Contactez-nous!

Par téléphone au 06.14.06.44.36 ou par mail en Cliquant Ici!

samedi 26 septembre 2015

La commission d'enquête parlementaire, vous dites?! Tout ça c'est derrière et ne débouchera sur rien !... Ah bon ?!

Ce samedi 26 septembre, le site "e-alsace" publie un article intitulé "Le CSA serait-il méprisant ?" (¤). Son auteur pour s'interroger y fait référence au courrier recommandé AR adressé au CSA par le conseil des syndicats SNPCA-CGC et CFDT, le 14 septembre dernier, demandant à l'instance comme la loi le prévoit expressément  de fournir l'ensemble des documents liés au processus de désignation à la présidence de France Télévisions. 


"Depuis... silence radio" écrit Francis Guthleben qui précise que "Le Conseil supérieur de l'audiovisuel s'enferme dans sa stratégie du secret dans le dossier de la nomination de la présidente de France Télévisions".
Cette procédure comme la commission d'enquête parlementaire présidée par Marie-Hélène Des Esgaulx (*) n'aboutira à rien; c'est derrière nous tout ça...martèlent en chœurs certains de ceux qui estiment que le 22 août étant passé, ceux qui tentent de revenir sur le passé n'ont aucune chance d'aboutir et que personne n'osera remettre en cause quoi que ce soit!
Ben voyons
(*) Un détail d'importance pourtant mérite d'être souligné. Marie-Hélène Des Esgaulx  la présidente de la commission d'enquête du Sénat qui avait fait déposer Schrameck sous serment, le 7 juillet dernier: "Votre audition est ouverte au public et à la presse. Elle fait l'objet d'une captation vidéo. Avant de vous passer la parole, je vais vous demander de prêter serment. Je suis également tenu de vous indiquer que tout faux témoignage devant la commission serait passible des peines prévues aux articles 134-13 à 134-15 du Code pénal. En conséquence je vous invite à prêter serment de dire toute la vérité rien que la vérité. Levez la main droite et dites je le jure", a repris ses travaux.
Il y a fort à penser qu'Olivier Schrameck qui, suite à la question du sénateur rapporteur Jacques Mézard,  laissait entendre que "les fuites" seraient le fait de collègues non formés et plus particulièrement "ceux dont le métier a consisté pendant des dizaines d'années à se faire l'écho et à rechercher l'information..." et que "l'on peut déduire d'un certain nombre d'articles de presse qui ne peuvent guère laisser de doutes [qu'elles sont de leur fait, ndlr] eu égard à certaines indications sur la provenance de ces indications à propos des votes qui ont lieu sur la désignation de la présidente de France Télévisions.", pourrait ne pas être déçu si ces mêmes collègues fuiteurs et peu formés devaient prochainement eux-aussi être entendus sous serment par la même commission.

"Tout ça,  derrière nous"....pas vraiment donc contrairement à ce que certains veulent croire.
Découvrez l'article en question
(¤) Le CSA serait-il méprisant ?
Le Conseil supérieur de l'audiovisuel s'enferme dans sa stratégie du secret dans le dossier de la nomination de la présidente de France Télévisions.
Le 14 septembre le SNPCA-CGC et la CFDT demandaient au CSA de fournir l'ensemble des documents liés au processus de désignation de la présidente de France Télévisions. Depuis... silence radio.
Selon des informations obtenues au sein même du Conseil supérieur de l'audiovisuel, Olivier Schrameck n'aurait aucune intention de répondre à cette demande. Dans le cadre de la procédure qui a été lancée par les deux syndicats, la Commission d'accès aux documents administratifs interviendra si le CSA maintien sa position.
Depuis le 23 avril, jour de la nomination de Delphine Ernotte à la présidence de France Télévisions, la polémique sur les conditions de sa désignation n'a jamais cessé. Rappelons que le Conseil d'État a aussi été saisi et que deux plaintes avec constitution de partie civile ont été déposées au Tribunal de grande instance de Paris par les deux syndicats.
En fournissant les documents demandés, le CSA avait la possibilité de mettre un terme à la polémique et d'apporter un peu de sérénité à Delphine Ernotte. Du coup, elle se trouve avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête sur la durée effective de son mandat. Sa désignation risque à tout moment d'être invalidée. Une situation instable et détestable pour elle.

