Contactez-nous!

Par téléphone au 06.14.06.44.36 ou par mail en Cliquant Ici!

vendredi 1 avril 2016

Vincent Meslet patron de France Télé…pas une tête ne doit dépasser sauf la sienne !



Vincent Meslet patron de France Télé…pas une tête ne doit dépasser sauf la sienne !


Beaucoup se demandent depuis septembre 2015 qui tient les rênes de France Télévisions ?!

- Le vert (au sens propre comme au figuré) Mozart du PAF Stéphane Sitbon-Gomez déjà englué depuis quelques jours dans le dossier du financement par  France Télé avec de l’argent public donc, de la Fondation crée par sa compagne (dixit Nilou Soyeux, la dircom ex Orange elle aussi du groupe) qui va déboucher dans les jours qui viennent par le dépôt d’une plainte ?!

- Le faiseur de « candidat(e) » Denis Pingaud  qui  a « placé » Mathieu Gallet à Radio France en en devenant le conseiller mais aussi Delphine Ernotte à France Télé et qui signait dans « Libé » le 6 septembre 2015  comme  Auteur du blog Com’ c’est bizarre et Président de Balises (société de conseil en stratégies d’opinion et de communication une tribune intitulée ''Comment Hollande est sorti d’un «trou noir» de confiance'' ...il se murmure en coulisses qu’il pourrait jouer un rôle dans la campagne en vue de l’élection présidentiel en 2017 ?!

- L’ex Canal + Rodolphe Belmer qui à peine recruté par l’ex Orange comme celui de ses conseillers qui devait à la tête d'un comité d'orientation stratégique pour France Télévisions révolutionner le groupe qu’il quittait pourtant quelques semaines plus tard et dont certaines « mauvaises langues » indiquent qu’il n’aurait pas totalement levé le pied ?!

- L’ex TMC / NT1 (TF1 groupe) Caroline GOT mais aussi ce dont peu se souviennent ex France Télé puisque rejoignant juste avant l’été 2007 le groupe en tant que « directrice des achats » qui avait alors défrayé la chronique pour notamment la location d’une dispendieuse villa à Cannes au frais du contribuable mais aussi son voyage en solitaire à Los Angeles, en 1ère classe pour quelques 6.000€ payés par « France 3 », fournissant pour l’occasion un certificat médical qui mettait en avant «des problèmes de jambes»  (article du 18 mars 2008) ?!

Eh bien non…Il semble que « La vérité est ailleurs » comme le diraient les agents spéciaux du FBI Fox Mulder et Dana Scully. 

Vincent Meslet, l’ex Numéro 2 de Nathalie Collin (La Poste) qui s’est fait ramasser en avril 2015 par « Schrameck and co », serait donc celui par qui tout passe et avec qui tout arrive ?! 

Qui se souvient de cet article en date du 16 avril 2015 de Télérama intitulé «Nomination à la présidence de France Télévisions : le CSA reste dans l’opacité jusqu’au bout » ainsi rédigé « Nathalie Collin, 50 ans, directrice générale adjointe en charge de la communication du groupe La Poste…portée Portée sur la chose numérique, elle a su aller chercher des compétences qui lui manquaient : elle est candidate en tandem avec un des meilleurs faiseurs de programmes de télévision, Vincent Meslet, le numéro 2 d’Arte…pourtant son ticket avec Vincent Meslet trahit une carence préjudiciable : elle n’a jamais travaillé dans l’audiovisuel, et n’est spécialiste ni des grilles ni des programmes (ce qui est le cas d'autres candidats). »  


Au fait, auprès de combien de « postulants »  l’ex numéro 2 de Nathalie Collin prêt à « lâcher » Véronique Cayla à Arte, a-t-il proposé ses services ? Deux, trois, quatre…une demi-douzaine ? Didier Quillot, Pascal Josephe, Robin Leproux, Cyrille du Peloux…????


Finalement qui est le citoyen Meslet ? L’observation de sa carrière où il s’attribue le lancement de « Plus belle la vie » sur France 3 qu’il a été contraint de quitter avec force indemnités à l’époque, ne nous apprend pas grand-chose. 

Il est effectivement dans  de l’audiovisuel depuis des décennies et voilà….Il semblait avoir obtenu son bâton de maréchal avec sa nomination à la tête des programmes d’Arte-France mais il y a eu ce « sacré » remplacement de Pflimlin! Il fallait en être...


De l’eau aurait coulé sous les ponts et tout aurait donc été oublié ?!


