au bord du burn-out.
Préféré, au terme d’un appel d’offres, à IBM, Sony table sur ce chantier pour s’imposer sur le marché de l’industrie audiovisuelle numérique. Inquiets des retards, les grands argentiers du groupe public sont quant à eux en colère… »
Quant à la télé HD c’est une catastrophe…un non-sujet à France Télé puisque la majeure partie des investissements ont été gelés histoire de ne pas alourdir les pertes colossales de France Télé aujourd’hui dans le même état de faillite que Pressatlis au départ de Pfimlin nommé par Sarkozy à l’été 2010.
 
Voir à ce sujet la question d’un téléspectateur « Bonjour, Quand on voit la qualité de France 3 HD sur Numéricable, on se demande si on aura un jour la chance de l'avoir en HD sur le Sat ainsi que France 5.
Souvent France 3 diffuse de bons films mais avec sa qualité déplorable, je ne la regarde jamais. Même France 5, a de très bonnes émissions mais toujours en SD. Ce sont quand même les chaines nationales !!! »
 
Soyons un peu technique malheureusement pour plus d’explications.
 
Aujourd'hui en France, la TNT repose principalement sur 3 technologies :
 
- une technologie de diffusion hertzienne (spectrale) permettant de transmettre un signal numérique vers des récepteurs domestiques de décodage. Cette technologie s'appelle le Digital Video Broadcasting Terrestre (DVB-T).
 
- et sur 2 technologies d'encodage des images :
 
- le motion picture expert group 2 (MPEG2) pour les flux d'images numériques de définition standard (SD)
- le MPEG4 pour les flux d'images haute définition (Full HD).
 
Ces 3 technologies sont actuellement dépassées. Cependant, la plupart des foyers n'étant équipés que de récepteurs DBVT et de décodeurs MPEG2/MPEG4, l'ARCEP (Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes), le CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel) et le Gouvernement ont préféré une solution d'attente après l'extinction de l'analogique en 2011.
 
Les technologies actuelles présentent plusieurs inconvénients :
 
1) Ces technologies ont pratiquement 10 ans d'existence et ne sont plus efficientes en termes de consommation de bande passante ou de quantité d'information codées. Résultat, elles sont très coûteuses pour les chaînes.
 
2) Les chaînes diffusées en SD ne correspondent plus au niveau d'équipement des foyers et offrent une qualité d'image dégradée dès lors que la taille d'écran est élevée (au-dessus de 32 pouces - 81 cm - en général).
 
La demande pour la HD se révèle assez forte tant sur l'hertzien, qu'en streaming [principe utilisé principalement pour l'envoi de contenu en « direct » (ou en léger différé)]. Ne pas répondre à cette offre et surtout ne pas l’avoir anticipé, c'est prendre le risque de perdre le téléspectateur au profit d'une autre chaîne (en HD) ou d'un autre support (streaming en HD) !
 
En 2014, le coût de diffusion annuel d'une chaîne SD* est d'environ 6M€ et de 12M€ pour une chaîne HD**.
 
*Un Mux (multiplexe) permet aujourd'hui de diffuser en DVBT un flux d'images multiplexées de 24Mbits à la secondes.
 
Une chaine SD en MPEG2 requiert 4Mbits à la secondes, ce qui permet de coder 6 chaines en simultané dans un mux (6 x 4 = 24 Mbits). Sachant que le coût d'un Mux est de 36 M€ environ (ce prix varie en fonction du nombre d'émetteurs et de la couverture requise par le CSA), le prix d'une chaîne est donc d'un sixième du prix total, soit 6 M€.
 
**Un flux d'image en HD codé en MPEG4 nécessite 8Mbits à la seconde, ce qui permet de coder 3 chaines HD en simultané sur un mux (3 x 8 = 24 Mbits). Le coût unitaire est donc d'un tiers du prix du mux pour une chaîne HD, soit 12M€.
 
La solution du statu quo adoptée par le gouvernement avait pour objectif initial d'attendre que les nouvelles technologies de diffusion et de codage soient stabilisées et fiabilisées.
 
Cependant, ce statu quo est fort coûteux car il impose une double diffusion en SD et HD pour TF1, France 2, ARTE et M6 (¤). Soit un surcoût annuel de 6M€ pour chacune de ces chaînes.
 
(¤) Alors que les nouvelles chaînes de la TNT comme « Numéro 23 »- VENDU dans les conditions scandaleuses que chacun connait aujourd’hui – « Chérie »25 »,  etc... sont diffusée HD mais proposent peu de programmes de qualité, d'un autre côté, France 3, France 4 et France 5 ne sont toujours pas en HD !
 
De nouvelles technologies plus efficaces existent :
 
Coté diffusion, le DVBT2 permet de gagner 50% en efficience de l'utilisation du spectre, ce qui permettrait de transmettre environ 36Mbits par sec et par Mux. Cette technologie est déjà utilisée avec succès en Europe.
 
Coté codage, le HEVC (high efficiency video coding)  a été adopté au niveau mondial comme la nouvelle norme d'encodage. Cela permet l'encodage d'images Ultra Haute Définition (UHD), mais aussi d'encoder la Full HD avec un gain de 50% de la quantité d'information nécessaire comparé au MPEG4 (soit environ 4Mbits).
 
En d'autres termes, l'adoption de ces 2 technologies permettrait à un Mux de diffuser 36Mbits par secondes, soit 9 chaînes en Full HD (9 x 4 = 36) contre 3 actuellement...
 
Le remplaçant de Pflimlin va avoir du pain sur la planche.