Deux poids, deux mesures

Si le CSA maintient sa position, il témoignera d'une forme de mépris à l'égard des deux syndicats, mais plus largement à l'égard des 10 000 salariés qui aspirent à de la sérénité, des parlementaires qui ont maintes fois demandé des éclaircissements et plus largement à l'égard des Français.

Les événements de la semaine rendent un peu plus incompréhensible le secret qui a entouré la désignation du nouveau président de France Télévisions. Du 21 au 23 septembre dans le cadre de l'appel à candidatures TNT HD, les auditions ont toutes été publiques et diffusées en ligne. Ce lundi 28 septembre, les auditions seront aussi publiques pour le projet de cession de Numéro 23, au groupe NextRadioTV.
On comprend mal aussi pourquoi François Hollande qui a désigné Olivier Schrameck, président du CSA, n'intervient pas pour remettre de l'ordre dans cette affaire. Et l'indépendance du chef de l'Etat à l'égard de l'audiovisuel public ne peut pas être invoquée. Il s'est bien rendu le 16 septembre dans le bureau de Delphine Ernotte.

vendredi 25 septembre 2015

Fabrice Lacroix le financier de France Télé: la charrue avant les bœufs.


L’affaire du fichage des salariés à France Télévisions qui n’est pas prête de s’arrêter, la Justice et la CNIL prenant le relai des trois syndicats CFDT-CGC-SNJ qui ont obtenu l’interdiction faite à l’entreprise de détruire tout document lié au dispositif, a cette semaine fait l’objet d’une nouvelle tentative d’explication de la direction.

C’est Fabrice Lacroix le financier du groupe mandaté par Delphine Ernotte pour assurer la présidence du CE siège auquel elle ne se rend pas, qui a dû s’y coller.

Si le sujet a fait l’objet de divers préalables et autres déclarations en séance, notamment sur la destruction de ces fiches, les interventions de celui qui a succédé à Ajdari fraichement nommé à la DGMIC en remplacement de Laurence Franceschini qui a rejoint le Conseil d’État, ont été diversement appréciées.

Les fiches : « Ce ne sont pas des fichesc’est un outil de gestion pour transmettre des informations des uns aux autres. »pourtant tout au long de la réunion, il emploiera des systématiquement le mot : « FICHES » !

C’était un plus…Il n’y avait jamais eu avant ce type de « mécanisme d’évaluation » mais, promis juré, la prochaine « évaluation » devrait être mieux comprise.

Si le « dispositif  a pu faire l’objet d’une très insuffisante information des élus», il faut que  la prochaine fois «une discussion s’engage avec les syndicats.» 

Pour Fabrice Lacroix qui indique quand même que « Ça tombe mal ; C’est une erreur… ça nous arrive de faire des erreurs », « ce n’était pas la bonne politique RH » [Murielle Berretti-Charles toujours dans l’entreprise jusqu’à décembre semble-t-il, a dû avoir les oreilles qui sifflaient]

Et d’ajouter « Ce qui a posé problème, c’est que les instances de représentation du personnel et les salariés eux-mêmes n’ont pas été informés de ces évaluations écrites ».  Il est nécessaire toutefois « de tenir des entretiens d’évaluation mais en améliorant le système de RH et de suivi des salariés ».

Toujours selon Fabrice Lacroix, « Il faudrait, maintenant trouver un mécanisme qui fonctionne et qui permette d’irriguer la collaboration  entre les encadrants et les salariés avec une transcription formelle des entretiens individuels » (dixit) « Ce ne serait  pas une très bonne idée de suspendre les entretiens individuels au moment où cette affaire est médiatisée ….Il faut simplement mieux les encadrer dans le cadre d’une démarche GPEC » !

Ben voyons…. Ce qui n’a pas manqué de faire réagir en chœur CFDT, CGC et SNJ pour qui cette interprétation n’est pas la leur et en particulier l’un des représentants de ce dernier rétorquant du tac-au-tac à Fabrice Lacroix « Mais il n’y a pas d’accord de GPEC à France Télé…vous mettez la charrue avant les bœufs »


Chacun imagine aisément le « blanc » juste après ! Et pourtant à Malakoff, c’est déjà reparti.