Celui dont Renaud Revel révélait dans son blog « Immédias » qu’il s’était piqué d’adresser une soufflante à Michel Drucker « mise en garde suite à la sortie publique du journaliste et animateur, qui critiquait récemment les propos de Delphine Ernotte sur l’indispensable rajeunissement des antennes de France Télévisions…sommé de la boucler après ses propos en soutien à Julien Lepers viré brutalement par Dana Astier de « Questions pour un champion » qu’il animait depuis une trentaine d’années… » et qu'il n'a pas peur devant une vingtaine d'élus de fustiger comme celui de Morandini par exemple, aurait fait profil bas. Allons donc !


Allez donc parler de ce fameux profil bas au chanteur Mika qui a dû, selon les informations dont nous disposons,faire intervenir son agent pour faire cesser les assauts répétés dont il fut l’objet (comme semble-t-il d’autres figures de TF1) que le confus patron de « La Deux » lui a réservé avec "insistance" pour la grille de septembre qui risque bien de ressembler à un patchwork d’idées tout aussi molles qu’incongrues. Retenons par exemple la mise en orbite de Thomas Thouroude avec les équipes de Eléphant et cie (Les pilotes sont en route pour le fins d'après-midi de la chaîne) et ce afin de remplacer Sophie Davant remerciée. 

Qui comprend aujourd’hui où veut en venir Vincent Meslet ? Qui comprend d’ailleurs tout simplement ce que veut Vincent Meslet ou encore ce qu’il dit ?   

Les mois ont certes passé mais France 2 n’a toujours pas un discours compréhensible. 

Les visiteurs qui quittent le bureau du récent directeur « La Deux » sont systématiquement perplexes: qu’a-t-il voulu dire ? Problèmes de diction ou absence de clarté du projet éditorial ?! Nul ne sait…Certains sortent désemparés après avoir dû se goinfrer de  sombres exposés loin d’apporter la lumière, bien au contraire… Les jeux de mots fusent « Meslet s’emmêle ». 

Les propos du patron de France 2 dissimuleraient-ils une richesse théorique difficilement accessible au commun des mortels ou ne serait-ce là, que le résultat d’une pensée désordonnée ?

Aujourd’hui la plus grande confusion règne. L’empire France Télévisions semble partagé  sur France 3 entre un système de règne clanique et brutal où sévit Dana Hastier et la direction protéiforme de France 2. 

Le groupe France Télévision est noyé dans la grisaille, l’impersonnalité et l’absence de perspectives lisibles.


Celle que « Schrameck and co » parachutaient à France Télé en avril de l’année dernière, fait de grands efforts relationnels pour séduire les dirigeant politique mais ça tombe à côté…il n’y a qu’à voir le récent épisode où le JT de France 3 Aquitaine (révélé par le blog CGC Média) ouvrait sur un Tariq Ramadan cartonnant Alain Juppé sans que celui-ci soit ou quiconque du reste ait pu faire entendre sa voix! Il n’est vraisemblablement plus temps pour que celle qui n’a à la bouche que cette chaîne info pré-présidentielle 2017, comprenne que la gestion d’un groupe de télévision de plus de 10.000 personnes nécessite d’abord la mise en œuvre de compétences à commencer par les programmes  sur les programmes.

Il est à craindre que les mois qui viennent, comme pour les chiffres que donnait le blog CGC Média sur la situation de quasi faillite de l’entreprise, nous prouvent que nous avions malheureusement raison et que la chute vers laquelle nous entraîne ceux qui n’ont rien compris, ne soit que le début d’autres chutes en cascade.

Ernotte/Hastier/Field : Dézingage unilatéral d’Alain Juppé maire de Bordeaux en ouverture du JT de France 3 Aquitaine.



Ernotte/Hastier/Field: Dézingage unilatéral d’Alain Juppé maire de Bordeaux en ouverture du JT de France 3 Aquitaine. 

C’était le 26 mars dernier dans le contexte d’attentats terroristes que tout un chacun connait depuis plusieurs mois, le JT de France 3 Aquitaine présenté ce soir-là par Sandrine Valéro ouvrait ses titres sur la venue de Tariq Ramadan à Bordeaux que son maire Alain Juppé ne souhaitait pas. 


 

Le trio Ernotte/Hastier/Field en a donc décidé autrement…l’édition du France 3 Aquitaine du 26 mars dernier ouvrait sur « l’évènement » (c’est comme cela qu’a été présenté dans les titres la venue de Tariq Ramadan le même jour au Palais de congrès de la ville). 


C’est un dézingage en règle d’Alain Juppé - sans que lui soit opposé dans l’édition du JT la moindre contradiction - auquel s’est livré Tariq Ramadan au micro de la journaliste venue l’accueillir à l’aéroport à sa descente de l’avion à 18h40 allant même jusqu’à railler l’ignorance de l’ex Premier ministre « quelqu’un qui a lu un peu ne dit pas une chose pareille » et qualifier son attitude de « faute politique de quelqu'un qui pourtant une expérience politique extrêmement importante et qui semble avoir répondu dans la précipitation »: 

« Qu'il (Alain Juppé) puisse dire ceci, c'est juste une preuve pour moi qu'il a pas du tout suivi ce que je dis depuis 2001, depuis 1996 sur tout ce qui concerne la violence…Le fait qu'il (Alain Juppé) dise ceci est la preuve qu'il ne connaît pas ce que je fais et ça remonte à l'autre partie de sa formule qui dit de mes positions sur les femmes et sur la laïcité. C’est la preuve qu’il ne me connaît pas parce quelqu’un qui a lu un peu ne dit pas une chose pareille. C’est une faute politique de quelqu'un qui pourtant une expérience politique extrêmement importante et qui semble avoir répondu dans la précipitation ».

Tariq Ramadan tenant à ajouter sur les récents évènements qu’il ne condamne pas les hommes « Je condamne les actes évidemment pour ce qui concerne les hommes le jugement le dira ; on ne condamne que des actes terroristes sur les hommes il y a de ce point de vue-là à passer par les jugements. Ma position est extrêmement claire ».

L’Élysée, le Gouvernement, les Tutelles peuvent se féliciter que « Schrameck and co » aient pu sortir d’un chapeau celle qui conduira inévitablement à la chute de France Télé mais pas que…avec l’accumulation de tels et incessants dérapages depuis aout 2015.  

Elle est "gratinée" la télé d'Ernotte et ses lieutenants !!!!! C'est une honte.


Alain Juppé qui n’a pourtant pas été le seul à réagir (*) devrait se souvenir longtemps de cette nouvelle hallucinante dérive....lui qui n'a - redisons-le - pas pu s’exprimer sur France 3 qui n’a pas jugé bon dans son journal d’opposer à la "tribune aéroportuaire", la moindre contradiction !!!!!

(*) Le groupe des Radicaux de Gauche à la région ALPC (Aquitaine Limousin Poitou-Charentes),  a demandé formellement au maire de Bordeaux « d’utiliser ses pouvoirs de police et d’interdire cette conférence sur le fondement du trouble à la sécurité ou à la tranquillité publique ». 

Naïma Charaï, conseillère régionale socialiste d’ALPC qui a publié sur son blog une longue réaction contre la conférence que doit donner Tariq Ramadam au Palais des congrès, en a même appelé à Alain Juppé, pour qu’il « prenne position officiellement » : « En ces temps troublés, et plus que jamais, nous aspirons à entendre un discours anti-raciste et laïc et non un discours fondamentaliste porté par cet homme. »

L’élue accuse entre autres, l’intéressé d’être  un « prédicateur fondamentaliste de la confrérie des Frères Musulmans qui  vient notamment d’intégrer officiellement l’Union Mondiale des Savants Musulmans (UMSM), organe dirigé par le théologien des Frères Musulmans : Youssef Al Qaradawi. Ce dernier, est un antisémite, homophobe et sexiste, auteur d’une fatwa autorisant à mener des attentats suicides ».

Avant Naïma Charaï, Laurence Marchand-Taillade, secrétaire nationale du Parti radical de gauche (PRG) et présidente de l’Observatoire de la Laïcité du Val d’Oise, signait elle aussi une tribune publiée dans le Huffington Post adressée à Alain Juppé : « L’un des plus grands ennemis de notre République s’apprêtant à porter un coup supplémentaire à notre socle commun, l’occasion vous est donnée de faire la démonstration de votre courage, de votre fermeté, et de votre conscience des responsabilités qui seront peut-être les vôtres, sous peu ».

video


jeudi 31 mars 2016

La chaîne d’info au rabais imaginée à France Télé par le trio direction-cgt-fo avec la bénédiction du château!


L'ineffable tandem CGT/FO allié de la direction "considère que ces « concessions » de la direction de France Télé peuvent constituer une base sérieuse en vue d’un accord".

Voilà en gros, ce qu'exprime l'excellent tract de la CFDT diffusé à France Télé ce jour et qui a, selon nos informations, fais bondir les intéressés. 
 
Il n'y pas  grand chose à ajouter aux deux pages rédigées par la CFDT qui expliquent assez clairement comment le duo qui fait mine de s'opposer par voie de divers communiqués est prêt à tout accepter de la direction dont elle valide semaine après semaine semaine les errements, à commencer par le disparition de certains métiers actée dans le "book" de la direction.