Enfin « sur la restitution des documents avec les organisations syndicale devant intervenir sous quinzaine » (dixit) « reste à définir les modalités de cette restitution» (dixit) !!!!

Comme  il n’y a pas de système de fichage, ça risque fort d’être ardu !!!!!!

Enfin la conclusion c’est Lacroix qui la donne « L’exemple vient d’en haut ! »On voit ça.

France Télé: A l'Ouest, rien de nouveau....et totalement à l'Ouest?....Du lourd!

"On va pas pleurer sur le lait renversé"


video

La chasse à l'homme blanc de plus de 50 ans à France Télé se poursuit: Daniel Bilalian, nouvelle victime.

Après ses déclarations outrancière et péremptoires sur Europe 1 à Jean-Pierre Elkabbach « On a une télévision d’hommes blancs de plus de 50 ans et ça, il va falloir que ça change », l'ex Orange Delphine Ernotte continue sur cette ligne.

Ce vendredi 25 septembre 2015, Daniel Bilalian le patron des sports de France Télévisions, qui n'est semble-t-il pas au courant va apprendre que son poste est supprimé!

Il semble que l'incontrôlable remplaçante de Pflimlin (autre homme blanc de plus de 50 ans) qui tance "son actionnaire préféré" et admoneste les tutelles "je ne reviendrais sur aucune de mes priorités", vient de mettre, à nouveau, en musique ses propos indignes de la fonction.

Fait-elle payer à Daniel Bilalian l'article du Canard enchaîné d'avant l'été? 






jeudi 24 septembre 2015

Delphine Ernotte tire à boulet rouge sur Sarkozy et l'opposition d'aujourd'hui.


"Écoutez, moi j'arrive. Je vois la situation de l'entreprise qui perd de l'argent depuis quatre ans grosso modo depuis d'l'arrêt de la pub après 20 heures et on me montre des chiffres pour les années qui viennent, on continue à perdre de l'argent. Deux messages. Un, je ne laisserai pas cette entreprise péricliter. Deux, et ça c'est un message que j'ai donné à mon actionnaire préféré, je ne ferai pas tout avec moins. Il va falloir faire des choix et je ne renoncerai à aucune de mes priorités, à aucune de mes priorités"  répond Ernotte à l'homme blanc de plus de 50 ans Jean-Pierre Elkabbach qui l'avait invité sur Europe 1, ce mercredi 23 septembre, et lui demandait comment elle allait faire vu la situation et après le courrier qu'elle avait adressé aux administrateurs de France Télé.

A la question "Avec quoi vous allez financer ?...  Avec quel type de budget?" l'incontrôlable Delphine Ernotte va tout bonnement répondre à côté comme de coutume et lancer "Moi j'arrive. Je vois la situation de l'entreprise qui perd de l'argent depuis quatre ans grosso modo depuis d'l'arrêt de la pub après 20 heures" 

Autrement dit pour Ernotte qui se garde bien de faire un audit comme cela était prévu "Si l'entreprise perd de l'argent depuis quatre ans, c'est la faute à Sarko et sa majorité depuis d'l'arrêt de la pub après 20 heures".

C'est Sarkozy qui devrait être content, lui qu'elle avait rencontré discrètement, en mai quelques jours après le 23 avril, comme l'avait révélé "Le Canard enchaîné".

Décidemment plus personne ne fait confiance à Ernotte...nouvelle motion votée unanimement en CE contre sa chaîne info.

Après que les élus CFDT - CGC - SNJ représentant la majorité du CE siège de FTV aient lu ce jeudi 24 septembre une déclaration sur le plan d'économies annoncé par Delphine Ernotte à grand renfort de communiqués et de lettre au conseil d'administration, l'ensemble des élus a ensuite voté à l'unanimité une motion contre son projet de chaîne info en continu.




"Motion du CE siège

Les élus du CE siège considèrent que
- La mise en œuvre du projet Info-2015 est prématurée compte tenu des assises de l'entreprise qui doivent se tenir d'ici la fin de l'année
- Le projet Info-2015 est caduc compte tenu du lancement d'un autre projet,celui d'une chaîne d'information permanente
- Que les salariés ne peuvent travailler dans une réorganisation incessante de leur environnement et de leurs conditions de travail Et compte  tenu de la présentation précipitée et déloyale de l'info-consult, les élus du CE siège demandent un moratoire sur Info-2015, dans l'attente d'un nouveau projet pour l'information de service public à France Télévisions

Paris, le 24/09/15"

Trois syndicats doutent des estimations faites par Delphine Ernotte et votent une déclaration en CE Siège


Déclaration CFDT - CGC - SNJ
CE Siège FTV du 24 et 25 septembre 2015

"Les élus CFDT - CGC - SNJ représentant la majorité du CE siège de FTV s'inquiètent du plan d'économies annoncé par voie de presse, de communiqués et de lettre au conseil d'administration. 

Ce plan serait basé sur une estimation de déficit prévisionnel pour 2016 de 50 M d'€. Pour mémoire, il fait suite à plusieurs années elles-mêmes déficitaires.

Il est présenté comme la conséquence de l'annonce de la Tutelle de ne pas augmenter la redevance et de refuser le retour de la publicité en soirée.

La présidente dans sa communication annonce que ce plan d'économies exclut tout nouveau plan de départs.

Le calendrier ne permettait pas d'inscrire ce point à l'ordre du jour de ce CE sauf si la direction y souscrit. Elle en serait pourtant bien inspirée car c'est l'actualité et le futur de France Télévisions. 
En tout état de cause ce plan d'économies sera à l'ordre du jour du prochain CE Siège et la majorité des élus ici présente, se réserve l'opportunité d'engager tous les moyens, notamment le droit d'alerte pour être informée de son déploiement. 

D'ores et déjà plusieurs questions se posent: 
- Quelle est la situation réelle de l'entreprise? Mme Ernotte-Cunci avait annoncé vouloir réaliser un audit des comptes où en est-on ?
- Comment vont se ventiler ses économies ? De nombreux services sont déjà "à l'os" selon les dires de cadres.
- Comment vont s'arbitrer les choix de ses économies ? On entend déjà des rumeurs de fermeture pure et simple de France Ô ou de France 4 par exemple ou encore de retrait d'achat de certains droits sportifs, qu'en est-il ?
 - Quelles seront les conséquences sur l'activité interne, sachant que FTV ne produit qu'environ 10% de ses émissions de flux ?
- Quelles seront les conséquences sur les conditions de travail des salariés du siège ? Ils sont nombreux en effet à subir depuis plusieurs années les effets néfastes de la réorganisation découlant de la fusion. Une nouvelle réorganisation due à des économies entrainera forcément des conséquences et termes de risques psycho-sociaux.
- Les grands services du siège de France Télévisions, programmes, info, fabrication, RH, services généraux, finances, peuvent-ils présenter aux élus leurs plans d'économies afin de mesurer par nous-mêmes leur ampleur et leurs conséquences?

Les élus sont prêts à engager le débat dès aujourd'hui et attendent d’ores et des réponses."


« Les anglo-saxons étaient des "homosexuels", les Japonais des "fourmis" » pour Edith…« La télévision française, des hommes blancs de plus de 50 ans et ça, il va falloir que ça change » pour Delphine.



« Les anglo-saxons étaient des "homosexuels", les Japonais des "fourmis" » pour Edith« La télévision française, des  hommes blancs de plus de 50 ans et ça, il va falloir que ça change » pour Delphine.

Souvenez-vous du tollé qu’avait provoqué l’éphémère Edith Cresson Premier ministre sous François Mitterrand, en déclarant (*) que «Les anglo-saxons étaient des "homosexuels" et les Japonais des "fourmis"»
(*) Les propos de Cresson et les attaques sexistes (chapitre de Wikipédia)
« Les propos vifs et parfois insultants d'Édith Cresson lui valent des mésaventures. En juillet 1991, elle défend ainsi sur ABC News des propos vieux de quatre ans, affirmant au journaliste Chris Wallace que l'homosexualité serait « différente et marginale » et plus proche des coutumes « anglo-saxonnes » que des usages « latins ». En outre, face à un journaliste et alors qu’elle est au téléphone elle déclare « la bourse, j’en ai rien à cirer ». De plus, elle assimile à deux reprises, en 1989 au Times et en 1991 dans ABC News, les Japonais à des « fourmis jaunes » menant des existences démesurément laborieuses et inacceptables pour les standards européens concernant les loisirs et la sécurité sociale. Ceci lui vaut de voir son effigie brûlée au Japon…Enfin s’agissant de sa réaction aux revendications salariales du secteur public, le Canard Enchaîné titrera fameusement "Cresson: pas un radis! "» 