Le blog CGC Média vous propose de découvrir la teneur de ce 2 pages "Des journaux sans monteurs ? " , fidèle reflet malheureusement de la consternante réalité.
C’est en effet ce que prévoit le projet de mise en œuvre de la chaîne info en confiant le montage aux rédacteurs. Il ne s’agit même pas d’une compétence complémentaire car le montage est intégré dans le cœur de métier, selon le référentiel (ou book, ça fait plus moderne) concocté unilatéralement par la direction.

Bien évidemment, des échanges nourris sont intervenus entre la direction et les organisations syndicales sur les aspects éditoriaux, techniques et organisationnels d’une telle évolution, au sein d’un environnement en plein bouleversement (le projet Info 2015 ayant été maintenu) et sur les risques d’extension de cette polyvalence à d’autres structures d’information de France Télévisions, tant au niveau national que régional ou ultramarin.

Un tel débat de fond ne peut être mené dans la précipitation imposée par la Présidence de France Télévisions qui doit répondre à une commande politique de l’Élysée dans un délai très court, sans moyens et sans intégration dans les objectifs d’ensemble de l’entreprise.

Ce manque de moyens a donc des conséquences sur les effectifs et incite la direction à envisager de concentrer le maximum de tâches sur les mêmes personnes. La chaîne info servirait donc de laboratoire permettant la mise en œuvre quasi-immédiate du journaliste-monteur qui avait plusieurs fois été évoqué, de par le passé, dans des débats relatifs aux compétences complémentaires.

La direction a choisi le principe de la consultation des IRP (CE, CHSCT) dans un calendrier très contraint permettant difficilement une consultation loyale, complète et fiable de tous les paramètres du dossier. L’ensemble du dispositif repose en grande partie sur des évolutions de métiers (montage, son, prise de vues) qui devraient faire l’objet d’avenants à l’accord collectif qui ne les prévoit pas aujourd’hui.

La direction a d’abord laissé entendre qu’en l’absence d’accord, elle mettrait les emplois de journalistes en consultation en y intégrant le montage ! Cette hypothèse risquant de lui valoir des suites juridiques (les textes collectif ont tout de même une certaine utilité), elle préfèrerait passer par un accord avec les organisations syndicales ou certaines d’entre elles.

On avait entrevu dans certains tracts syndicaux des suggestions de pseudo-réciprocité sur le montage-journalisme ou le journalisme-montage, vite dissipée par une prise de position résolue des monteurs sur la remise en cause de leur métier. Donc la réaction initiale de tous les syndicats, a été une opposition catégorique au mélange des genres. De plus, il apparaît que la chaîne info peut être mise en œuvre avec les métiers actuels avec un surcoût relativement modeste, ce qui permettrait de mener des négociations sérieuses et une consultation sereine des IRP.

Lors de la réunion tenue le 24 mars 2016, le front syndical s’est fissuré en raison des concessions qui auraient été obtenues de la direction. Qu’en est-il ? Si la Direction a sensiblement augmenté les effectifs des monteurs au sein de la chaîne info, c’est uniquement sur les modules que s’exercerait leur activité, pas sur les sujets JT qui resteraient assurés par les rédacteurs. Donc la brèche reste ouverte et a vocation à s’élargir puisque les postes dédiés à la chaîne info mais qui relèveraient d’autres structures (régionales, ultramarines) pourraient inclure la même polyvalence ! 

Ceux qui pourraient continuer à croire que la chaîne info resterait hermétiquement isolée se bercent d’illusions !

Par ailleurs, cette augmentation des postes de monteurs permet d’absorber les effets de la  disparition du montage sur les JT inclus dans « Télématin », activité désormais assurée par la chaîne info sans monteurs.

L’un des responsables de la chaîne info a bien affirmé qu’il n’était pas souhaitable de conserver des tranches d’information parallèles. Cela présage-t-il des changements pour le 12/13, ou le 19/20 ?

Deux syndicats, fo et cgt, considèrent que ces « concessions » de la direction peuvent constituer une base sérieuse en vue d’un accord, ce qui est d’autant plus inquiétant que la cgt, par la voix de son « lider maximo » estime que: le montage qui serait assuré par les rédacteurs… n’est pas du montage !  

CQFD ! « Il suffit d’être créatif et de trouver un autre terme, pour cette activité » a-t-il cru bon d’ajouter !

Il est à noter que ces deux organisations étaient les plus « remontées » pour manifester leur opposition à la disparition du montage (le vrai !) sur les reportages. Il n’y a qu’à voir les textes qu’elles ont publiés pour s’interroger sur cette volte-face qui n’a d’ailleurs pas fait l’objet, de leur part, d’un grand souci de communication.