Elle fut quasiment le plus éphémère Première Ministre de la 5ème République…

L’histoire serait-elle sur le point de se reproduire ? Certes l’intéressée n’est pas Premier ministre (cela dit avec ses récentes déclarations et prises de parole sur le financement de France Télévisions, on peut se le demander !) mais toujours est-il que les propos qu’elle a tenus hier à Jean-Pierre Elkabbach obligé de lui  demander en direct "Delphine Ernotte, on ne s'énerve pas", sont consternants et indignes de la fonction. 

« On a une télévision d’hommes blancs de plus de 50 ans et ça, il va falloir que ça change » a-t-elle péremptoirement déclaré à Jean-Pierre Elkabbach, homme blanc de plus de 70 ans, prototype même de ce qu’elle exècre. 

Pitoyable…lamentable…indécent…méprisant…hautain….la liste serait trop longue pour qualifier les régulières sorties de route de l’intéressée. 

Celle qui a été propulsée le 23 avril dernier par un CSA divisé dans le cadre d’une procédure totalement opaque et modifiée par les soins de Schrameck vis-à-vis de celle mise en place pour Radio France, enchaîne les bourdes de toutes sortes.

Celle qui dans sa cinquantième année déclarait, il y a peu « On a grandi avec Plus belle la vie » (date de première diffusion août 2004) ne passe plus une semaine sans déraper…l’addition risque bien d’être lourde et indigeste. 

Il n’y avait déjà plus, ni fromage, ni dessert, il se pourrait bien très vite qu’elle n’est plus accès ni à la carte, ni au menu.

mercredi 23 septembre 2015

Elkabbach à Ernotte qui sur Europe 1 ne répond pas aux questions "On ne s'énerve pas"



Consternant spectacle - heureusement filmé - de celle qui dans un agitation et une fébrilité extrême ne répond que très très peu aux questions de Jean-Pierre Elkabbach...."C'est pas le sujet" lance l'ex Orange à Jean-Pierre Elkabbach qui du tac-au-tac rétorque "Quand on ne veut pas répondre, on dit que ce n'est pas le sujet!".
Elle n'a pas grand chose à dire celle qui accuse Sarkozy de la faillite de l'entreprise "Écoutez, moi j'arrive. Je vois la situation de l'entreprise qui perd de l'argent depuis quatre grosso modo depuis d'l'arrêt de la pub après 20 heures et on me montre des chiffres pour les années qui viennent, on continue à faire de l'argent." , alors elle gesticule et elle s'énerve au point que Jean-Pierre Elkabbach lui demande de se calmer "On ne s'énerve pas"  

Extrait (Cette retranscription fidèle avec des formules du style "le monde a changé" "France Télévisions ça  appartient à tous les français", "regagner en crédibilité dans ce monde qui se fragmente avec des conflits partout", etc... va laisser plus d'un salarié de France Télé et plus d'un français pantois

JPE: "Quand les téléspectateurs verront-ils sur leur écran la signature, la griffe Ernotte quand?" 

DE: "Alors ce que je voudrais dire d'abord, c'est que le monde a changé. Aujourd'hui, les téléspectateurs y r'gardent pu la télé comme hier! Y a même des téléspectateurs qui n'utilisent plus du tout le fameux écran, le poste comme on dit pour regarder les contenus et c'est à eux aussi que je veux m'adresser. Je veux que la télé bouge parce que le monde a bougé."   

JPE (qui repose la question restée sans réponse): "Alors qu'elles sont vos premiers signaux et vous répondez à la question, quand verra-t-on la griffe Ernotte la première fois ?"

DE: "La griffe Ernotte, elle commence par des projets. J'ai annoncé une chaîne d'information qui sera disponible en septembre 2016. Une chaîne informations pour ceux qu'ont déserté aujourd'hui les JT, le fameux JT de 20h qui a beaucoup de succès par ailleurs, une vraie chaîne d'information sur Smartphone pour aider à comprendre le monde et décrypter."

JPE: "Mais qu'elle est l'urgence et la priorité de faire une chaîne d'information et quelle est la différence que vous voulez avoir avec les autres chaînes qui existent car il y a saturation déjà?" 

DE: "L'urgence et la priorité c'est d'abord de réconcilier les publics, les français  -  parce que je rappelle que France Télévisions ça  appartient à tous les français - c'est réconcilier les français avec l'information. Regagner en crédibilité dans ce monde qui se fragmente avec des conflits partout. On a besoin de comprendre" 

JPE: "Pourquoi il n'y a plus crédibilité chez les autres? Est-ce que vous estimez que vous avez plus de liberté d'indépendance que les télévisions privées?" 

DE: "L'indépendance c'est au cœur de France Télévisions. C'est inscrit dans ses gènes. Ça porte les journalistes de France Télévisions...la qualité et l'indépendance, oui" 

JPE: "On parlera tout à l'heure du financement de votre télévisions mais vous n'avez toujours pas répondu. Quand on verra la griffe Ernotte?" 

DE: "Vous verrez des premiers signes au mois de janvier et la vraie grille de toute l'équipe ça sera en septembre 2106.


JPE: "Donc d'ici là, il y aura des signaux, des gestes?!" 

DE: "Absolument, des gestes!"
JPE: "Comment vous imaginez votre première création? Elle portera sur quoi? Sur l'information, le programme, une série, sur quoi dans l'idéal?" 

DE: "Je vous ai parlé de l'information, c'est vrai que c'est une priorité. J'en ai une deuxième. Est-ce que vous trouvez normal Jean-Pierre Elkabbach qu'on est pas en France une série comme "House of cards", Homeland", "Game of thrones" qui soit mondialement connue ? C'est pas normal! On a tous les talents" 

JPE: "Bien sûr. Surtout qu'il y a Netflix, Google et tous les grandes séries américaines...mais la question qui revient tout le temps: Avec quoi vous allez la financer? Comment vous allez la financer ? Avec quel type de budget quand on doit faire face à ces monstres la? Parce qu'il y a les grands principes, on veut créer, on veux exporter, on veut rayonner oui mais qu'est-ce qu'on fait et avec qui?" 

DE: "Écoutez, moi j'arrive. Je vois la situation de l'entreprise qui perd de l'argent depuis quatre grosso modo depuis d'l'arrêt de la pub après 20 heures et on me montre des chiffres pour les années qui viennent, on continue à perdre de l'argent. Deux messages. Un, je ne laisserai pas cette entreprise péricliter. Deux, et ça c'est un message que j'ai donné à mon actionnaire préféré, je ne ferai pas tout avec moins. Il va falloir faire des choix et je ne renoncerai à aucune de mes priorités, à aucune de mes priorités" 

JPE: "Oui, oui, mais il faut savoir où vous trouvez l'argent. On y reviendra. vous allez tout de suite sur le financement. Il y a beaucoup de choses à dire...parce qu'un jour vous serez  peut-être obligé de me faire autant et plus avec moins de personnel et moins de chaîne! D'ailleurs il y a combien de chaînes en trop?"

DE: "C'est pas le sujet"

JPE: "Oui mais quand on ne veut pas répondre , on dit que ce n'est pas le sujet"

DE: "On veut  pas répondre parce qu'aujourd'hui l'équipe est au travail. J'ai annoncé que je prenais bras-le-corps l'économie de cette entreprise. On passe tout au peigne fin. J'ai un conseil d’administration. j'ai un actionnaire, j'ai le CSA et c'est vers eux que je reviendrai très vite pour faire des propositions"

JPE: "Delphine Ernotte, on ne s'énerve pas"

DE: "J'ménerve pas..hi hi hi....je suis engagée, je suis pleine d'énergie"
 
à suivre....