Si le cas du montage est le plus préoccupant, il n’est pas le seul et des inquiétudes sérieuses existent sur le devenir des scriptes, des OPS et des OPV sur les JT, sur la chaîne info et au-delà.

Reste donc à savoir si certains prendront la responsabilité de cautionner, voire de sponsoriser le passage en force de la Direction sur ce projet. Nous reviendrons en détail sur l’ensemble de ce dossier pour que tous les professionnels concernés puissent en apprécier la teneur en toute connaissance de cause.

Paris, le 30 mars 2016


mercredi 30 mars 2016

Cool…. Pascal Houzelot devrait pouvoir bientôt vendre Numéro 23 pour près de 90M€ grâce au Conseil d’État !


Cool…. Pascal Houzelot devrait pouvoir bientôt vendre Numéro 23 pour près de 90M€ grâce au Conseil d’État ! 

Dire qu’il y a quelques semaines, le député socialiste Marcel Rogemont rendait un rapport parlementaire commandé par la commission des affaires culturelles de l’Assemblée nationale dans le cadre d’une mission de contrôle, particulièrement salé contre les pratiques du CSA notamment de nomination des patrons des entreprises publiques (France Télévisions, Radio France, France Médias Monde) et réclamait la création d’une commission d’enquête sur les conditions d’autorisation « Numéro 23 » ! 

Il a dû avoir une apoplexie en découvrant cet après-midi la dernière du Conseil d’État qui casse la décision du CSA concernant la chaîne qui va donc pouvoir continuer d’émettre puis être vendue pour près de 90 millions d’euros. 
 
Lui qui allait même jusqu’à réclamer qu’une loi  encadrât encore plus ce genre de pratiques, dénonçant au passage (comme une majorité de contribuables écœurés il faut dire) «  Les obligations, particulièrement peu ambitieuses en contrepartie de l’attribution par le CSA d’une fréquence, n’ayant même  pas été remplies par la chaîne, sans que le régulateur ne s’en émeuve et ce avant le déclenchement d’une polémique sans précédent » !

Le CSA qui lui avait d’ailleurs répondu  « Des leçons ont été tirées, comme le montre des décisions récentes »

Eh bien, il en est pour ses frais, notre Roger. Et sa résolution sur l’affectation de la fréquence en 2012, sous la présidence de Michel Boyon qui devait être examinée la semaine prochaine…ça va faire piout!!! 

Tout de même…priver Pascal Houzelot qui rappelons-le a obtenu gratuitement la fréquence du domaine publique, de faire une culbute de presque 90M€ - en somme du patrimoine des français -  était-ce bien raisonnable ?

Tous ces « procès d’intention » faits à Pascal Houzelot, notamment celui en tant que propriétaire de la chaîne, d’avoir cherché à gagner de l’argent en voulant revendre rapidement à NextRadioTV une fréquence TNT obtenue, elle, gratuitement donc, c’est du passé !!!!

Ouf…Le Conseil de Pascal Houzelot va même jusqu’à tacler publiquement l’instance de régulation qui aurait, selon lui rendu une « décision extravagante ! en inventant   une fraude qui n’existait pas pour empêcher la cession à NextRadioTV (initialement prévue, NDLR). C’était une décision extravagante ! ».  Quand même ce CSA de Schrameck !

La haute instance administrative en rajoutant une couche « l’existence d’une fraude à la loi n’est pas démontrée par le CSA ».

D’une part, le pacte d’actionnaire (entre la holding de Pascal Houzelot et le russe UTH) et sur lequel le CSA s’est fondé « ne suffit pas à démontrer que l’actionnaire principal de la société ne poursuivait, depuis l’origine, qu’une intention spéculative »

D’autre part, Diversité TV, propriétaire de Numéro 23, a « a bien mis en œuvre les moyens nécessaires à l’exploitation de la chaîne Numéro 23 et   réuni les financements nécessaires » au développement de la chaîne qui « a obtenu certains résultats en termes de part d’audience ».

Et toc ! …Puisqu’on vous le dit.

«  Après cette période de forte déstabilisation de la chaîne à laquelle la décision du Conseil d’État met fin, le fondateur, les collaborateurs de Numéro 23 et l’ensemble de ses partenaires – producteurs, distributeurs, prestataires techniques – vont désormais pouvoir s’inscrire dans une perspective d’avenir et de développement ambitieux, au service de la ligne éditoriale de la chaîne mettant plus particulièrement en avant toutes les formes de diversité et l’ouverture sur le monde », se félicite la chaîne dans un communiqué. 

Enfin on respire…l’air est toujours plus pur au sommet des cimes.